AJC condamne la politique d’immigration de « tolérance zéro » qui sépare les familles; soutient les projets de loi visant à réunir enfants et parents

20 juin 2018 – New York – AJC condamne la séparation injustifiée de près de 2 000 enfants de leurs parents à la frontière américano-mexicaine au cours des dernières semaines et demande une action immédiate du Congrès pour changer la politique de l’administration.

Dans une lettre adressée au procureur général Jeff Sessions et au secrétaire à la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen, AJC s’est associée à 25 autres organisations juives pour dénoncer les séparations d’enfants et demander à l’administration d’annuler sa politique de tolérance zéro envers les demandeurs d’asile et les immigrants. La politique est non seulement moralement répréhensible, mais elle contribue à l’accumulation des affaires d’expulsion et des contestations judiciaires devant les tribunaux fédéraux, place des milliers d’immigrants supplémentaires dans des centres de détention et des abris, et pourrait mettre en danger la vie d’autres enfants.

Lire la suite

Publicités

Lutte contre le financement du terrorisme : un nouvel éclairage apporté par des experts israéliens invités par AJC

Paris – 8 juin 2018 – Hier, AJC et NGO Monitor ont organisé un événement sur le sujet « No Money for Terror : la lutte contre le terrorisme doit passer par l’assèchement de ses sources de financement » dans les bureaux parisiens d’AJC. Le député et ancien membre des services de renseignement intérieurs israéliens, Amir Ohana, et le chef du Bureau national de lutte contre le financement du terrorisme d’Israël Paul Landes, nous ont fait l’honneur de leur présence et ont apporté de nouveaux éclairages sur ces questions essentielles, notamment en matière de bonnes pratiques et de possibilités de coopération entre la France et Israël.

Lire la suite

Le dirigeant de la plus grande organisation musulmane du monde prendra la parole au Global Forum d’AJC à Jérusalem

14 mai 2018 – New York – Yahya Cholil Staquf, secrétaire général de la plus grande organisation musulmane du monde, le conseil suprême de la Nahdlatul Ulama, prendra la parole à l’occasion du Global Forum d’AJC à Jérusalem.

La conférence qui se tiendra sur 4 jours – du 10 au 13 juin – constitue l’événement annuel le plus important de notre organisation.

Lire la suite

AJC réagit au retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien (JCPOA)

8 mai 2018 – New York – Le directeur exécutif d’AJC David Harris réagissant à l’annonce faite par le Président Trump du retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, a fait la déclaration suivante :

Lorsque la signature du JCPOA a été annoncée le 14 juillet 2015, AJC a passé trois semaines à étudier l’accord, a rencontré une série d’officiels de haut niveau américains, européens et du Moyen-Orient, et s’est engagé dans une discussion interne très minutieuse. Ceci est par ailleurs à replacer dans le contexte d’un engagement d’AJC depuis près de deux décennies pour lutter contre la montée de la menace iranienne, menant des discussions innombrables de Beijing à Berlin, de Tokyo à Paris, de New Delhi à Bruxelles, de Washington aux Nations-Unies et bien au-delà.

Finalement, nous avions conclu que nous ne pourrions soutenir l’accord car nous craignions que ses manquements – absence d’élément contraignant sur le développement des missiles balistiques, aucune mention du comportement régional déstabilisateur de l’Iran, faiblesse de la surveillance des inspections du régime, et une date limite dangereuse pour l’accord – finissent par définir l’accord lui-même.

De plus, le fait que l’accord n’ait jamais été soumis au Sénat américain et qu’aucun sénateur républicain n’ait manifesté son soutien – ceci couplé au faible soutien de l’opinion publique d’après diverses enquêtes nationales – était l’assurance que le JCPOA serait en danger dès que les Républicains reviendraient au pouvoir.

C’est malheureusement et précisément comme cela que les choses se sont passées.

Aussi, malgré les prédictions répétées de l’administration Obama, dont nous avons plus d’une fois été les témoins, selon lesquelles le JCPOA permettrait de modérer le comportement iranien et conduirait à un rééquilibrage en faveur du développement et de la croissance économique du pays, Téhéran a renforcé son agression régionale, affiché de manière répétée sa capacité militaire, continué ses appels à l’annihilation d’Israël, répété  ses slogans de “mort à l’Amérique” et exhibé l’expansion de son programme balistique.

Et le remarquable coup de force des services de renseignements d’Israël a mis en évidence les stigmates persistants du régime iranien – duperie, tromperie et désinformation – et servent de mise en garde supplémentaire pour la communauté internationale quant aux réelles intentions du leadership iranien.

