AJC France est alarmé par la hausse considérable des actes antisémites en France

spcjjjAJC France est alarmé par la hausse considérable des actes antisémites en France telle qu’elle est  soulignée dans le dernier rapport du Service de Protection de la Communauté Juive (SPCJ) et du Ministère de l’Intérieur.

Les chiffres correspondant à la période du 1er janvier au 31 juillet 2014 démontrent une augmentation de 91% des actes antisémites de janvier à juillet, comparativement à la même période en 2013 : 527 actes antisémites en 2014 contre 276 en 2013.

La hausse de ces actes antisémites est un fait d’autant plus alarmant qu’il se caractérise essentiellement par des actions violentes : + 126% comparativement à 2013 pour la même période.

« Les deux pics importants se sont manifestés en janvier puis en juillet, coïncidant ainsi avec l’éclosion de différents événements ; « L’affaire Dieudonné et la manifestation « Jour de Colère » dans le premier cas, et les manifestations anti-israéliennes violentes organisées en France dans le second. » souligne le SPCJ.

« Le rapport du SPCJ est très alarmant. Tout porte à croire que l’année 2014 battra le triste record de l’année 2012 en matière d’actes antisémites.» a déclaré Simone Rodan-Benzaquen, Directrice AJC France. «Il est capital que toutes les forces vives de la Nation soient solidaires pour stopper ce fléau qui n’est pas seulement le problème d’une minorité mais gangrène la société toute entière. Il est temps qu’une analyse approfondie de ce phénomène soit faite pour trouver des initiatives concrètes en termes d’éducation et de prévention, en impliquant tous les acteurs de la société publique et civile.   »

Le bureau d’AJC France, dirigée par Simone Rodan-Benzaquen, travaille en étroite collaboration avec les pouvoirs publics, la communauté juive française et de nombreux représentants de la société civile sur les questions de lutte contre l’antisémitisme et racisme.

 10688012_763327067061859_5728068655042557982_o

Simone Rodan-Benzaquen est citée dans le New York Times: For hateful comic in France, Muzzle becomes a Megaphone

UnknownMARCH 10, 2014

PARIS — Thirty-eight times in recent years the French authorities have charged the comedian Dieudonné M’bala M’bala with violating anti-hate laws. The government has urged cities and towns to ban his performances, and some have done so, canceling his sold-out shows. Senior officials have condemned him as an anti-Semitic Holocaust denier who is inciting hatred.

Yet the campaign against him shows few signs of succeeding. Not only has he escaped conviction in many of the cases brought against him or, at worst, had to pay fines, he has easily circumvented limits on his public appearances via the Internet and social media. One of his videos, posted just in February, a riposte to the Interior Ministry and specifically Manuel Valls, the interior minister, received almost two million views in the first week it was up.

Perhaps more important, the attempts to silence Mr. M’bala M’bala seem to have fueled support for him among his core audience: a social and racial cross section of French people who feel shortchanged by a ruling elite.

With anti-Semitic jokes and songs and routines, Mr. M’bala M’bala, who is of French and West African heritage, reaches both French Muslims and some supporters of the far right who share his views and sometimes appear with him at performances. He is credited with inventing an inverted Nazi salute known as the quenelle to satirize the French elite, which he claims is dominated by Jewish interests. When a leading European soccer player made the salute after scoring a goal, it attracted a wave of attention to Mr. M’bala M’bala.

Determining how far to go in trying to keep the comedian from spreading his vision and assessing how to gauge when those efforts are counterproductive are among the tricky tasks facing the French authorities. At the same time, right-wing populists, some of whom similarly hold anti-Semitic views, seem poised to make electoral gains across much of Europe — and not least of all in France, where the far right National Front has a higher approval rating than the other two major parties.

Freedom of speech is less protected in France than in the United States, and there is widespread support for seeking to muzzle Mr. M’bala M’bala. But his case has set off a new debate over the limits of free expression, with advocates for civil liberties asserting that the government risks overreacting and endangering basic freedoms as well as adding to his luster by making him into a martyr. Lawyers say they are particularly concerned that the government has pre-emptively banned his shows.

“These preliminary injunctions that have been pronounced against his shows are dangerous not for Dieudonné, but because citing ‘a risk to public order’ opens the way for other similar injunctions,” said Agnès Tricoire, a lawyer who specializes in intellectual property and freedom of expression and represents the French League of Human Rights, a group that has a more American and British view of freedom of expression.

Ms. Tricoire noted that two of the legal grounds for complaints against Mr. M’bala M’bala are highly subjective: that he is a threat to public order and that his performances defame the humanity of a group or community. He has also been accused of denying the Holocaust — a crime in France — and of inciting hatred.

“The notion of violating human dignity is claimed by certain pressure groups who want to forbid performances for moral reasons,” she said, noting that a similar argument could be used by the far right to try to prohibit art shows or theater even before a performance because those groups view them as immoral. So far, the French government has refrained from bowing to such pressure, even going so far as protecting audiences from protesters when they object to artistic performances.

Others worry that the “threat to public order” charge could be used more to repress dissent, as it is by some authoritarian governments.

Groups that represent Jews, who have been the chief targets of Mr. M’bala M’bala’s routines, staunchly defend the government’s measures, arguing that the poisonous message harms society and undercuts a goal revered by the French — at least in theory — of people from all races and religions living together.

