Comment impliquer la société civile dans la lutte contre le terrorisme ?

seesay_0S’inspirer du modèle américain  

Depuis quatorze ans, la société américaine vit sous la menace terroriste, sans pour autant s’enliser dans des débats purement rhétoriques qui mettraient à mal la solidarité de la nation ou encore les valeurs sur lesquelles elle repose.

Le succès de la campagne « See something, say something » aux Etats-Unis impliquant chaque partie de la population américaine traduit très bien cela. Elle a su unir toutes les composantes ethniques et sociales du pays autour de la même ambition : celle d’être vigilant et solidaire face à la menace et de protéger coûte que coûte les valeurs de leur nation. Secrétaires d’Etat, policiers, simples citoyens, comédiens de Hollywood ou basketteurs stars de la NBA, tous se sont mobilisés dans des vidéos multi-diffusées dans les lieux publics américains pour rappeler la nécessité d’être vigilant face à la menace et promouvoir une société unie face à la menace terroriste.

Ce travail est mené par le Department of Homeland Security qui est en charge des programmes de sécurité dans le pays. DHS a une responsabilité considérable concernant la préparation du public et son éducation au phénomène de terrorisme. Son action se concrétise via un site public et une campagne : Ready.

Les deux prodiguent essentiellement des instructions relatives aux cas d’urgence.

Le DHS s’appuie notamment sur les travaux du Rutgers Institute for Emergency Preparedness and Homeland Security basé à la Rutgers University dans le New Jersey. Ce département au sein de l’université a été créé par John Farmer et John Cohen et a travaillé notamment sur la situation vulnérable des Juifs en Europe, comme en France après les attentats de Toulouse. Il étudie toutes les conséquences politiques, psychologiques, économiques et sociales des attentats terroristes. Comme en Israël, les chercheurs de cet institut préconisent de mobiliser la société civile dans la lutte contre le terrorisme, de faire en sorte qu’elle ait toutes les informations et tous les réflexes pour parer aux menaces.

Le Risk Sciences Branch, Special Programs Division of the U.S. Department of Homeland Security’s (DHS) Science and Technology (S&T) Directorate travaille quant à lui, sur ce qui fait qu’une action terroriste est « réussie » ou non (A savoir, les terroristes ont-ils rempli leurs objectifs ?) et sur les réactions de la population lorsque les actes de violence ont été commis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s