Le Président Donald Trump n’a jamais caché son mépris pour le JCPOA et son intention de retirer les Etats-Unis de cet accord. Mais il a aussi laissé ouverte la possibilité d’une alternative à l’abandon de l’accord si les alliés européens parvenaient à remédier sérieusement aux faiblesses majeures présentées par l’accord.

Pourtant, malgré les efforts salutaires menés des deux rives de l’Atlantique, un accord plein et entier sur la voie à emprunter échappe encore à ce jour aux Américains et aux Européens.

Ceci est profondément regrettable.

En dépit de nos nombreuses réserves concernant l’accord sur le nucléaire iranien, nous espérions néanmoins qu’à ce stade, le JCPOA serait modifié et non abandonné.

Nous pouvons seulement espérer que la décision du Président Trump aujourd’hui, aussi importante soit-elle, ne mettra pas un terme aux efforts pour atteindre un consensus transatlantique. La dernière chose que nous souhaitons serait de voir un écart se creuser entre les États-Unis et les partenaires européens, dont seul l’Iran serait le bénéficiaire accidentel. Et, étant données les menaces actuelles et futures de l’Iran pour la sécurité régionale et globale, c’est un résultat que personne ni aux État-Unis ni en Europe ne devrait souhaiter.

AJC salue la condamnation par le Parlement européen des crimes de guerre commis par le Hamas, mais déplore l’appel à la levée « inconditionnelle » de l’embargo maritime israélien

Bruxelles – 19 avril 2018 – L’Institut Transatlantique de l’AJC a salué hier le Parlement européen pour sa condamnation des crimes de guerre commis par le Hamas durant les récentes et violentes manifestations, mais a critiqué l’organe législatif suite à la résolution émise sur la situation dans la bande de Gaza incluant la préconisation d’une levée « inconditionnelle » de l’embargo maritime d’Israël sur les territoires contrôlés par le Hamas.

Lire la suite

AJC critique la décision du Parlement Européen d’annuler une exposition de dessins sur l’Iran

Bruxelles – 21 février 2018 – AJC déplore que le Parlement européen ait interdit à un groupe de députés de l’UE, tous partis confondus, d’accueillir une exposition autour de dessins mettant en lumière les violations des Droits de l’Homme commises par Téhéran.

L’exposition ayant été annulée dans son intégralité par la députée libérale britannique Catherine Bearder au motif qu’elle était « trop controversée », elle a due être déplacée dans un lieu adjacent par les quatre membres du Parlement co-organisateurs de l’événement – Lars Adaktusson (EPP), Péter Niedermüller (S&D), Anders Vistisen (ECR) et Petras Auštrevičius (ALDE).

Lire la suite

AJC condamne le discours affligeant et anti-paix du président Abbas

15 janvier 2018 – New York – AJC plaide depuis longtemps pour la recherche d’une solution à deux Etats et dénonce, de fait, le discours tenu par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devant le Conseil central palestinien.

« Ce n’est pas la première fois qu’Abbas déforme totalement l’histoire d’Israël et du mouvement sioniste. Comment cela pourrait-il constituer une base pour construire la paix et la coexistence ? » a déclaré David Harris, directeur exécutif d’AJC.

Lire la suite

AJC Berlin publie une étude sur l’antisémitisme parmi les réfugiés

Berlin, le 11 décembre 2017 – L’antisémitisme est largement répandu parmi les réfugiés arabes. C’est la conclusion de l’étude commandée par l’American Jewish Committee (AJC).

« Les débats sur les potentielles attitudes antisémites parmi les nouveaux arrivants en Allemagne n’ont plus ou moins fait l’objet que d’une discussion académique jusqu’aujourd’hui. Les résultats de cette analyse scientifique montrent en fait que de telles attitudes parmi les réfugiés originaires de Syrie et d’Iraq constituent un problème largement répandu. En fait, le problème pourrait être beaucoup plus problématique qu’on ne l’a pensé: les comportements et stéréotypes antisémites, les théories du complot sont largement répandues, de même que le rejet catégorique de l’Etat d’Israël », explique Deidre Berger, directrice d’AJC Berlin.

Lire la suite

Consternation : un évêque russe affirme que les Juifs auraient tué le dernier tsar à l’occasion d’un « meurtre rituel »

30 novembre 2017 – New York – AJC est consterné par l’affirmation d’un évêque de l’Église orthodoxe russe à Moscou selon laquelle les Juifs seraient responsables de la mort du tsar Nicolas II et de sa famille en 1918, un an après la révolution bolchevique.

« Une partie significative de la commission de l’Eglise n’avait aucun doute sur le fait que ce meurtre était un rituel » a ainsi déclaré le père Tikhon Shevkunov, un évèque de l’Eglise orthodoxe russe. Une affirmation qui fait clairement référence à un vieux mythe antisémite selon lequel les Juifs tueraient des enfants chrétiens afin de boire leur sang ou de préparer du pain azyme.

