AJC salue la déclaration du Conseil européen sur le combat contre l’antisémitisme

6 décembre 2018 – Bruxelles – AJC se félicite de l’adoption à l’unanimité ce jour par le Conseil de l’Union européenne d’une déclaration sur le combat contre l’antisémitisme à travers l’Europe. C’est la première fois que les 28 Etats membres du Conseil votent une mesure globale qui vise à mobiliser les pays européens contre l’antisémitisme et à garantir la sécurité des Juifs européens.

« L’Union européenne a pris une décision historique dans le combat contre toute forme de haine visant les Juifs », a déclaré Daniel Schwammenthal, Directeur du Transatlantic Institute de l’AJC, qui vise à promouvoir les droits de l’homme et les valeurs démocratiques à travers le monde.

Lire la suite

Des dirigeants américains, européens et canadiens réaffirment l’importance de l’alliance transatlantique en signant notre charte AJC

26 septembre 2018 – New York – Une trentaine de dirigeants éminents et personnalités politiques américaines, européennes et canadiennes, ont signé la déclaration lancée par l’American Jewish Committee en soutien à l’alliance transatlantique et aux valeurs essentielles qui unissent l’Amérique du Nord et l’Europe.

Cette charte – “Réaffirmer le partenariat transatlantique – un engagement d’unité et de détermination”, accompagnée de la première liste de signataires, est publiée ce jour dans le New York Times aux États-Unis et dans l’édition internationale. Elle sera également publiée dans Le Monde dans la journée. Toutes les informations relatives à la charte sont également disponibles au lien suivant : www.AJC.org/TransatlanticUnity.

Lire la suite

AJC critique la décision du Parlement Européen d’annuler une exposition de dessins sur l’Iran

Bruxelles – 21 février 2018 – AJC déplore que le Parlement européen ait interdit à un groupe de députés de l’UE, tous partis confondus, d’accueillir une exposition autour de dessins mettant en lumière les violations des Droits de l’Homme commises par Téhéran.

L’exposition ayant été annulée dans son intégralité par la députée libérale britannique Catherine Bearder au motif qu’elle était « trop controversée », elle a due être déplacée dans un lieu adjacent par les quatre membres du Parlement co-organisateurs de l’événement – Lars Adaktusson (EPP), Péter Niedermüller (S&D), Anders Vistisen (ECR) et Petras Auštrevičius (ALDE).

Lire la suite

Discours de Haine : AJC loue l’accord conclu entre la Commission Européenne et les géants du Web

UEBruxelles – 31 mai 2016 – AJC Transatlantic Institute se félicite de l’accord que la Commission européenne a conclu aujourd’hui avec les groupes américains Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft sur la lutte contre le discours de haine, illégal en Europe.

Les signataires de ce code de conduite s’engagent à considérer la législation européenne – qui interdit l’incitation à la violence et à la haine ainsi que la négation de l’Holocauste et d’autres génocides – comme critère de référence pour décider si un message doit être retiré ou non. Dans le cadre de l’accord, les sociétés ont également promis de répondre à la majorité des plaintes valides et, si nécessaire, de retirer tout contenu illégal dans les 24 heures.

Lire la suite

AJC déplore les attaques mortelles au Danemark

15 février 2015 – New York – David Harris, le Directeur exécutif de AJC, a qualifié les attaques à Copenhague, notamment celle de la synagogue, comme étant des « actes de terreur ignobles et déplorables », qui représentent une nouvelle «prise de conscience pour les dirigeants européens des menaces imminentes qui pèsent sur nos sociétés démocratiques et sur les valeurs qu’ils incarnent ».

Dan Uzan, un garde de sécurité juif de la principale synagogue de Copenhague, située rue Krystalgade, a été tué et deux policiers danois ont été blessés par Lire la suite

AJC est consterné par la décision du Tribunal de l’Union européenne concernant le Hamas

17 décembre 2014 – New York – AJC est consterné par la décision du Tribunal de l’Union européenne de retirer le Hamas – du moins pour l’instant – de la liste des organisations terroristes de l’UE, et demande instamment une inversion rapide de la décision.

