AJC prône une action coordonnée à l’échelle mondiale pour sauver la Syrie

capture-decran-2016-12-16-a-15-23-24

15 décembre 2016 – New York – AJC est horrifié par la destruction sans motif d’Alep, la troisième plus grande ville de Syrie, par le régime de Bachar al-Assad, la Russie et l’Iran.

« Pendant plus de cinq ans et demi, le président syrien Assad a mené une guerre impitoyable contre son propre peuple, faisant plus de 500.000 morts, des millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et des millions d’autres forcées de se réfugier dans les pays voisins ou ailleurs » a déclaré David Harris, PDG d’AJC.

Lire la suite

AJC est profondément préoccupé par la faiblesse du rapport du Parlement Européen sur l’Iran

1Bruxelles – 6 octobre 2016 – AJC est profondément préoccupé par l’absence de critique ou la seule évocation de la propagande antisémite de Téhéran et des appels répétés à la destruction d’Israël dans le rapport sur l’Iran de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen. Le rapport n’aborde pas de front les terribles violations des Droits de l’Homme par l’Iran ou encore les dangereuses positions de politique étrangère comme le soutien largement critiquable à la guerre brutale de Bachar al-Assad à l’encontre de sa propre population ou le soutien au terrorisme international.

Lire la suite

AMIR TAHERI : Le Hezbollah, complice d’une épuration ethnique en Syrie

13-1.1o029.taheri1-C---300x300Pendant 30 ans, le Hezbollah clamait que son armée avait pour seule mission de prendre Israël et de libérer les territoires musulmans. Toutefois, ses combattants sont désormais engagés dans une purification ethnique en Syrie.

Inutile de préciser que le Hezbollah alias « le parti de Dieu » n’a jamais affronté les israéliens sur un champ de bataille. Certes, il a commis des attentats terroristes sur des juifs en Europe ainsi qu’en Amérique Latine et a fait pleuvoir des roquettes contre Israël depuis leur cachette bien l’abris. Cependant, chaque fois que les troupes israéliennes arrivent sur le terrain, « les volontaires pour le martyr » s’échappent, se cachent dans les mosquées et dans les hôpitaux parmi les civils.

Quant à la « libération du territoire musulman », le Hezbollah n’a pas même réussi à conquérir assez de terre pour poser un tapis de prière.

Créée par la République islamique d’Iran, l’armée du Hezbollah a pour seul objectif de bafouer les libertés des libanais. Il est aussi impliqué dans de nombreuses attaques terroristes dans d’autres pays tels que l’Irak, le Bahreïn et le Yemen.

Récemment, le Hezbollah a encore un peu plus touché le fond en rejoignant l’escadron de la mort de Bachar Al-Assad.

En septembre dernier, quand je rappelais que le Hezbollah était en train de se battre en Syrie, ce dernier et ses maîtres à Téhéran ont lancé une campagne de désinformation. « Le Hezbollah n’aurait jamais tirer une balle contre les frères musulmans » martelé Al-Manar, la chaîne de télévision du parti.

Pourtant, les échos de l’implication du Hezbollah dans le massacre de civils en Syrie ont raisonné dans tout le Moyen-Orient. Même les médias libanais fonctionnement avec un pistolet sur la tempe nous apprend l’histoire et ce, d’une manière détournée.

Le subterfuge consiste à publier de brefs communiqués dans lequel on peut lire qu’« un guerrier saint » est « devenu un martyr » et qu’il a été enterré.  On ne sait ni comment, ni où, ce « guerrier saint » est devenu « un martyr » car la famille a pour ordre de ne pas dire les détails.

Cependant, des familles de « martyrs » commencent à briser le silence.

L’un des derniers « martyrs » est Ali Hussein Nassif dont le nom de guerre est Abu Abbas. Il est tombé le 2 mars à la tête d’un escadron du Hezbollah qui tentait d’apporter du soutien aux garnisons d‘Assad dans la région du Harmal près de la frontière libanaise.

Sept membres de l’équipe de Nassif sont morts et quatre blessés ont été transportés dans un hôpital du Hezbollah au Liban.  Le colonel de l’armée syrienne, Seyf Kanju, est également mort dans cet assaut.

Interviewé par Skype sous couvert de l’anonymat, un proche de Nassif parle de la « consternation » de la famille du défunt : « Nous pensions que le Hezbollah avait pour seul objectif de faire face à Israël » a-t-il déclaré. « Personne nous a dit que le parti formait des combattants pour renforcer l’armée de Assad et qu’il fallait combattre à leurs côtés. »

Des proches d’un autre « martyr », Hussein Muhammad Nazar, ont confirmé qu’il a été tué le 1er février pendant un opération du Hezbollah en Syrie.