Jewish groups also cite the rising number of anti-Semitic crimes in France as good reason to squash Mr. M’bala M’bala’s message. There were more than 600 anti-Semitic acts in 2012, according to the Interior Ministry, an increase of nearly 60 percent over 2011. The sharp rise came afterMohammed Merah, a French Muslim, shot three Jewish children and their teacher, a rabbi, at a Jewish school in Toulouse in March 2012. The numbers for 2013 declined somewhat, according to the ministry.

There are also ever more anti-Islamic crimes — there were about 200 in 2012, according to the Interior Ministry, up from about 160 in 2011. Some nongovernmental agencies that track anti-Islamic acts cite more than twice that number. One of the most recent occurred in February in a town near Paris, when a pig’s head and what appeared to be pork were thrown into a mosque courtyard. Pork is considered unclean under Muslim law.

Recent years have been marked as well by vitriol against other groups besides Muslims and Jews — such as Roma; blacks, including the Justice Minister Christiane Taubira; and gays — suggesting a fraying in the social fabric and a rising intolerance.

The French are particularly sensitive to anti-Semitism because of the country’s collaboration with Nazi Germany during World War II. “In a country where you had the Holocaust on its soil, we have a very different way of dealing with it,” said Simone Rodan-Benzaquen, the head of the American Jewish Committee in France.

But she admitted that just prohibiting anti-Semitic speech can go only so far.

Mr. M’bala M’bala, who has previously denied that he is an anti-Semite, could not be reached for comment. In one of his videos that recently was the subject of a court case, he provocatively called for the release ofYoussouf Fofana, the convicted killer of Ilan Halimi, a 23-year-old Jewish man who was kidnapped in 2006 by a group known as The Barbarians, who tortured him for a week before mutilating him and leaving him bleeding on a road.

Mr. M’bala M’bala charged that Jewish youths caused the death of a Muslim man in 2010, and that there was far less of an outcry than in Mr. Halimi’s case.

In another of his popular routines he performs a song called “Shoahnanas” — a pun that in French sounds like the words “hot pineapple.” The word Shoah refers to the Holocaust, and Nana is a slang term for a woman akin to the English chick. The video features a thin, bedraggled man in the kind of uniform that was worn by prisoners in concentration camps, with an oversize yellow Star of David on it; the man jumps around the stage — a puppet on a string to Mr. M’bala M’bala’s satirical commentary.

The difference between Mr. M’bala M’bala’s phenomenon and some previous far right anti-Semitic writers is his ability to reach a wide audience.

Anti-Semitic views “are not that important until it connects with the masses and that’s what Céline did in the ’30s and that’s what Dieudonné is doing now,” said Andrew Hussey, the dean of the University of London in Paris and a specialist in the history of anti-Semitism in France.

Louis-Ferdinand Céline was a celebrated French writer and pamphleteer in the first half of the 20th century who also espoused virulently anti-Semitic views.

“Dieudonné’s got this constituency out in the banlieues and he speaks to them in code, he doesn’t have to say, ‘The Holocaust never happened,’ ” Professor Hussey said, referring to the poor suburbs often populated by immigrants. “Instead he makes a joke about the Shoah, but the joke is testing the limits of French law.”

Le Directeur des affaires interreligieuses d’AJC rencontre le Pape François

AFP_130314_x38y1_francois-pape-bergoglio_sn63520 mars – Rome – Le rabbin David Rosen, Directeur des affaires interreligieuses de l’AJC, a rencontré aujourd’hui le Pape François au Vatican après la cérémonie d’installation qui s’est tenue hier.

Rosen, qui est l’une des rares personnalités juives à avoir reçu la chevalerie papale, fut invité à la cérémonie comme l’ont été douze représentants de la communauté juive d’Argentine, d’Isräel, d’Italie et des Etats-Unis.  En outre, Rosen a été recu aujourd’hui en audience privée.

« Il n’y aucun doute sur le fait que les relations entre les deux communautés iront de mieux en mieux pendant le pontificat de François » a déclare le Rabbin Rosen.

Lors de la cérémonie d’installation, la délégation juive a été la seule délégation non chrétienne accueillie publiquement par le Pape François.

« Aujourd’hui en audience privée, nous avons été chaleureusement accueillis » a ajouté Rosen.

Tribune dans le Huffington Post: Le Hezbollah doit être placé sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne

« La France se devait de combattre le terrorisme« . C’est ainsi que le Président Hollande a justifié à juste titre l’intervention française au Mali dans son discours prononcé face au peuple malien le 2 février dernier.

« Il n’y a aucune impunité pour les terroristes et il n’y en aura pas (…) Face au terrorisme, il faut être implacable ». Ces mots sont ceux de Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères. Ils ne laissent que peu de place à l’interprétation.

Oui, le mandat du président Hollande est, et sera placé sous le signe de la lutte anti terroriste. La France n’a effectivement plus le choix et ce combat contre le terrorisme lui est imposé.
En conséquence, la France a décidé d’adopter une doctrine claire pour traiter cette menace : l’intransigeance ! Effectivement le Président Hollande a agi avec détermination au Mali. Aussi, grâce à l’action de son ministre Manuel Valls, le gouvernement a également décidé d’agir avec fermeté contre le terrorisme sur le sol français, en traquant et en expulsant ceux qui essaient d’inciter à la violence et à la haine.