La charte du Hamas déverse un antisémitisme flagrant et appelle à la destruction d’Israël. De plus, le Hamas a été engagé dans de nombreuses attaques terroristes sanglantes au fil des années. La désignation officielle du Hamas par l’UE comme étant une organisation terroriste en 2003 a permis de compliquer le recrutement de partisans et la collecte de fonds par le groupe. Aujourd’hui, onze ans plus tard, le plus haut Tribunal de l’UE a soudainement décidé que les preuves de la nature terroriste du Hamas ne sont plus assez fiables, et qu’elles sont le seul fait de « la presse et internet ».

Bien que le Tribunal ait cherché à minimiser l’impact de sa décision, la qualifiant de « détail technique » et non de redéfinition du Hamas comme étant légitime de quelque manière que ce soit, David Harris, le directeur exécutif de AJC a déclaré : « Cette étrange décision renforce davantage la menace terroriste qui pèse sur les sociétés démocratiques, tandis que les terroristes utilisent, de façon cynique, les procédures juridiques de ces sociétés pour se protéger. Même si le tribunal maintient temporairement le gel des fonds du Hamas en place, le fait que le groupe puisse trouver le moyen de contourner la clause via cette décision de l’UE est profondément troublant. Le Tribunal de l’UE devrait revenir urgemment sur cette affaire, ainsi que sur sa décision. »

 

 

AJC exhorte l’Union Européenne à agir contre le Hezbollah suite à la réaffirmation des conclusions bulgares.

Bleibel-Hezbollah-UE8 juillet 2013 – New York – AJC exhorte l’Union Européenne de désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste après que la Bulgarie ait réaffirmé ses conclusions, à savoir que le Hezbollah, sponsorisé par l’Iran, était responsable de l’attentat de Bourgas, l’année dernière. Cet attentat avait couté la vie à 5 israéliens et au chauffeur bulgare.

« La position bulgare n’a pas changé concernant l’attentat de Bourgas » a affirmé le Ministre de l’Intérieur, Tsvetlin Yovchev. « Je connais très bien le dossier et les conclusions de l’enquête à ce moment même. Mon opinion d’expert est que les conclusions de l’enquête et les déclarations qui ont suivi sont exactes. Je les partage.»

Yovchev a souligné qu’il était sur la même ligne que son prédécesseur, Tsvetan Tsvetanov, à savoir que les preuves ont démontré que le Hezbollah était responsable de l’attentat du 19 juillet dernier.   Cette annonce faite par le Ministre, lors d’une conférence de presse, visait à dissiper les rumeurs qu’il pourrait y avoir un possible  changement de politique depuis les élections nationales de la Bulgarie en mai et la formation d’un nouveau gouvernement de coalition.

Le nouveau Ministre de l’Intérieur a déclaré qu’«une preuve supplémentaire avait été ajoutée » au dossier qui confirmait que le Hezbollah était derrière l’attentat.

« La Bulgarie a délivré des preuves solides et réelles » a déclaré David Harris, Directeur Executive d’AJC. « En réponse, les 28 Ministres des Affaires Etrangères de l’Union Européenne devront faire preuve de clarté morale et prendre des mesures concrètes pour désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste, lors de leur prochaine rencontre le 22 juillet, afin de faire cesser la campagne de fundraising et de recrutement du Hezbollah en Europe. »

Outre les conclusions du gouvernement bulgare, un tribunal chypriote a condamné, en mars dernier, un agent du Hezbollah qui pistait des touristes israéliens sur l’île pour une potentielle attaque similaire à celle de la Bulgarie. Le Hezbollah est également profondément impliqué dans le soutien du régime meurtier d’Assad, où on estime que 100.000 personnes ont déjà été tuées dans la guerre civile en cours.

L’AJC Transatlantic Institute se réjouit de l’annulation du voyage en Iran prévu par une délégation européenne.

Panahi-640x39526 avril 2013 – Bruxelles – L’AJC Transatlantic Institute se réjouit de l’annulation du voyage qui devait emmener une délégation du Parlement Européen en Iran, la semaine prochaine.