Au moins, 21 autres membres du Hezbollah sont « devenus des martyrs » depuis septembre. La plupart des familles refusent de confirmer qu’ils sont morts en Syrie et que le Hezbollah est impliqué dans ce conflit.

Pourquoi le Hezbollah aide Assad ?

Certains disent qu’il s’agit d’une solidarité communautaire. Néanmoins, les partisans de Assad pratiquent la religion alaouite qui est considéré comme « ghulat » (déviante) par le courant dominant du Shiisme, qui est la religion du Hezbollah.

Mohsen Araki a même traité les alaouites d’« infidèles »

La décision du Hezbollah de se battre pour Assad ne pas non plus être expliquée pour des raisons idéologiques.

Le régime baasiste est une version arabe de fascisme laïciste qui est théoriquement en total contradiction avec le shiisme du Hezbollah.

Non, le Hezbollah est impliqué dans la guerre civile syrienne sur les ordres de Téhéran, où « le Guide suprême » iranien Ali Khamenei, a promis de ne pas laisser chuter Assad.

Téhéran espère que Assad survive ou déclenche le démentélement de la Syrie. Dans ce dernier cas, les alaouites pourraient essayer de former une mini-Etat entre les montagnes à l’ouest de Damas et la mer Méditerranée, où ils constituent une majorité.

Problème, ce repli nécessite la construction d’un passage entre le prétendu mini-Etat et le Liban afin de transporter des armes iraniennes au Hezbollah. Or la surface nécessaire pour le couloir est parsemée de villages où des musulmans sunnites sont opposés au régime de Assad.

Dès lors, depuis septembre, les forces de Assad ont essayé d’expulser ces sunnites et de les remplacer par des alaouites et des chiites libanais. Le Hezbollah donne donc un coup de main à ce régime sinistre et en paye le prix.

Une fois que les villages musulmans sunnites seront ethniquement nettoyés, la prochaine mission du Hezbollah se concentrera sur des villages comme Marmarita, Zeydal et Firuzah qui sont peuplés par des chrétiens, ainsi que des villages turkmènes ethniquement opposés à Assad, notamment Al-Samalil, Aqrab et Talaf.

Assad s’est embarqué dans un vaste crime contre l’humanité et le Hezbollah en est le complice.

Source : NYPost

AJC salue la Condamnation de la Syrie par l’Assemblée générale des Nations Unies

17 février 2012 – New York – AJC a salué la condamnation du gouvernement syrien et l’appel à la démission de Bachar al-Assad par l’Assemblée générale de l’ONU. La résolution, approuvant le plan de la Ligue arabe pour mettre fin à 11 mois d’une brutalité hors norme perpétuée à l’encontre des civils par le régime, a été adoptée par un vote de 137 à 12, avec 17 abstentions.

« Le monde a parlé, mais le président Assad reste sourd aux cris de son peuple et aux exigences de la communauté internationale pour mettre fin à son règne de terreur», a déclaré le directeur exécutif d’AJC David Harris.

L’Assemblée générale a agi  après que la Chine et la Russie aient opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. La Bolivie, Cuba, la Chine, l’Iran, la Corée du Nord, la Russie et le Venezuela ont voté contre la résolution contraignante de l’Assemblée générale.

« Honte aux gouvernements qui se sont opposés et abstenus », a déclaré M.Harris. « Le peuple syrien sait maintenant que dans le monde il y en a qui se soucient peu de leur sort. »

Plus de 70 des Etats membres de l’ONU ont co-parrainé la résolution de l’Assemblée générale. Semblable à la résolution du Conseil de sécurité qui a échoué, elle appelle Bachar al-Assad à démissionner et de céder le pouvoir à un vice-président, et cela afin que le régime mette fin aux violences et que des négociations soient entamées pour former un nouveau gouvernement.

Plus de 6.000 Syriens ont été tués, selon l’ONU, mais le chiffre réel est probablement plus élevé tant le nombre de morts continue d’augmenter tous les jours. L’ensemble du monde a reconnu récemment qu’il est devenu extrêmement difficile de dénombrer le nombre de décès, ainsi que d’évaluer les milliers de blessés et de détenus.

Le régime d’Assad a fait preuve d’une répression implacable dans les villes à travers toute la Syrie et la gravité des attaques a augmenté ces dernières semaines. La Ligue arabe, les pays européens et les Etats-Unis ont accentué leur pression pour qu’une action significative soit menée et cela afin d’arrêter la violence du régime.

« Le soutien indéfectible russe et chinois au régime sanguinaire d’Assad, conjugué à l’aide militaire et autres assistance provenant d’Iran, fait qu’il est impossible d’envisager un plan pratique pour répondre au besoin urgent d’aide humanitaire au peuple syrien », a déclaré M. Harris.