AJC présente un plan d’action au Parlement européen pour la lutte contre l’antisémitisme

26 février 2015 – Bruxelles – Un haut responsable de l’American Jewish Committee a exhorté les législateurs européens à élaborer un plan d’action immédiat afin de faire face à la marée montante de l’antisémitisme dans leur pays et de changer la réalité des Juifs vivant dans la peur en Europe.

« En premier lieu, les dirigeants européens doivent montrer leur volonté d’assurer la sécurité et l’avenir des Juifs d’Europe, de défendre les valeurs, la sécurité et l’avenir de l’Europe dans son ensemble » a déclaré Jason Isaacson, directeur des affaires gouvernementales et internationales de AJC, à un groupe du Parlement européen à Bruxelles.

Isaacson a donné l’exemple de ce à quoi sont confrontés les bureaux de AJC, mais aussi les Juifs en général dans toute l’Europe. « Chaque jour, mes collègues dans les bureaux de AJC ainsi que les Juifs de tous les pays de l’Union Européenne, sont confrontés à un dilemme personnel » concernant l’envoi de leurs enfants dans des écoles juives, le fait d’assister à un office dans une synagogue ou encore de participer à un événement communautaire juif. Mais surtout, ils se demandent s’ils vont rester ou quitter leur pays de résidence.

« C’est une abomination que ces questionnements soient ceux de plus d’un million de Juifs en Europe, un continent qui a été leur maison, qu’ils ont aidé à bâtir pendant plus de 2 millénaires, un continent qui a fait couler leur sang a il y a de cela 7 décennies » a ajouté Isaacson.

Il a vivement appelé à la mise en œuvre d’« un plan d’action pour lutter contre l’antisémitisme » pays par pays, à travers l’Europe. « Les chefs d’Etat doivent s’exprimer clairement et sincèrement » a-t-il dit. «La première étape a été enclenchée par de nombreux dirigeants nationaux, y compris par la chancelière allemande Angela Merkel, ainsi que par le Premier ministre français Manuel Valls. Il s’agit d’exprimer, au plus haut niveau , l’engagement fondamental dans la lutte contre l’antisémitisme ».

Les gouvernements européens devraient accroître et mieux organiser la collecte de données concernant les actes antisémites et leurs auteurs, afin « de prendre connaissance, le plus précisément possible, de l’ampleur et de la source de la menace à laquelle nous faisons face » a-t-il explicité.

Isaacson a appelé l’UE et ses Etats membres « à formuler et à mettre en œuvre un large éventail de programmes de lutte contre la radicalisation, en travaillant en partenariat avec les communautés musulmanes, les autres communautés et les dirigeants de la société civile. »

Il a souligné la nécessité de mettre fin aux « prédications des radicaux couramment diffusées dans les prisons européennes » et fait quelques recommandations afin d’améliorer l’enseignement de la tolérance et les valeurs démocratiques dans les écoles européennes. Il a également affirmé « les enseignants doivent être encouragés à élaborer de nouveaux programmes accessibles afin de transmettre le message de base selon lequel l’antisémitisme est incompatible avec les valeurs fondamentales de l’Europe ».

Un autre moyen de communication essentiel auquel il faut s’attaquer dans la lutte contre l’antisémitisme et la radicalisation se trouve être Internet et les réseaux sociaux. Isaacson a appelé les gouvernements européens à envisager de modifier les lois existantes pour permettre la fermeture des sites Web et des comptes sur les réseaux sociaux qui favorisent et qui diffusent l’antisémitisme.

De même, il a encouragé les gouvernements à prendre des mesures pour empêcher les djihadistes européens de voyager vers et depuis les zones de conflit du Moyen-Orient, à renforcer considérablement la sécurité des sites communautaires juifs, et à garantir de façon générale une meilleure protection face à la violence antisémite.

« Les communautés juives et les populations en général doivent entendre des dirigeants européens que l’antisémitisme viole les principes européens fondamentaux et qu’il ne sera pas toléré » a déclaré Isaacson. « La société civile – y compris les chefs religieux – doit être convoquée pour porter le message que l’antisémitisme est socialement, politiquement et religieusement inacceptable ».