L’été dernier, un pays membre de l’Union européenne a été frappé par un attentat terroriste. Ce pays c’est la Bulgarie, cet attentat c’est celui de Burgas.

Après plus de six mois d’enquête approfondie les conclusions du rapport ont été rendues le 5 février. Les autorités bulgares ont clairement identifié le Hezbollah comme commanditaire et organisateur de l’horreur de Burgas.

Aujourd’hui la France se doit de demander à ce que le Hezbollah soit placé sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne, par fermeté envers le terrorisme, mais aussi par solidarité avec un autre pays européen.

Des pays comme les Etats Unis ou les Pays Bas ont déjà pris acte du fait que le Hezbollah est une entité qui alimente allègrement une idéologie destructrice, et l’ont placé sans état d’âme sur la liste déjà longue des organisations terroristes. Le Royaume Uni a quant à lui décidé de faire une distinction et de placer uniquement la branche militaire sur la liste des organisations terroristes nationale.

Les raisons ne manquent pas pour agir dans ce sens. Il ne faut pas oublier que le Hezbollah fut le premier à introduire la pratique de l’attentat suicide au Moyen-Orient, qu’il a maintes fois utilisée contre des cibles civiles, politiques et militaires, tant en Israël, que dans des pays arabes et à travers le monde. Le Hezbollah a kidnappé des étrangers et les a détenus en otage pendant des années dans des conditions des plus dégradantes. Le Hezbollah entretient des liens étroits avec d’autres organisations terroristes infiltrées en réseaux. Le Hezbollah travaille en étroite collaboration avec les cartels de la drogue afin de financer ses besoins terroristes. Le Hezbollah est le relais privilégié des Etats voyous, et l’Iran et la Syrie sont ses premiers parrains « officiels ». Ils l’hébergent, le financent et forment ses cadres. Le régime syrien a directement fourni des armes et ce en facilitant l’acheminement sur son territoire à destination du Liban où le Hezbollah a établi ses bases de façon hégémonique. On sait qu’en échange, le Hezbollah a appuyé le régime syrien de Bashar Al Assad en lui fournissant un soutien actif dans cette guerre qui n’en finit plus de laminer son peuple. Les rebelles syriens ont longtemps accusé le Hezbollah de fournir une assistance stratégique et l’envoi de combattants pour soutenir les forces du régime. En Juin 2011, les slogans des manifestations de rues syriennes étaient aussi bien contre la dictature du président Assad que contre les exactions du Hezbollah.

La France qui partage une histoire étroite avec le Liban est soucieuse du maintien d’une certaine stabilité politique dans ce pays déchiré entre les différentes confessions, factions et clans rivaux.
Cependant la France doit se faire un point d’honneur, dans ses relations profondes et historiques avec le Liban, à défendre avec une détermination sans faille ses valeurs ainsi que l’indépendance de ce pays ami.

L’Union Européenne va devoir réagir, et la France est attendue par ses partenaires européens pour mettre en cohérence ses engagements courageux. Pour différentes raisons, la France a jusqu’à présent refusé de condamner sans appel le Hezbollah et placer cette nébuleuse sur la liste des organisations terroristes, la privant ainsi de subventions, d’aides et de liberté de circulation. Les récentes déclarations du Président de la République et de son ministre des Affaires Etrangères vont, je l’espère dans le sens d’une décision attendue pour combattre sans retenue le terrorisme en général et le Hezbollah en particulier. Il est temps pour la France de demander sans plus attendre à l’Union Européenne de placer le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes.

Visite d’une délégation de hauts dignitaires de l’AJC en France

Ce diaporama nécessite JavaScript.

5 février 2013 – Paris – La délégation du comité exécutif de l’AJC a conclu une visite de trois jours à Paris après des étapes à Amman, Athènes, Jérusalem, Ramallah et Berlin.

Parmi les faits marquants de la visite étaient les réunions avec le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le Ministre de l’Intérieur Manuel Valls, le secrétaire général de l’Elysée, Pierre-René Lemas, le Conseiller diplomatique du Président François Hollande, Paul Jean-Ortiz, et le Président du parti d’opposition (UMP), Jean-François Copé. Ces entretiens ont permis à l’ensemble de la délégation d’échanger avec les responsables français sur les prérogatives de l’AJC.

En outre, la délégation de 20 personnes, dirigé par le Président de l’AJC Robert Elman et le directeur exécutif d’AJC David Harris, a rencontré l’ancien président Nicolas Sarkozy et séparément Monsieur Jean-David Levitte, qui a servi comme conseiller diplomatique du Président et Sherpa.

La délégation s’est également entretenue avec l’ambassadeur français pour les droits de l’Homme, François Zimeray, l’Ambassadeur d’Israël en France, Yossi Gal, l’ambassadeur d’Israël auprès de l’UNESCO, Nimrod Barkan, et l’ambassadeur américain auprès de l’UNESCO, David Killion. L’UNESCO a également accueilli le groupe à son siège pour un déjeuner.

Enfin, la délégation a rencontré les dirigeants juifs français, parmi lesquels Richard Prasquier, le président du CRIF, et le Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim. La délégation a été accueillie par Hassen Chalghoumi, l’imam de Drancy, lors d’un dîner spécial œcuménique auquel ont assisté le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, des représentants politiques, plus de 150 imams, le clergé chrétien et les représentants des organisations juives françaises.

