AJC se réjouit de l’adoption de la définition de travail de l’antisémitisme par la France, annoncée par le président Macron

21 février 2019 – Paris – AJC salue le discours du président Macron lors du dîner du Crif, durant lequel il a annoncé l’adoption officielle par la France de la définition de travail de l’antisémitisme de l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA).

« À nouveau, depuis plusieurs années, l’antisémitisme tue en France » a déclaré Emmanuel Macron.

AJC, l’organisation juive internationale de défense des droits de l’Homme, préconise depuis longtemps l’adoption par les gouvernements européens de la définition de travail, car il s’agit d’un outil essentiel de mobilisation contre l’antisémitisme.

Plus tôt cette semaine, lors de réunions avec des représentants politiques à Paris, mais aussi via une tribune dans Le Figaro, AJC a exhorté les dirigeants politiques français à réexaminer l’efficacité des stratégies actuelles de lutte contre l’antisémitisme croissant en France. L’appel à l’action d’AJC fait suite à la publication d’un rapport gouvernemental indiquant une hausse de 74 % des incidents antisémites en 2018, comparativement à l’année précédente.

« La déclaration du président Macron en faveur de la définition de travail est d’une importance capitale et nous nous en réjouissons », a déclaré Simone Rodan-Benzaquen, directrice d’AJC Europe, qui a assisté au dîner du CRIF. « Cependant, il est urgent de mettre en oeuvre d’autres mesures substantielles pour s’attaquer sérieusement au fléau de l’antisémitisme dont les racines sont particulièrement ancrées dans la société française. »

AJC a travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements français successifs, se félicitant du lancement, il y a quatre ans, d’un plan global de lutte contre l’antisémitisme et le racisme, qui prévoyait la création du poste de délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

« Il est clair que les efforts bien intentionnés du gouvernement au cours des 18 dernières années pour lutter efficacement contre l’antisémitisme n’ont pas été suffisants », a déclaré Simone Rodan-Benzaquen. « Nos efforts concernant l’adoption de cette définition ont finalement porté leurs fruits. »

La définition de l’IHRA, adoptée par les 31 États membres de l’alliance en 2016, fondée sur la définition de travail de L’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC) de 2005. Il offre une description claire et complète de l’antisémitisme sous ses diverses formes, y compris la haine et la discrimination envers les Juifs, le déni de la Shoah et, en particulier, l’antisémitisme lié à Israël. La France est membre de l’IHRA.

AJC a travaillé en étroite collaboration avec l’EUMC il y a plus de dix ans pour développer cette définition de travail en tant qu’outil pour les observateurs et les responsables de l’application des lois.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s