L’audition des relations avec Israël par la délégation du Parlement européen constituait le premier traitement de la question de l’antisémitisme par un organisme officiel du Parlement européen. Le témoignage de Isaacson fait partie des efforts de AJC afin d’attirer l’attention des dirigeants européens sur les menaces imminentes auxquelles Juifs et sociétés européennes font face, et d’exhorter les gouvernements à faire de la lutte contre l’antisémitisme une grande priorité nationale.

Publié dans Presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’Autriche bannit le financement étranger de l’Islam

Mosquée AutricheCe mercredi 25 février, le Parlement autrichien a adopté une nouvelle législation qui vise à promouvoir ce que Sebastian Kurz, ministre de l’Intégration, des Affaires européennes et internationales, appelle « un islam à caractère européen ». Visant à contenir les dérives radicales, la loi interdit le financement des organisations culturelles et des imams par des fonds étrangers et exige de tous les imams la maîtrise de l’allemand.

Le texte prévoit de faire cesser toute influence des nations et des organisations musulmanes étrangères tout en introduisant de nouveaux droits et devoirs pour les musulmans autrichiens dans la pratique de leur foi. Ils pourront, en outre, disposer pour la première fois d’aumôniers dans l’armée, les hôpitaux, les maisons de retraite et les prisons. Ils auront également à leur disposition des repas halal dans ces établissements comme dans les écoles publiques, et auront la possibilité de manquer le travail les jours de fête.

Un modèle pour d’autres pays européens

Le projet de loi, en préparation depuis 2 ans, est antérieur aux violences djihadistes récentes en France comme au Danemark, mais a été pensé pour combattre l’influence croissante de l’islam radical en Autriche. Il modernise la précédente « loi sur l’islam », promulguée en 1912, après l’annexion de la Bosnie-Herzégovine à l’empire austro-hongrois.

Présenté par le gouvernement de grande coalition gauche-droite au pouvoir à Vienne, le texte est surveillé de près par d’autres pays européens confrontés au problème de la propagation de l’extrémisme ; notamment la France, où le Premier ministre Manuel Valls a annoncé mi-février vouloir lui aussi empêcher de tels financements. Kurz explique que des représentants allemands et suisses ont également exprimé leur intérêt dans le projet de loi.

Lutter activement contre la radicalisation

Selon des estimations, environ 200 ressortissants autrichiens – y compris des femmes et des mineurs – sont allés en Syrie et en Irak pour rejoindre les rangs de l’Etat Islamique de d’autres organisations djihadistes. Selon un sondage de l’institut OGM publié mardi, 58% des Autrichiens estiment assister à une « radicalisation » des musulmans dans le pays.

Pour lutter contre le risque croissant d’endoctrinement, la législation interdit ainsi les organisations culturelles islamiques et les imams de recevoir des fonds de l’étranger en Autriche.

La loi stipule que les quelque 450 organisations musulmanes du pays devront désormais faire preuve d’une « approche positive de la société et de l’Etat » pour être agréées.

Les imams devront être en mesure de parler allemand en vertu de la loi, afin de rendre leurs discours plus transparents et de faciliter l’intégration et la compréhension de l’islam dans la société autrichienne.

« Nous souhaitons avoir à l’avenir de plus en plus d’imams ayant grandi en Autriche, parlant l’allemand et pouvant ainsi servir d’exemples positifs aux jeunes musulmans », a expliqué Kurz.

De nombreux détracteurs

La nouvelle législation est moins polémique que la première mouture, qui prévoyait notamment d’imposer une version « officielle » du coran, en allemand, mais elle suscite tout de même l’opposition.

Le principal dignitaire musulman de Turquie, Mehmet Görmez, dont le pays salarie de nombreux imams en Autriche, a estimé que cette nouvelle législation représentait « une régression de 100 ans », assurant que «pas un seul incident» n’avait été à déplorer concernant l’enseignement turc de l’islam.

Plusieurs organisations ont annoncé vouloir attaquer la législation devant le Conseil constitutionnel, invoquant une « discrimination » par rapport aux autres religions.