À Drancy, la délégation de l’AJC a également visité le mémorial et le musée, dédié à la mémoire des Juifs de France déportés vers les camps de concentration en provenance de la banlieue parisienne.

«Il y a près de 100 ans des dirigeants de l’AJC sont venus pour la première fois en France, à l’époque de la Conférence de la paix de Paris, et ont établi un bureau à Paris peu de temps après la Seconde Guerre mondiale », a déclaré le Directeur exécutif de l’AJC David Harris, récipiendaire de la Légion d’honneur française. « Nous avons toujours considéré la France comme un pays d’une grande importance dans le monde et pour les juifs ».

« Pilier de l’Europe, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, abritant la troisième plus grande communauté juive au monde (et la plus grande communauté juive en Europe), acteur majeur au Moyen-Orient et Afrique du Nord, la France a toujours occupé une place prioritaire dans l’action de l’AJC. En effet, notre relation de longue date et de grande envergure avec la France et de ses institutions clés est tout à fait unique dans le monde juif.  »

Lors de cette visite, la délégation AJC a axé ses débats sur plusieurs questions importantes, y compris sur les ambitions nucléaires de l’Iran (la France est membre du P5 +1); les bouleversements dans le monde arabe et les implications pour la sécurité régionale, le Hezbollah et la liste des organisations terroristes de l’UE; et le bien-être de la communauté juive française, en particulier dans le contexte des récentes attaques antisémites de Toulouse et de Sarcelles.

« Comme toujours, nous avons été reçus chaleureusement, avons eu des discussions productives et profondes. Le bureau français de l’AJC est prioritaire pour nous et une délégation sera bientôt de retour à Paris, » a ajouté David Harris.

AJC France est dirigé par Simone Rodan-Benzaquen.

AJC appelle au gouvernement français et à l’Union Européenne d’inscrire le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes

Après plusieurs mois d’enquête, le gouvernement bulgare a conclu aujourd’hui que la branche militaire du Hezbollah est responsable de l’attaque terroriste du 18 juillet dernier à Burgas qui a couté la vie à 6 personnes et en a blessé plus de 30. AJC demande aujourd’hui à la France et à l’ensemble de l’Union Européenne de prendre ses responsabilités en inscrivant le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes établie par l’Union Européenne.
Une délégation de l’AJC vient juste d’achever un cycle de rencontres avec des responsables européens et notamment français. C’est lors de ces rencontres que l’AJC a demandé aux différents représentants du gouvernement français  comme Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, Manuel Valls, Ministre l’intérieur, René-Pierre Lemas,  Secrétaire Général Elysée et Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique du Président de considérer une action commune de l’Union Européenne contre le Hezbollah.
« Le terrorisme est une grave menace pour l’Europe et ses alliés. Le Président François Hollande et son gouvernement  ont promis une mobilisation totale face au terrorisme. C’est cette détermination qui a poussé la France à intervenir courageusement en apportant son aide aux populations du Mali et à poursuivre sans relâche les réseaux terroristes sur le sol français.  Cette détermination devrait également aujourd’hui inciter la France à être résolue à prendre des mesures claires contre le Hezbollah et à exprimer sa solidarité envers un autre pays membre de l’Union Européenne, la Bulgarie,  frappée par cet acte terroriste hideux »  a déclaré Simone Rodan-Benzaquen, directrice du bureau français de l’American Jewish Commitee.
Le Hezbollah est la quintessence de l’organisation terroriste internationale. Il fut le premier à introduire la pratique de l’attentat suicide au Moyen-Orient, qu’il a maintes fois utilisé contre des cibles militaires et civiles, tant dans la région qu’à travers le monde.
« L’inscription du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne pourrait permettre le gel de leurs avoirs, la restriction de collecte de fonds et l’interdiction de voyage de leurs dirigeants et ainsi nuire à leur capacité de commettre de nouveau des actes  de terreur » a déclaré Simone Rodan-Benzaquen.

AJC Welcomes U.S., European Condemnations of Tel Aviv Bus Bombing

November 21, 2012 – New York – AJC welcomed the strong American, British and French condemnations of today’s bombing of a bus in central Tel Aviv. At least 23 people were injured in the attack, which the terrorist group Hamas praised. It was the first terror bombing in Tel Aviv since 2006.

“We are reminded once again of the evil nature of Israel’s enemies,” said AJC Executive Director David Harris. “Today’s bus bombing in Tel Aviv fulfills a Hamas vow to resume such attacks inside Israel. It is another dangerous escalation of the current Hamas-instigated conflict, which further belies any professed interest by the Gaza regime in a cease-fire. We pray for the full recovery of the wounded, and count on Israel to respond as it deems necessary to this brazen assault.”

President Barack Obama condemned the bus attack in the strongest possible terms. “These attacks against innocent Israeli civilians are outrageous.  The United States will stand with our Israeli allies, and provide whatever assistance is necessary to identify and bring to justice the perpetrators of this attack. The United States reaffirms our unshakeable commitment to Israel’s security, and our deep friendship and solidarity with the Israeli people.”

French President Francois Hollande condemned “in the strongest possible terms” the attack, and expressed “solidarity with the people and government of Israel.” He stressed that “terrorism, which can never be justified, must be fought with vigor.”