Selon le communiqué de Tarja Cronberg (Verts/ALE, Finlande), Présidente de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Iran, « il s’est avéré impossible pour les Majlis de recevoir la délégation du Parlement européen aux dates proposées [2 – 6 mai]. »

« Ce voyage n’aurait tout simplement  jamais du être envisagé » a déclaré  Daniel Schwammenthal, Directeur de l’AJC Transatlantic Institute à Bruxelles. « Le simple souhait de vouloir visiter l’Iran ne fait qu’encourager son leadership répressif et affaiblit ceux qui luttent pour la liberté. C’est à l’encontre de la mission et des valeurs du Parlement européen. »

L’AJC Transactlantic Institute avait condamné, plus tôt cette semaine, la visite prévue, en déclarant que cette voyage  « porterait atteinte à la cause de la démocratie en Iran. »

«La situation grave des Droits de l’Homme en Iran nécessite une réponse stricte et unanime de la part de l’Union européenne et non une séance photos avec les oppresseurs », avait déclaré Daniel Schwammenthal.

« Il est temps que cette mascarade cesse », a poursuivi Daniel Schwammenthal. « Le Parlement européen doit envoyer un message fort aux Iraniens. Aucun dialogue ne doit être engagé avec l’Iran tant que les Droits de l’Homme et la Démocratie ne seront pas respectés. Aucune autre option n’est acceptable »

Pour information, une délégation du Parlement européen dernier s’était rendu en Iran en 2007. Quant à Mme Cronberg, celle-ci a déclaré que « d’autres dates sont à l’étude ».

AJC : « Les aides européennes attribuées aux palestiniens ne doivent pas récompenser le terrorisme. »

ashton-fayyad-640x395

18 mars – Bruxelles : L’AJC Transantlantic Institute invite l’Union européenne et les autres donateurs de l’Autorité palestinienne à surveiller comment les aides attribuées sont utilisées afin de s’assurer qu’elles ne récompensent pas des terroristes.

Le Comité de Liaison Ad Hoc qui coordonne le processus d’aide à l’Autorité palestinienne, se réunit mardi à Bruxelles.

La chaîne norvégienne NRK TV a récemment rapporté que l’Autorité Palestinienne redistribuait les aides reçues aux condamnés dans les prisons israéliennes.  De plus, le Ministère des Affaires étrangères norvégiens, selon NRK, « confirme que plus la peine est de longue durée et plus les sommes augmentent ».

NRK a ajouté que le Ministère des affaires étrangères, qui auparavant niait ces accusations, concède, désormais, que « ces informations recueillies auprès de l’autorité palestinienne, qui ont été communiquées au Parlement norvégien, sont, avec le recul imprécises. »

Un membre du Parlement norvégien du Parti Conservateur, Peter Gitmark, considère que ces aides sont une forme « indirecte » de financement du terrorisme.

« Ces révélations choquantes suggèrent que plus le crime est violent et meurtrier et plus la récompense est importante pour l’auteur » a déclaré Daniel Schwammenthal, Directeur de l’AJC Transatlantique Institute. « Les contribuables européens doivent être absolument certains que les aides reçues par l’autorité palestinienne sont destinées à favoriser la paix et non à  embraser le conflit à travers des incitations perverses qui encouragent la terreur.»

L’Union européenne est le principal donateur de l’Autorité palestinienne.

Déjà, en Décembre 2012, Syed Kamall, un membre britannique du Parlement européen, avait demandé à la Commission européenne si ces abus avaient eu lieu avec le financement de l’UE.  La Haute représentante Catherine Ashton avait assuré à M. Kamall que l’UE pouvait «vérifier la destination précise de chaque euro», mais elle n’avait cependant pas abordé les questions concernant les sommes reçues par les terroristes.

« L’absence de réponse de Mme Ashton à cette question cruciale est source de grande préoccupation » a déclaré Schwammenthal.

