Une délégation d’AJC à la rencontre de nombreux responsables politiques français

Alain Juppé, David Harris et Simone Rodan-Benzaquen

Paris – Une délégation de l’AJC vient de conclure une visite à Paris, ponctuée d’une réunion avec le Ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé.

La délégation a également rencontré le groupe d’amitié France-Israël de l’Assemblée Nationale, Richard Prasquier et une équipe du CRIF, Manuel Valls, directeur de communication de François Hollande, l’UEJF, le think tank progressiste Terranova,  l’ambassadeur israélien Yossi Gal, plusieurs membres de la cellule diplomatique de l’Élysée et des diplomates du Ministère des Affaires Etrangères ainsi que le PDG de Total, Christophe de Margerie.

La délégation d’AJC s’est rendue en France pour trois raisons:

Tout d’abord pour remercier le gouvernement français pour son rôle et ses postions sans ambiguïtés lorsqu’il s’agit de soulever la question du dossier nucléaire iranien aussi bien à l’échelle européenne qu’internationale. Nous tenons aussi à souligner les efforts continus visant à attirer l’attention sur les massacres perpétrés par la Syrie sur ses propres citoyens.

Deuxièmement, pour faire avancer le dialogue de longue date entre l’AJC et les responsables français sur les points d’intérêts communs, à savoir le processus de paix israélo-arabe, la demande palestinienne unilatérale d’adhésion à l’ONU et ses organisations annexes, et le bouleversement dans le monde arabe.

Et troisièmement, d’acquérir une meilleure compréhension de l’impact potentiel de l’élection présidentielle sur la politique étrangère française.

« Je me souviens encore d’un temps, pas si lointain, lorsque le danger régional et mondial du régime de Téhéran n’était pas apprécié à sa juste valeur dans certaines capitales européennes », a déclaré le Directeur de l’AJC David Harris, qui a dirigé la délégation. « Pourtant, un consensus européen a été trouvé quant aux sanctions imposées à l’Iran. Cela est dû en grande partie à l’obstination et la fermeté de la France sur cette question. Notre réunion chaleureuse avec le Ministre des Affaires étrangères Alain Juppé nous a permis d’exprimer notre sincère gratitude, ainsi que d’évoquer d’autres questions d’actualité.  »

David Harris était accompagné de Jason Isaacson, directeur des relations internationales  de l’AJC, René-Pierre Azria, membre du conseil d’administration de l’AJC et de Simone Rodan-Benzaquen, Directrice du bureau français de l’AJC.

Avant leur arrivée à Paris, la délégation est passée par Bruxelles pour rencontrer plusieurs hauts fonctionnaires, parmi lesquels l’ambassadeur Pierre Vimont, secrétaire général du service européen d’action extérieure et a prolongé son voyage à Rome, Berlin et Varsovie.

AJC salue l’appel de la France d’un renforcement des sanctions européennes contre l’Iran

