AJC salue la décision du gouvernement français d’interdire le mouvement violent turc Les Loups Gris

Ce groupe d’extrême-droite ultranationaliste, dont le signe de ralliement est un pouce joint au majeur et à l’annulaire, est réputé proche du président turc Recep Tayyip Erdogan. 

À Décines-Charpieu, haut-lieu de la diaspora arménienne situé dans la banlieue lyonnaise, les forces de l’ordre ont dû intervenir mercredi soir dernier, en plein couvre-feu, tandis que 250 membres des Loups Gris hurlaient dans les rues des slogans violents à l’encontre de la communauté arménienne : « Nique l’Arménie, on va vous baiser » ; « Vous êtes où les Arméniens ?! » ou encore « Allah Akbar ». 

À Dijon, une manifestation musclée et agressive a également eu lieu. Une inscription « Loups Gris » a été taguée sur le mémorial du génocide et le Centre national de la mémoire arménienne.

« La décision de dissolution du groupe en France prise par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin était absolument nécessaire. Nous espérons qu’elle sera suivie par l’Union Européenne ainsi que d’autres pays européens, puisque le groupe y est également présent, notamment en Allemagne et en Autriche, où le nombre de militants est en augmentation. » exprime Simone Rodan-Benzaquen, directrice générale d’AJC Europe. 

Les Loups Gris agissent généralement dans l’ombre, via des organisations faux-nez, et fournissent notamment des formations au combat aux jeunes qui ne se reconnaissent pas dans les valeurs européennes. Certains d’entre eux partent ensuite en Syrie.  

S’ils ont rejoint différents courants au fil de l’histoire, les Loups gris sont aujourd’hui proches du parti d’Erdogan, défendent le retour à un ordre moral fondé sur l’islam. Ils sont nationalistes, conservateurs et anti-communistes. Ils sont également négationnistes puisqu’ils ne reconnaissent pas le génocide arménien. Agressions, assassinats, activités mafieuses en Turquie comme ailleurs, les Loups Gris se sont rendus coupables de nombreuses actions violentes depuis les années 1970. Mehmet Ali Agca, qui avait tenté d’assassiner le pape Jean-Paul II en 1981 après avoir tué un journaliste turc deux ans plus tôt, était membre des Loups Gris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s