British Foreign Minister William Hague said that « terrorists must not be allowed to set the agenda. »

U.S. Secretary of State Clinton is in the region seeking a durable cease-fire. She met yesterday in Israel with Prime Minister Benjamin Netanyahu, and reaffirmed that “America’s commitment to Israel’s security is rock solid and unwavering.” She also met with Palestinian Authority President Mahmoud Abbas in Ramallah, and today is in Cairo to meet with Egyptian President Morsi

Tribune publiée dans le Huffington Post: Ne perdons pas la raison, pour une clarté morale

Par Simone Rodan-Benzaquen, directrice d’AJC France

Il suffit que le mot Israël soit prononcé pour faire perdre la raison à certains. A la lecture d’articles dans les médias français et à l’écoute de quelques déclarations politiques depuis le début des violences qui opposent Israël au Hamas, je finis par perdre la raison. Effectivement il est étrange de constater à quel point nous sommes parfois témoins d’un manque de ce que l’on pourrait appeler la « clarté morale ».

 
Quand certains mettent sur le même plan le Hamas et Israël ou pire encore quand d’autres évoquent une sorte de conspiration du Premier Ministre israélien ayant « provoqué » cette guerre pour gagner les élections législatives israéliennes (sachant que tous les sondages ont depuis des mois donné Benjamin Netanyahou gagnant), il me semble que l’on peut aisément parler d’une « perte de raison ». Replaçons quelque peu les choses dans leur contexte.

Pour commencer, après des années de négociations vaines et infructueuses, Israël a en 2005 unilatéralement quitté la bande Gaza, laissant l’entière gestion de ce territoire à l’Autorité Palestinienne. Depuis ce désengagement unilatéral, il n’y a plus aucune présence militaire israélienne à Gaza.   En juin 2007, après des mois de combats violents avec leur frères palestiniens, le Hamas s’est emparé du pouvoir par la force à Gaza, évinçant totalement le Fatah. Depuis le Hamas fait de sa charte la base pour un projet de société, j’entends par là l’instauration de la charia, l’appel au meurtre des juifs et des mécréants et la libération de « toute » la Palestine. Depuis, le Hamas fait régner la terreur sans précédent sur les populations civiles israéliennes et palestiniennes. Ce n’est pas sans raison que le Hamas est placée sur la liste des organisations terroristes par les Etats Unis et l’Union Européenne. Méprisant la valeur de la vie jusqu’à se servir de familles palestiniennes entières comme bouclier humain, régnant d’une main de plomb sur Gaza et terrorisant plus d’un million de civils israéliens, le Hamas démontre un peu plus au quotidien jusqu’où il peut aller pour imposer à tous son idéologie haineuse. Parfois Israël fut accusé d’étouffer Gaza par son blocus. Pourtant il est dans l’intérêt d’Israël que la bande de Gaza soit pacifiée et prospère. La levée du blocus ne fait aucun doute en cas de volonté pacifique venant du Hamas et ce en stoppant ses agressions et celles d’autres organisations dont Israël est la cible au quotidien. Mais depuis 2007 malheureusement nous avons assisté au scénario opposé: des centaines, des milliers d’armes ont été passées en contrebande par des tunnels reliant l’Egypte et la bande de Gaza, devenue la rampe de lancement de milliers de roquettes. Ce sont ces roquettes, qui depuis janvier 2011 ont été utilisées contre la population civile du Sud d’Israël et qui ont débouché à une intensification majeure du nombre d’attaques, effectivement plus de 1100 tirs de roquettes ont eu lieu depuis le 14 novembre 2012. Les provocations quotidiennes sont une stratégie délibérée du Hamas pour provoquer une réponse, d’un état démocratique dans l’obligation de protéger ses populations civiles. On peut dès lors se poser la question de la pertinence des réactions israéliennes. Pour autant, quel autre Etat dans le monde aurait accepté une telle situation? Quel peuple pourrait supporter cette menace incessante sans réagir? Quelle serait la réaction de la France si l’Allemagne ou la Belgique l’agressaient quotidiennement en tirant des roquettes sur ses populations civiles ?

Une question s’impose à nous, à savoir quelles motivations animent le Hamas dans cette intensification des tirs de roquettes depuis le 14 novembre?
 
Je pense qu’il existe trois théories qui ensemble, forment une réponse logique et cohérente:
 