Le parti d’extrême droite a, quant à lui, dénoncé un effet « placebo » qui ne réduirait pas les risques de radicalisation.

La principale fédération musulmane a cependant approuvé le projet de loi.

L’Autriche compte environ 560.000 musulmans pour 8,5 millions d’habitants. Ils sont d’origine turque, bosniaque, tchétchène et iranienne pour la majorité d’entre eux.

Publié dans Presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

AJC loue la décision des Etats-Unis de condamner l’Autorité palestinienne pour les actes de terrorisme perpétrés en Israël

23 février 2015 – New York – AJC salue le verdict du jury populaire de l’Etat de New York concernant l’Autorité Palestinienne et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), les jugeant responsables d’attaques terroristes en Israël ayant tué ou blessé des citoyens américains.

« Les auteurs de terrorisme et ceux qui les sponsorisent doivent être tenus pour responsables » a déclaré David Harris, le directeur exécutif de AJC. « Bien que le processus juridique ait pris du temps, le jury du tribunal de New York a finalement rendu justice aux familles des victimes de façon remarquable ».

Au total, 10 familles américaines ont intenté le procès en vertu de la loi anti-terrorisme qui prévoit la peine de mort pour les personnes reconnues coupables d’actes de terrorisme.

La loi efficace de 1996 permet aux ressortissants américains victimes du terrorisme international d’intenter des poursuites devant les tribunaux américains. Les attentats terroristes en question ont eu lieu entre 2002 et 2004, en Israël.

Le jury de la Cour fédérale du district de Manhattan a annoncé que 218,5 millions de dollars devraient être versés par l’Autorité palestinienne et l’OLP aux Américains blessés ou ayant perdu un membre de leur famille dans les attentats.

Ce montant devrait être automatiquement triplé dans le cadre des lois antiterroristes américaines, portant le montant des dommages et intérêts à plus de 655 millions de dollars.

Publié dans Presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Antisémitisme et fondamentalisme islamiste: la responsabilité de nos «responsables» politiques

17 morts, 66 millions de blessés ou plus, plus de 3,7 millions et demi de Français dans la rue, 7 millions d’exemplaires de Charlie Hebdo édités, de nombreuses initiatives prises dont une centaine de procédures pénales ouvertes pour apologie du terrorisme. A l’heure de ce premier bilan, parce que je revois un peuple français endeuillé et solidaire, parce que je revois la réaffirmation des valeurs de la République par des millions de Français de toute origine et religion, parce que le Président François Hollande a fait de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une «grande cause nationale», parce que je me souviens du grand discours du Premier ministre Manuel Valls déclarant: «Aujourd’hui, nous sommes tous Charlie, tous policiers, tous juifs»donnant une ligne directrice claire au gouvernement de «fermeté, sérénité et unité», je me dis que cet «esprit du 11 janvier» pourra peut-être perdurer.

Pourtant, je ne cesse de penser que nous avons perdu beaucoup de temps et gâché trop de vies. Ces 17 morts mais aussi Ilan Halimi, les victimes de Mohamed Merah et celles de Mehdi Nemmouche. C’est alors que je pense au Général de Gaulle et à sa définition de la France. «J’ai d’instinct l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. S’il advient que la médiocrité marque, pourtant, ses faits et gestes, j’en éprouve la sensation d’une absurde anomalie, imputable aux fautes des Français, non au génie de la patrie.» Car c’est bien cela que sont ces victimes: une absurde anomalie imputable aux fautes de certains de nos compatriotes.

L’histoire de France a toujours dénoncé les responsables voire les coupables au sein de ses représentants. Parmi eux il y a les acolytes passifs, ceux qui n’ont pas vu la réalité du fondamentalisme islamiste, de l’antisémitisme et de la haine dans certains de nos quartiers, ceux qui ont préféré ne pas la voir, ceux qui l’ont vue mais se sont tus et ceux qui ont laissé faire en laissant ce monstre à plusieurs têtes se mettre à dévorer notre République. Parmi eux, il y a des Français ordinaires, des journalistes, des responsables politiques, des commentateurs politiques, des intellectuels de tout bord, absents, lâches, médiocres.

