AJC salue l’action du gouvernement britannique visant à désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste

25 février 2019 – New York – AJC félicite le ministre de l’Intérieur britannique, Sajid Javid, d’avoir pris les mesures permettant de désigner le Hezbollah comme organisation terroriste dans son ensemble. Un décret entrera en vigueur le 1er mars, sous réserve de l’approbation du Parlement.

« L’action du gouvernement britannique révèle la supercherie consistant à considérer, comme c’est encore le cas au sein d’une large partie de l’Europe, le Hezbollah comme une organisation « duale ». Le dirigeant du Hezbollah Nasrallah a pourtant lui-même déclaré qu’il n’y avait aucune différence entre sa branche « politique » et sa branche « militaire ». Il s’agit bien d’une seule et même entité », a déclaré David Harris, CEO d’AJC, qui a rencontré de nombreux dirigeants européens à ce sujet. « Tous les gouvernements européens devraient suivre l’exemple britannique, reconnaître la réalité de ce que représente le Hezbollah aujourd’hui et prendre les mesures appropriées pour corriger une politique malavisée ».

Lire la suite

Appel à la vigilance après la découverte d’AJC Berlin sur le projet « Refugee Club Impulse »

HezbollahAJC Berlin a constaté aux termes d’une enquête précise qu’un projet berlinois; « Refugee Club Impulse » concernant les réfugiés était mené par des militantes du mouvement terroriste islamiste Hezbollah, par ailleurs, filles de l’organisateur de la journée annuelle Al Quds qui nie le droit à l’existence de l’Etat d’Israël à laquelle elles participent activement. Cet événement a plusieurs fois été dénoncé pour les slogans antisémites qui y avaient été proférés.

Lire la suite

AJC est consterné par la décision du Tribunal de l’Union européenne concernant le Hamas

17 décembre 2014 – New York – AJC est consterné par la décision du Tribunal de l’Union européenne de retirer le Hamas – du moins pour l’instant – de la liste des organisations terroristes de l’UE, et demande instamment une inversion rapide de la décision.

La charte du Hamas déverse un antisémitisme flagrant et appelle à la destruction d’Israël. De plus, le Hamas a été engagé dans de nombreuses attaques terroristes sanglantes au fil des années. La désignation officielle du Hamas par l’UE comme étant une organisation terroriste en 2003 a permis de compliquer le recrutement de partisans et la collecte de fonds par le groupe. Aujourd’hui, onze ans plus tard, le plus haut Tribunal de l’UE a soudainement décidé que les preuves de la nature terroriste du Hamas ne sont plus assez fiables, et qu’elles sont le seul fait de « la presse et internet ».

Bien que le Tribunal ait cherché à minimiser l’impact de sa décision, la qualifiant de « détail technique » et non de redéfinition du Hamas comme étant légitime de quelque manière que ce soit, David Harris, le directeur exécutif de AJC a déclaré : « Cette étrange décision renforce davantage la menace terroriste qui pèse sur les sociétés démocratiques, tandis que les terroristes utilisent, de façon cynique, les procédures juridiques de ces sociétés pour se protéger. Même si le tribunal maintient temporairement le gel des fonds du Hamas en place, le fait que le groupe puisse trouver le moyen de contourner la clause via cette décision de l’UE est profondément troublant. Le Tribunal de l’UE devrait revenir urgemment sur cette affaire, ainsi que sur sa décision. »

 

 

Comment se finance l’organisation terroriste EIIL ?

EIIL financement

L’EIIL est l’organisation terroriste la mieux financée au monde ; elle est même plus riche que certains pays exigus. Comment l’EIIL – qui contrôle désormais les territoires en Syrie et en Irak – remplit-elle ses poches ? Le Washington Institute s’est penché sur la question…

  • Une richesse personnelle

Contrairement aux autres groupes terroristes, qui reposent essentiellement sur des sponsors, des donateurs et qui n’hésitent pas à abuser de la charité publique, l’EIIL est financièrement indépendant du fait de son entreprise criminelle prospère.

  • Un « héritage » illégal

Alors connu sous le nom d’Al-Qaïda en Irak (AQI), le groupe a importé près de 70 millions de dollars par an grâce à ses activités criminelles. Il est devenu si riche que la branche principale d’Al-Qaïda lui a demandé de l’argent en 2005.

  • Un business en pleine croissance

L’EIIL a continué à s’engager dans des activités telles que la contrebande, l’extorsion de fonds et la criminalité. Le fait de ne pas être tributaire de ses principaux donateurs lui a permis d’esquiver allègrement les mesures de lutte anti-terroriste concernant le financement.

  • Les dons privés du Golfe

Les contributeurs privés de l’EIIL – tout comme ceux d’autres groupes opérant en Syrie tels que Jabhat al-Nosra, groupe affilié à Al-Qaïda – représentent l’une des principales préoccupations des dirigeants américains. Les riches citoyens, provenant notamment des pays du Golfe Persique, ont totalisé des centaines de millions de dollars dans le conflit.

  • La réponse des Etats-Unis

Dans sa lutte anti-terroriste, Washington peut réduire la coopération financière de l’Arabie Saoudite et des autres pays du Golfe. Mais, pour porter atteinte de manière significative à la base financière de l’EIIL, il faudrait désormais s’attaquer aux sources de revenu locales, en Syrie comme en Irak.