« Si l’UE est consciente de l’endroit où va l’argent, Mme Ashton devrait être en mesure d’exclure définitivement tout abus. Esquiver la question de Monsieur Kamall ne fait qu’augmenter la suspicion. »

Madame Ashton sera l’hôte de la réunion du Comité de Liaison Ad Hoc et le Ministre norvégien des Affaires étrangères Espen Barth Eide en sera le Président. Quant au premier ministre palestinien, Salam Fayyad, ce dernier assistera également à la réunion.

« Madame Ashton et le Ministre des Affaires étrangères, Eide,  doivent impérativement clarifier ces graves préoccupations avec le Premier ministre palestinien. Le Comité spécial de liaison est l’endroit idéal pour le faire », a déclaré Schwammenthal.

AJC appelle au gouvernement français et à l’Union Européenne d’inscrire le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes

Après plusieurs mois d’enquête, le gouvernement bulgare a conclu aujourd’hui que la branche militaire du Hezbollah est responsable de l’attaque terroriste du 18 juillet dernier à Burgas qui a couté la vie à 6 personnes et en a blessé plus de 30. AJC demande aujourd’hui à la France et à l’ensemble de l’Union Européenne de prendre ses responsabilités en inscrivant le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes établie par l’Union Européenne.
Une délégation de l’AJC vient juste d’achever un cycle de rencontres avec des responsables européens et notamment français. C’est lors de ces rencontres que l’AJC a demandé aux différents représentants du gouvernement français  comme Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, Manuel Valls, Ministre l’intérieur, René-Pierre Lemas,  Secrétaire Général Elysée et Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique du Président de considérer une action commune de l’Union Européenne contre le Hezbollah.
« Le terrorisme est une grave menace pour l’Europe et ses alliés. Le Président François Hollande et son gouvernement  ont promis une mobilisation totale face au terrorisme. C’est cette détermination qui a poussé la France à intervenir courageusement en apportant son aide aux populations du Mali et à poursuivre sans relâche les réseaux terroristes sur le sol français.  Cette détermination devrait également aujourd’hui inciter la France à être résolue à prendre des mesures claires contre le Hezbollah et à exprimer sa solidarité envers un autre pays membre de l’Union Européenne, la Bulgarie,  frappée par cet acte terroriste hideux »  a déclaré Simone Rodan-Benzaquen, directrice du bureau français de l’American Jewish Commitee.
Le Hezbollah est la quintessence de l’organisation terroriste internationale. Il fut le premier à introduire la pratique de l’attentat suicide au Moyen-Orient, qu’il a maintes fois utilisé contre des cibles militaires et civiles, tant dans la région qu’à travers le monde.
« L’inscription du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne pourrait permettre le gel de leurs avoirs, la restriction de collecte de fonds et l’interdiction de voyage de leurs dirigeants et ainsi nuire à leur capacité de commettre de nouveau des actes  de terreur » a déclaré Simone Rodan-Benzaquen.

AJC félicite l’UE et Israël quant à l’Accord pharmaceutique ratifié par le Parlement Européen

23 octobre 2012 – Bruxelles – AJC se félicite de la ratification par le Parlement européen de l’ACAA d’un accord technique entre l’Union européenne (UE) et Israël visant à faciliter le commerce pharmaceutique. La mesure a été adoptée par une large majorité de 379 pour 230 contre.

« Les compagnies pharmaceutiques israéliennes sont à la pointe de la recherche et du développement de traitements innovants qui contribuent à sauver des vies et réduire les souffrances », a déclaré Daniel Schwammenthal, directeur de l’AJC Transatlantic Institute à Bruxelles.

«Grâce à leur leadership sur le marché des médicaments génériques, les médicaments israéliens aident les fournisseurs de soins de santé à réduire les dépenses tout en maintenant des normes de qualité élevées. » dit Daniel Schwammenthal. «C’est une journée importante pour Israël et l’Union européenne. »

Le Conseil européen, composé des chefs d’Etat des 27 Etats membres de l’UE, a validé le protocole de l’ACAA en Mars 2010 et l’a renvoyé au Parlement européen pour sa mise en oeuvre. La procédure a mis plus de deux ans à aboutir devant la commission parlementaire sur le commerce international et ce jusqu’au vote qui a eu lieu le 18 Septembre 2012, au cours duquel une majorité de députés ont donné leur accord.