    • Tout d’abord, l’Autorité palestinienne a été bien plus efficace que le Hamas. La Cisjordanie, malgré des difficultés financières prospère contrairement à Gaza où la grogne contre le Hamas commence à se faire entendre. Le projet même si contreproductif et futile de l’acceptation de la Palestine comme état membre observateur par l’Assemblée Générale des Nations Unis a fait peur au Hamas. Le Hamas a été forcé de quitter son siège à Damas, et l’avènement d’un gouvernement issu des Frères musulmans en Egypte n’a pas eu l’effet attendu pour le Hamas pourtant affilié au mouvement. La frontière est encore largement fermée et pire encore, les Egyptiens sont en train de détruire les tunnels de contrebande, source de revenus pour le Hamas et de marchandises pour les Gazaouis. C’est ainsi une des raisons pour lesquelles le Hamas a peut-être voulu revenir sur le devant de la scène, afin de rappeler aux gens que, pendant que l’autorité palestinienne parle, lui agit.
    • Deuxièmement, la identité même du Hamas est d’être une organisation terroriste. J’entends par là que le chef du Hamas puise sa gloire et sa légitimité dans sa volonté farouche de combattre et de tuer Israël et le juifs. La situation de calme relatif depuis le dernier conflit avec Israël en 2009 ne représente non seulement aucun intérêt, mais un problème pour les dirigeants du Hamas. Ils savent qu’ils risquent de perdre la loyauté de beaucoup de jeunes hommes dans la bande de Gaza au détriment d’autres groupuscules, plus actifs encore si cela continue trop longtemps. C’est pour cette raison qu’ils ont décidé de provoquer un nouveau conflit.
    • Et troisièmement, l’aspect le plus important surement, la volonté du Hamas de diviser Israël, confondant ainsi le débat interne qui secoue la société israélienne et une refonte de son système sociale et l’unité nationale en temps de guerre… Et ce tout en espérant que le monde condamnerait Israël pour sa réaction défensive, comme il a plu le faire dans un premier temps en 2009.

Il me semble que, malheureusement, certains médias et certains acteurs politiques sont tombés dans le piège du Hamas faisant preuve d’un manque de rationalité flagrante, incapables de voir ce conflit autrement que par le prisme de leur propres imaginaires et de leurs histoires nationales, l’utilisant comme une psychothérapie facile au détriment de la vérité. Pourtant souvent eux ont été aux abonnés absents lorsqu’il s’agissait d’autres conflits, de « vraies massacres » comme en Syrie, en Lybie ou avant au encore au Darfour. Il suffit que le mot « Israël » soit prononcé pour qu’une horde « d’indignés » se manifeste. Heureusement un certain nombre de leaders, des États-Unis au Canada, en passant par la Grande-Bretagne et l’Allemagne, ont immédiatement fait preuve d’une clarté morale sans failles, distinguant l’agresseur, le Hamas, et la victime, Israël. Hier la déclaration du Conseil de l’Union Européenne a également justement « condamné avec force les attaques à la roquette depuis Gaza sur Israël, exigeant du Hamas et des autres milices qu’ils cessent immédiatement l’agression. Il ne peut y avoir de justification à viser délibérément des civils innocents. Israël a le droit de protéger sa population de ce genre d’attaques. »

Espérons que plus de médias et leaders sauront faire preuve de cette clarté morale. Car nous n’aidons personne en faisant preuve d’un flou et d’un mélange des genres nauséabond. Ni les israéliens, ni les palestiniens et certainement pas le monde occidental n’en sortiront grandis.

AJC Congratulates President Obama

November 7, 2012 — New York — AJC, the global Jewish advocacy organization, congratulates President Obama on his hard-fought reelection victory, and looks forward to continuing to work with his administration.

“The entire world witnessed again a cardinal foundation of American democracy, free elections, and the eagerness of citizens across the country to cast their votes,” said AJC Executive Director David Harris. “We wish President Obama every success in his second term, and salute Governor Romney for his record of public service and his gracious concession speech.”

“It is now time for the leaders of both parties — and the divided Washington they represent — to rediscover the art of compromise, the necessity of cooperation to address the pressing political, economic and national security challenges facing our country,” said Harris. “AJC will be there, as we have for over a century, to work with the administration, the 113th Congress, and our ethnic and faith partners on many of these issues.”

At the top of AJC’s agenda are preventing Iran from acquiring nuclear-weapons capability; advancing the U.S.-Israel partnership in an era of profound instability in the Middle East; defending democratic values worldwide; achieving national energy security; and adopting immigration reform.

AJC, with 26 regional offices across the country, is a nonpartisan advocacy organization.

 

 

François Hollande et Benjamin Netanyahu ont rendu hommage ensemble aux victimes de Toulouse; la Directrice d’AJC France était présente

François Hollande et Benjamin Netanyahu lors de la cérémonie à l’école Ohr Thora à Toulouse

1er novembre 2012 – Paris – AJC tient à saluer le président français François Hollande et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour leurs interventions à la cérémonie de commémoration à Toulouse en mémoire aux victimes de l’attentat terroriste de mars dernier. Un tireur islamiste isolé a ouvert le feu  à la l’école Ohr Thora (depuis l’attaque de l’école a changé son nom de Ozar Hatorah), assassinant froidement trois enfants – Arieh et Gabriel Sandler et Myriam Monsonego – et un enseignant, Jonathan Sandler.

La Directrice d’AJC France Simone Rodan-Benzaquen, qui avait été invité comme l’un des rares représentants juifs à assister à la cérémonie d’aujourd’hui, a déclaré: «La visite conjointe du Président Hollande et du Premier ministre Netanyahu est un message fort d’unité face à la menace de l’antisémitisme qui plane non seulement sur les Juifs, mais aussi sur le reste de l’humanité.  »

Le Président Hollande a promis que la France se battra sans relâche contre toutes les formes d’antisémitisme, afin de protéger les juifs vivant en France. «Nous sommes ici parce qu’un terroriste a commis un acte lâche et barbare», a déclaré Hollande. «Nous allons lutter contre l’antisémitisme, non seulement par les actes, mais aussi par les mots. L’objectif de la République française est que les écoles juives n’aient plus besoin d’être protégées.  »