Lire la suite

AJC réagit à l’interdiction d’entrée en Israël de sept élus français

Lundi 13 novembre dernier, le ministre israélien de la Sécurité publique Gilad Erdan a déclaré qu’Israël refuserait l’entrée sur son territoire d’une délégation composée de sept élus français, dont quatre députés de La France Insoumise.

L’une des raisons invoquées pour justifier ce refus est la loi israélienne, votée en 2016, interdisant l’entrée aux ressortissants étrangers appelant publiquement au boycott d’Israël. Bien que formellement opposé au boycott, considéré d’ailleurs comme illégal en France, AJC avait émis des doutes sur le bienfondé et l’utilité d’une telle loi pour défaire le BDS et exposer ses supporters à la réalité vibrante de la démocratie israélienne.

Il convient néanmoins de se pencher sur l’objet de cette visite officielle, que nous condamnons sans ambiguïté, et qui a sans doute présidé à la décision des autorités israéliennes. Ces élus projetaient en effet de rendre visite aux prisonniers Marwan Barghouti et Salah Hamouri, deux terroristes patentés, arrêtés, jugés et condamnés en Israël pour leur participation active à des activités terroristes.

Lire la suite

La directrice d’AJC Paris présente à la cérémonie londonienne marquant le centenaire de la déclaration Balfour

 

Simone Rodan Benzaquen, directrice AJC Paris & Europe, était présente hier soir à la cérémonie londonienne du centenaire de la déclaration Balfour, organisée par Lord Balfour et Lord Rothschild.
 
L’événement a réuni quelques 150 personnes, parmi lesquelles de nombreuses personnalités de haut-niveau, telles que John Kerry, Tony Blair ou encore Isaac Herzog.
La Première ministre britannique Theresa May et son homologue israélien Benjamin Netanyahou, également au rendez-vous, ont pris conjointement la parole pour souligner l’importance de la déclaration Balfour et des relations entre le Royaume-Uni et Israël.
 

Lire la suite

AJC loue l’adoption de la « working definition » de l’antisémitisme par le gouvernement bulgare

20 octobre 2017 – L’American Jewish Committee loue la décision du gouvernement bulgare d’adopter la « Working definition » sur l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). AJC se félicite également de la nomination de Georg Georgiev en tant que coordinateur national de la lutte contre l’antisémitisme.

L’annonce a été faite à l’issue de la réunion hebdomadaire du Cabinet, le 18 octobre 2017, tandis que David Harris, directeur exécutif d’AJC et Simone Rodan-Benzaquen, directrice AJC Europe, s’entretenaient le jour-même le président bulgare Roumen Radev ainsi que le vice-ministre des Affaires étrangères Georg Georgiev.

Lire la suite

AJC applaudit la décision du gouvernement allemand d’adopter la « Working definition sur l’antisémitisme »

Berlin, 19 septembre 2017 – l’American Jewish Committee se félicite de la décision du gouvernement allemand d’adopter la « Working definition sur l’antisémitisme » de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) et appelle à son immédiate implémentation par les autorités étatiques, fédérales et locales.

“Les cas d’antisémitisme sont souvent négligés ou même ignorés par les autorités en raison du manque d’une définition uniforme de l’antisémitisme. Cela va radicalement changer avec l’adoption de la « Working definition« , qui permettra d’identifier plus facilement là où la bête immonde de l’antisémitisme s’élève”, a déclaré Deidre Berger, directrice de l’Institut Ramer pour les relations franco-juives (AJC Berlin). “Cette décision, qui arrive au début de la nouvelle année juive, envoie un signal important et rassurant à la communauté juive en Allemagne.”

Lire la suite

Une délégation d’AJC se rend au Maroc et rencontre le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères

1er août 2017 – Tétouan, Maroc –Après une série de meetings à travers le Maroc avec des représentants du gouvernement, des leaders de la communauté juive, des entreprises et représentants de la société civile, AJC a participé aux cérémonies marquant l’anniversaire de l’accession au trône du roi Mohammed VI.

La délégation des 18 membres du Conseil national du leadership d’AJC a rencontré le Premier ministre Saad-Eddine El Othmani, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita, le ministre des Affaires islamiques Ahmed Toufiq, le conseiller royal André Azoulay et d’autres hauts fonctionnaires. Ils ont échangé des points de vue sur les relations entre les États-Unis et les Marocains et diverses questions régionales et mondiales. La visite a été la dernière d’une série de consultations annuelles d’AJC depuis plus de 20 ans avec des fonctionnaires marocains et d’autres interlocuteurs sur des questions stratégiques, politiques et économiques. Il était aussi évidemment question des moyens pour favoriser la paix et la réconciliation israélo-arabe.

Lire la suite