AJC condamne fermement l’incendie criminel ayant visé une famille palestinienne de Cisjordanie

Incendie31 juillet 2015 – New York – AJC condamne catégoriquement l’attaque meurtrière perpétrée contre une famille palestinienne dans le village cisjordanien de Douma, ayant coûté la vie à un enfant de 18 mois et grièvement blessé son frère âgé de 4 ans et ses parents.

L’assaut nocturne a tout l’air d’une nouvelle attaque du type « Prix à payer ». Il a été immédiatement condamné par le Premier ministre Benjamin Netanyahou, le chef de l’opposition Yitzhak Herzog ainsi que de nombreux autres responsables politiques. Netanyahou a qualifié le crime d’ « acte terroriste à tous égards ».

Les mots « Prix à payer » sont largement employés lors des attaques menées par des extrémistes juifs contre des églises, des mosquées, des écoles bilingues ou encore des individus palestiniens. Sur les murs de la maison incendiée, les assaillants ont également tagué « vengeance » et « longue vie au Messie » en hébreu, avec une étoile de David.

« Incendier la maison d’une famille palestinienne innocente, de toute famille semblable, est un geste effrayant car il incarne purement et simplement le Mal » a déclaré David Harris, le directeur exécutif d’AJC. « Ceux qui ont perpétré cet acte doivent être arrêtés et poursuivis selon toute la rigueur de la loi, et des mesures supplémentaires doivent être prises afin d’empêcher d’autres attaques similaires. Quant aux personnes blessées, nous pensons à elles et prions pour leur prompt rétablissement. »

Une proposition visant à poursuivre les auteurs d’attaques « Prix à payer » a été envisagée sans être finalement adoptée. « Le gouvernement israélien devrait reconsidérer la façon dont sont traitées de telles opérations commises par des extrémistes juifs et établir une politique de fermeté » a déclaré David Harris.

Comme l’a affirmé le président israélien Reuven Rivlin, « « À mon grand chagrin, jusqu’à présent, il semble que nous avons fait preuve de laxisme dans notre traitement des phénomènes du terrorisme juif. Peut-être que nous ne faisons pas assez pour intérioriser ce à quoi nous sommes confrontés, un groupe idéologique déterminé et dangereux, qui vise à détruire les ponts fragiles pour lesquels nous travaillons sans relâche afin de les bâtir ».

Abu Ghosh en Israël, dernière victime des attaques du « Prix à payer »

IL_Abu-Gosh10818 juin 2013 – New York – Suite aux derniers actes de vandalisme à Abu Gosh, AJC a exhorté les autorités israéliennes à intensifier leurs efforts pour arrêter et traduire en justice les auteurs des attaques dites « du Prix à payer »

Abu Ghosh est la dernière communauté arabe en Israël et en Cisjordanie visée par les casseurs du « Prix à payer ».  En effet, ils ont crevé les pneus de 28 voitures et peint à la bombe des graffitis indiquant « Arabes dehors » dans le village arabe israélien près de Jérusalem.

La police israélienne soupçonne des extrémistes juifs, qui expriment leur opposition à la politique du gouvernement israélien qu’ils considèrent comme pro-palestinien et anti-colon, comme responsables de ces actes de  vandalisme.

« Ces agressions ignobles organisées ponctuellement par les casseurs du « Prix à Payer » constituent une menace pour la démocratie israélienne, et tous les efforts doivent être mis en œuvre pour y mettre un terme » a déclaré David Harris,  Directeur exécutif. « Cibler Abu Ghosh qui est historiquement l’un des villages arabes les plus pacifiques et amicaux d’Israël, illustre les objectifs malveillantes des auteurs. »

Le Premier ministre Netanyahu, condamnant l’attaque, a déclaré : « ce qui s’est passé aujourd’hui à Abu Ghosh va à l’encontre du judaïsme mitzvot (commandements) et contre les valeurs de notre peuple et de notre Etat. »

« Nous ne pouvons être plus en accord avec le Premier ministre » a ajouté M. Harris.

Les dirigeants politiques israéliens ont condamné vivement l’attaque et ont présenté leur soutien au maire d’Abu Ghosh. Dans le même temps, l’attaque est survenue un jour après que le Conseil des ministres ait échoué à désigner les attaques du « Prix à payer » comme des actes de terrorisme.

La dénomination de terrorisme avait été formulée par la ministre de la Justice Tzipi Livni, le Ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovich, et le Shin Bet. Le Conseil des ministres a décidé de référencer « le Prix à payer » comme une organisation illégale.

« Les attaques du « Prix à payer » sont des actes de terreur aussi bien dans leur intention que dans leur raison » a déclaré M.Aharonovich, après l’incident à Abu Ghosh. « Ce phénomène pourrait entraîner de graves incidents à Jérusalem et en Cisjordanie. »