3 janvier 2012 – Paris, New York – AJC a salué l’appel du ministre des Affaires étrangères Alan Juppé de renforcer les sanctions de l’UE  contre l’Iran.
La France (…) souhaite que nous durcissions les sanctions et le président de la République a fait deux propositions concrètes. La première, c’est le gel des avoirs de la banque centrale iranienne, qui serait une mesure très rude, et la deuxième l’embargo sur les exportations pétrolières iraniennes« , a déclaré le ministre. « Le Congrès américain a voté en ce sens et le président des Etats-Unis vient de valider la loi. Nous souhaitons que les Européens, d’ici le 30 janvier, prennent une mesure équivalente pour bien montrer notre détermination« .
Saluant le leadership de la France dans la mobilisation de l’Europe, le directeur exécutif d’AJC David Harris a déclaré que  » des sanctions renforcées contre  la banque centrale iranienne et contre le secteur énergétique iranien sont essentiels pour affaiblir la volonté de l’Iran à poursuivre son programme d’armement nucléaire. »
Les ministres de l’UE qui se sont réunis à Bruxelles le 1er décembre 2011 ont adopté des sanctions supplémentaires, mais ont reporté toute action concernant la Banque centrale iranienne et les importations de pétrole à plus tard.
La Grande-Bretagne a gelé ses relations avec la Banque centrale d’Iran le 21 Novembre 2011. Alors que Paris a soutenu la démarche britannique, le président Sarkozy a clairement exprimé le souhait  d’une action conjointe de l’Union Européenne afin de renforcer l’efficacité des sanctions.
«Nous saluons le leadership de la France concernant le problème nucléaire iranien..nous pensons que l’UE devrait se joindre à la Grande-Bretagne et les Etats-Unis afin d’isoler l’Iran en mettant fin à toutes les transactions avec la Banque centrale iranienne », a déclaré M. Harris. «Le fait que  ces derniers jours les responsables iraniens  ont reconnu que les sanctions ont un impact  devrait encourager l’Europe à exercer des pressions diplomatiques et économiques plus fortes. »
AJC mène depuis  plus d’une décennie la bataille pour alerter le monde sur les dangers d’une quête iranienne dans la procuration d’armes nucléaires.
January 3, 2012 –Paris, New York – AJC welcomed French Foreign Minister Alan Juppé’s call for stronger EU sanctions against Iran, following President Obama’s New Year’s Eve signing of a bill that bars U.S. dealings with Iran’s Central Bank.
“We wish for our European partners to follow that path in order to show our common determination, » Juppé said today. He urged the EU to freeze all business with Iran’s Central Bank and to cease oil imports from Iran by the end of January.
Praising France’s leadership in mobilizing European action, AJC Executive Director David Harris said that “implementing the tightest possible sanctions on Iran’s banking and energy sectors are essential ingredients to weakening Iran’s resolve to pursue its nuclear weapons program, and raising the costs of its defiance.”
EU ministers, meeting in Brussels on December 1, adopted additional sanctions, but postponed any action regarding Iran’s Central Bank and oil imports. Great Britain froze its dealings with Iran’s Central Bank on November 21.
While Paris has supported London’s move, President Sarkozy has been seeking joint EU action in order to strengthen the impact of sanctioning the Central Bank.
“We applaud France’s consistent leadership on the Iran nuclear issue, and agree with Foreign Minister Juppé that the EU should join with Great Britain and the U.S. in further isolating Iran by ending all transactions with the Iranian Central Bank,” said Harris. “The fact that Iranian officials in recent days have acknowledged that sanctions are making an impact should only encourage European unity in confronting Iran with the strongest possible diplomatic and economic pressure.”
The new U.S. sanctions, welcomed by AJC on Saturday, include rules barring transactions with the Central Bank of Iran and with foreign entities engaging in such transactions.
AJC, a leading global advocacy organization, has been for more than a decade a consistent voice in alerting the world to the profound danger of Iran’s quest for nuclear-weapons capability and the means to deliver them.

AJC rencontre le ministre des affaires étrangères Alain Juppé et le conseiller diplomatique du Président Jean-David Levitte

13 juillet 2011 – Paris – Une délégation  d’AJC a effectué une visite à Paris sous la houlette de la directrice d’AJC France Simone Rodan-Benzaquen.

Dirigée par le directeur exécutif d’AJC, David Harris, la délégation a rencontré le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé et le conseiller diplomatique du président Sarkozy, Jean-David Levitte.

Les entretiens ont porté sur les efforts visant à relancer les négociations israélo-palestiniennes, sur les démarches unilatérales entreprises par le leadership palestinien d’une reconnaissance prématurée à l’ONU en septembre, sur les évolutions dans le monde arabe et sur la menace nucléaire iranienne.

«Depuis plusieurs années, les relations bilatérales franco-israéliennes se sont renforcées de manière significative, et le président Sarkozy, que nous avons rencontré en Janvier dernier, a souvent exprimé son amitié pour Israël », a ajouté M. Harris. « En outre, Paris a été absolument inébranlable dans son combat contre la menace nucléaire iranienne en cherchant à mobiliser les autres pays afin de rester ferme contre les ambitions iraniennes d’acquérir des armes de destruction massive. Nous avons voulu exprimer notre reconnaissance pour ces positions. « 

« Sur le processus de paix, les responsables français que nous avons rencontré ont réitéré leur engagement envers une solution de deux états-nations, Israël et la Palestine, deux états pour deux peuples (…) Ils ont également affirmé leur souhait de vouloir faire avancer les négociations de paix. Nous leur avons fait part de notre conviction que l’unilatéralisme palestinien serait une stratégie vouée à l’échec, entraînant une régression importante dans la recherche d’une solution de deux états. Par conséquent cette démarche devrait être rejetée d’emblée par tous ceux qui se sont véritablement engagés dans la recherche d’une paix juste et viable. »

AJC entretient d’excellentes relations avec la France depuis plusieurs décennies. Celles-ci ont débuté au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’un bureau d’AJC a été établi à Paris. Actuellement, AJC France est représenté par Simone Rodan-Benzaquen.

Avant de visiter Paris, la délégation d’AJC s’est également rendue en Jordanie, en Cisjordanie, en Israël, en Russie et en Italie.