« Délit de faciès » par Gabriel Abensour

On l’a lu, partout, on l’a vu sur toutes les chaînes, les Juifs ultraorthodoxes, les “harédim”, ne respectent pas le confinement, ne respectent pas grand-chose, d’ailleurs, si ce n’est leurs maîtres. Et si les choses étaient bien plus complexes et nuancées ?

« UN PEUPLE « VIVANT » DONT TOUTE LA FORCE COLLECTIVE RÉSIDE DANS SA CAPACITÉ À GÉMIR ; À SE CACHER JUSQU’À CE QUE PASSE LA TEMPÊTE ; À SE DÉTOURNER DE SON FRÈRE MISÉRABLE ET À RÉCOLTER QUELQUES BROUTILLES EN CACHETTE ; À SE FROTTER AUX GENTILS POUR GAGNER SA VIE TOUT EN SE PLAIGNANT DE LEUR PERFIDIE – AUCUN DIEU NE VOUDRA RENDRE JUSTICE À UN TEL PEUPLE, CAR CELUI-CI N’EN EST PAS DIGNE. »
Yosef Hayim Brenner, Anthologie, Tel-Aviv, 1985, Tome IV, p. 1286

Lire la suite