Après avoir abordé avec le Premier ministre Netanyahu la question de l’antisémitisme lors de sa visite hier à l’Elysée, le Président François Hollande a déclaré: «Nous sommes debout côte à côte, car nos deux peuples expriment leur solidarité dans la douleur et la souffrance. »

Dans son intervention à la cérémonie de Toulouse, Netanyahou a rappelé sous forme d’avertissement que « l’antisémitisme devient très rapidement un incendie qui se propage partout et dévore tout. »

« Toute personne qui ne respecte pas les droits humains des Juifs ne respecte pas les droits humains des autres êtres humains», a déclaré M. Netanyahu. « Dans les jours sombres du nazisme la plupart des gouvernements européens n’ont pas levé le petit doigt contre la folie de l’antisémitisme. Mais aujourd’hui, je suis ici avec mon ami François Hollande qui parle clairement et résolument contre cette folie et se bat contre elle. « 

November 1, 2012 – Paris – AJC lauded French President François Hollande and Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu for their moving remarks at the memorial service in Toulouse commemorating the victims of the terrorist attack last March. The lone Islamist gunman opened fire at the Jewish school Ohr Torah, leaving three children — Arieh and Gabriel Sandler and Myriam Monsonego — and one teacher, Jonathan Sandler, dead.

AJC Paris Director Simone Rodan-Benzaquen, who had been invited as one of the few Jewish representatives to attend today’s ceremony, said, “The joint visit by President Hollande and Prime Minister Netanyahu is a strong message of unity against the menace of anti-Semitism that threatens not only Jews but also the rest of humanity.”

President Hollande vowed that France would battle relentlessly against all forms of anti-Semitism in order to protect Jews living in France. “We are here because a terrorist committed a cowardly and barbaric act,” said Hollande. “We will fight anti-Semitism, not only the acts but also the words. The aim of the French Republic is that Jewish schools don’t need to be protected anymore. »

Turning to Prime Minister Netanyahu, who visited with the French president yesterday at the Elysee Palace in Paris, Hollande declared: “We are standing side by side because our two people express their solidarity in pain and suffering.”

In his Toulouse ceremony remarks, Netanyahu cautioned that “anti-Semitism very quickly becomes a fire that spreads everywhere and consumes everything.”

“Anyone who does not respect the human rights of Jews will not respect the human rights of other people,” said Netanyahu. “In the dark days of Nazism most European governments did not lift a finger against the madness of anti-Semitism. But today I am here with my friend Francois Hollande, who speaks clearly and resolutely against this folly, and fights against it. »

AJC félicite l’UE et Israël quant à l’Accord pharmaceutique ratifié par le Parlement Européen

23 octobre 2012 – Bruxelles – AJC se félicite de la ratification par le Parlement européen de l’ACAA d’un accord technique entre l’Union européenne (UE) et Israël visant à faciliter le commerce pharmaceutique. La mesure a été adoptée par une large majorité de 379 pour 230 contre.

« Les compagnies pharmaceutiques israéliennes sont à la pointe de la recherche et du développement de traitements innovants qui contribuent à sauver des vies et réduire les souffrances », a déclaré Daniel Schwammenthal, directeur de l’AJC Transatlantic Institute à Bruxelles.

«Grâce à leur leadership sur le marché des médicaments génériques, les médicaments israéliens aident les fournisseurs de soins de santé à réduire les dépenses tout en maintenant des normes de qualité élevées. » dit Daniel Schwammenthal. «C’est une journée importante pour Israël et l’Union européenne. »

Le Conseil européen, composé des chefs d’Etat des 27 Etats membres de l’UE, a validé le protocole de l’ACAA en Mars 2010 et l’a renvoyé au Parlement européen pour sa mise en oeuvre. La procédure a mis plus de deux ans à aboutir devant la commission parlementaire sur le commerce international et ce jusqu’au vote qui a eu lieu le 18 Septembre 2012, au cours duquel une majorité de députés ont donné leur accord.

«À la base, ce n’était pas un débat sur les mérites de l’accord. Il était surtout question des enjeux politiques de ce vote « , a déclaré Daniel Schwammenthal. « Certains membres du Parlement européen ont mis leurs désaccords avec Israël avant leur obligation d’assurer à leurs électeurs un accès rapide, meilleur et le plus abordable aux soins de santé. L’ACAA est tout simplement de l’intérêt public pour les patients européens.  »

October 23, 2012 – Brussels – AJC welcomes the European Parliament’s approval of ACAA, a technical agreement between the European Union (EU) and Israel designed to facilitate pharmaceutical trade. The measure passed by a margin of 379-230.

“Israeli pharmaceutical companies are at the cutting edge of research, developing innovative treatments that help save lives and reduce suffering,” said Daniel Schwammenthal, Director of AJC’s Transatlantic Institute in Brussels.

”Through their leadership in the generics market, Israeli medicines help healthcare providers reduce spending while maintaining high quality standards.” Schwammenthal said. « This is a good day for both Israel and the EU. »

The European Council, comprised of the heads of the 27 EU Member States, agreed to the ACAA protocol in March 2010 and referred it to the European Parliament for action. The file sat in the Parliament’s Committee on International Trade for over two years until a vote was held on September 18, 2012, in which a majority of deputies gave their consent.