«À la base, ce n’était pas un débat sur les mérites de l’accord. Il était surtout question des enjeux politiques de ce vote « , a déclaré Daniel Schwammenthal. « Certains membres du Parlement européen ont mis leurs désaccords avec Israël avant leur obligation d’assurer à leurs électeurs un accès rapide, meilleur et le plus abordable aux soins de santé. L’ACAA est tout simplement de l’intérêt public pour les patients européens.  »

October 23, 2012 – Brussels – AJC welcomes the European Parliament’s approval of ACAA, a technical agreement between the European Union (EU) and Israel designed to facilitate pharmaceutical trade. The measure passed by a margin of 379-230.

“Israeli pharmaceutical companies are at the cutting edge of research, developing innovative treatments that help save lives and reduce suffering,” said Daniel Schwammenthal, Director of AJC’s Transatlantic Institute in Brussels.

”Through their leadership in the generics market, Israeli medicines help healthcare providers reduce spending while maintaining high quality standards.” Schwammenthal said. « This is a good day for both Israel and the EU. »

The European Council, comprised of the heads of the 27 EU Member States, agreed to the ACAA protocol in March 2010 and referred it to the European Parliament for action. The file sat in the Parliament’s Committee on International Trade for over two years until a vote was held on September 18, 2012, in which a majority of deputies gave their consent.

“At its core, this was not a debate on the merits of the agreement. This was about politics,” said Schwammenthal. “Some Members of the European Parliament were putting their disagreements with Israel ahead of their obligations to ensure their constituents had fast access to the best and most affordable healthcare. ACAA is simply about the interests of European patients.”

European Union Expands Punishing Sanctions on Iran

October 15, 2012 – New York – AJ C called the latest round of European Union sanctions against Iran “a necessary step in the global effort to stop the Iranian regime’s steady march towards building the capacity to produce nuclear weapons.”

The 27-member state EU adopted today additional sanctions that step up the already punishing measures against Iran’s banking and energy sectors. The EU reiterated its “serious and deepening concerns over Iran’s nuclear program and the urgent need for Iran to comply with all its international obligations.”

Iran has defiantly ignored UN Security Council and International Atomic Energy Agency resolutions, and effectively blocked any possible progress in three rounds of negotiations this year with the P5+1group – Britain, China, France, Germany, Russia, and the U.S.

“The EU, by its actions today, has told not only the Iranian regime, but the world, that Iran will pay an ever higher price for disregarding UN calls to suspend uranium enrichment,” said AJC Executive Director David Harris, who last week met with top government officials in Spain and Portugal, two EU member states.

In Madrid and Lisbon, and in 70 individual meetings with heads of state and foreign ministers in New York last month for the UN General Assembly, concerns about Iran’s nuclear program topped the agenda. “The Iranian nuclear threat is viewed broadly across the Middle East and around the world as the most serious current danger to regional and global security,” said Harris.

Growing distrust of Iran’s nuclear intentions has moved the EU, as well as the U.S., to regularly increase and expand the sanctions against Iran. Among the series of measures adopted today is a prohibition on transactions between European and Iranian banks “to ensure that EU financial institutions do not process funds that could contribute to Iran’s nuclear program or to the development of ballistic missiles.”

 The new EU measures also ban the import of natural gas, and prohibit the export to Iran of graphite, aluminium, steel and other materials relevant to the Iranian nuclear and ballistic programs or to industries controlled by the Iranian Revolutionary Guard Corps. And, in a further step to curb Iran’s oil exports, ships belonging to EU citizens and companies will no longer be available for transporting or storing Iranian oil and petrochemical products.

In July the EU suspended importing oil from Iran and earlier this year stopped dealings with Iran’s Central Bank. All of the EU steps regarding Iran are in tandem with sanctions imposed by the United States.