“At its core, this was not a debate on the merits of the agreement. This was about politics,” said Schwammenthal. “Some Members of the European Parliament were putting their disagreements with Israel ahead of their obligations to ensure their constituents had fast access to the best and most affordable healthcare. ACAA is simply about the interests of European patients.”

European Union Expands Punishing Sanctions on Iran

October 15, 2012 – New York – AJ C called the latest round of European Union sanctions against Iran “a necessary step in the global effort to stop the Iranian regime’s steady march towards building the capacity to produce nuclear weapons.”

The 27-member state EU adopted today additional sanctions that step up the already punishing measures against Iran’s banking and energy sectors. The EU reiterated its “serious and deepening concerns over Iran’s nuclear program and the urgent need for Iran to comply with all its international obligations.”

Iran has defiantly ignored UN Security Council and International Atomic Energy Agency resolutions, and effectively blocked any possible progress in three rounds of negotiations this year with the P5+1group – Britain, China, France, Germany, Russia, and the U.S.

“The EU, by its actions today, has told not only the Iranian regime, but the world, that Iran will pay an ever higher price for disregarding UN calls to suspend uranium enrichment,” said AJC Executive Director David Harris, who last week met with top government officials in Spain and Portugal, two EU member states.

In Madrid and Lisbon, and in 70 individual meetings with heads of state and foreign ministers in New York last month for the UN General Assembly, concerns about Iran’s nuclear program topped the agenda. “The Iranian nuclear threat is viewed broadly across the Middle East and around the world as the most serious current danger to regional and global security,” said Harris.

Growing distrust of Iran’s nuclear intentions has moved the EU, as well as the U.S., to regularly increase and expand the sanctions against Iran. Among the series of measures adopted today is a prohibition on transactions between European and Iranian banks “to ensure that EU financial institutions do not process funds that could contribute to Iran’s nuclear program or to the development of ballistic missiles.”

 The new EU measures also ban the import of natural gas, and prohibit the export to Iran of graphite, aluminium, steel and other materials relevant to the Iranian nuclear and ballistic programs or to industries controlled by the Iranian Revolutionary Guard Corps. And, in a further step to curb Iran’s oil exports, ships belonging to EU citizens and companies will no longer be available for transporting or storing Iranian oil and petrochemical products.

In July the EU suspended importing oil from Iran and earlier this year stopped dealings with Iran’s Central Bank. All of the EU steps regarding Iran are in tandem with sanctions imposed by the United States.

AJC est étonné par l’entrée du Qatar dans l’Organisation Internationale de la Francophonie

AJC se dit très surpris que le Qatar soit rentré comme membre associé dans l’Organisation Internationale Francophone (OIF). L’organisation a pour mission de donner corps à une solidarité active entre les membres qui partagent l’usage de la langue française et le respect des valeurs universelles.

Seul 1% de la population du Qatar est francophone. Malgré tout le pays est rentré directement dans l’organisation francophone en tant qu’état membre sans même passer par la case « membre observateur » comme c’est habituellement la règle.

« On doit se poser des questions quant à la légitimité du Qatar comme membre de l’OIF et aux conditions de son adhésion. L’organisation internationale compte déjà plusieurs membres non-francophones. Cette récente adhésion risque de faire perdre la raison-d’être à l’OIF si les conditions d’adhésion ne sont plus observées » a déclaré Simone Rodan-Benzaquen.

En contraste, Israël qui compte selon les estimations 20% de sa population francophone, reste le grand absent des 57 membres – dont 3 associés – et 20 observateurs de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

« L’entrée du Qatar dans l’OIF nous rappelle que les organisations internationales pratiquent souvent deux poids deux mesures quand il s’agit d’Israël » a déclaré Simone Rodan- Benzaquen. « La non-admission d’Israël dans la francophonie est un signe d’intolérance de la part de l’organisation qui ne reconnaît pas l’existence d’un million d’israéliens pratiquant le français.

AJC salue l’action des autorités françaises contre les réseaux terroristes

Le bureau français d’AJC a envoyé une lettre au Ministre de l’Intérieur Manuel Valls, saluant son action ainsi que celle des services de la police ces derniers jours.

L’action durant le week-end du 7, 8 octobre 2012 a permis de remonter une filière islamiste responsable, entre autres, de l’attentat du 19 septembre dans une épicerie à Sarcelles.

La lettre qui a été adressée par Simone Rodan-Benzaquen, directrice du bureau français salue le travail et les déclarations du Ministre.  » Vos propos et vos actes (…) sont la preuve de la fermeté avec laquelle vous avez décidé de traiter ces sujets qui peuvent remettre en cause les valeurs fondatrices de notre République. Vous n’avez eu cesse de le répéter depuis des mois et ce sans attendre le démantèlement de cellules islamistes à travers tout le territoire, « ce n’est pas simplement la communauté juive qui était ciblée, c’est la France tout simplement ».

eux qui essaient en vain de terroriser le peuple français. »

L’AJC suit avec beaucoup d’inquiétude à travers son bureau français ces évolutions qui confirment une sinistre réalité. Il existe en France des groupes intégristes déterminés à la violence contre les juifs.  Face à ce constat, AJC appelle le gouvernement à défendre avec fermeté et sans complaisance les valeurs de la République française et à mener une action globale dans la lutte contre l’intégrisme et l’antisémitisme.