Mais sur le banc des accusés, il y a pire; il y a les complices actifs, comme certains de nos «responsables» politiques locaux ou nationaux qui, depuis des années, font le lit du terrorisme, du populisme, du salafisme et de l’antisémitisme. Pendant plus de vingt ans, ces derniers ont préféré acheter la paix sociale, comme l’a récemment rappelé le député de l’Essonne Malek Boutih, par l’abandon pur et simple de certains quartiers aux mains d’associations douteuses et d’autres apôtres de la haine. «Les élus locaux corrompus ont pactisé avec les voyous, les salafistes et les communautés pour avoir la paix. Nous ne pouvons plus laisser prospérer les supermarchés de la drogue dans nos cités dont on voit qu’ils [les élus] entretiennent des filières où gangsters et islamo-nazis se donnent la main», a courageusement déclaré Malek Boutih.

Il faut vigoureusement dénoncer ces symboles visibles de ce genre de comportement délibérément voulus par de nombreux maires de France. Ils ont caressé dans le sens du dévoiement certaines associations et une frange particulière d’électeurs. Ils ont érigé des terroristes, notamment palestiniens, au rang de symbole de leur ville. C’est le cas de treize maires qui ont fait de Marwan Bargouthi le citoyen d’honneur de leur ville. Or faut-il le rappeler, Marwan Barghouti a été condamné par la justice israélienne à cinq peines de prison à perpétuité pour le meurtre de cinq civils israéliens et pour son implication dans quatre attaques terroristes.

Par ailleurs, le  maire de la ville de Bezons (Val-d’Oise) a fait citoyen d’honneur de sa ville Majdi Ihrima Al-Rimawi, condamné à quatre-vingts ans de prison pour sa participation à l’assassinat du ministre du Tourisme, Rechavam Zeevi. Or, suite à l’annulation de cette distinction par le tribunal administratif de Pontoise, en février 2013, le Maire a  fait des 4500 Palestiniens reconnus coupables et incarcérés par la justice israélienne, des citoyens d’honneur symboliques.

HUILE SUR LE FEU

En glorifiant de telle manière des terroristes, en les appelant «résistants» et en remettant en cause la réalité, l’ampleur et la gravité des crimes commis par ces terroristes jugés et condamnés, ces représentants de la République ne se sont pas seulement limités à une critique politique ou idéologique de la politique de l’Etat d’Israël, ils ont dramatiquement outrepassé leur fonction. L’attachement à la cause palestinienne ou israélienne, le débat sur le conflit au Proche-Orient sont des comportements sains lorsqu’ils se cantonnent au seul débat démocratique. La justification, l’apologie du terrorisme et de l’antisémitisme, l’instrumentalisation de la cause palestinienne et la transformation de cette dernière en un soutien pour le terrorisme, ou encore la fraternisation avec des ennemis de la République sont des comportements indignes  pour des élus de la République. Il faut dénoncer de telles initiatives qui ne font que mettre de l’huile sur le feu, car l’objectif et l’aboutissement de telles démarches ne peuvent aboutir qu’à la réhabilitation des meurtriers et à la justification de meurtres aveugles de civils innocents, de civils israéliens, de civils juifs.

Or, les actes, fussent-ils commis hors de France, de ces terroristes ne sont pas moins horribles, ni plus acceptables que ceux commis par Amedi Coulibali, les frères Kouachi, Mohammed Merah ou Mehdi Nemmouche. Dès lors, comment veut-on que nos enfants discernent ce qui est acceptable et ce qu’il ne l’est pas ou comprennent ce qu’est l’idéologie terroriste, si nos responsables politiques sont dans la perversion intellectuelle et morale absolue? Comment veut-on empêcher nos jeunes «d’importer le conflit» sur notre territoire, si nos maires excusent, non, glorifient la haine d’Israël? La confusion morale, la révision de faits de ce type de comportement remettent en cause les valeurs qui fondent la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et même le terrorisme.  Ainsi, la justice française devrait-elle se saisir de ces cas, pour apologie de terrorisme.

Par ailleurs, quid de certains élus, notamment les représentants du Nouveau parti anticapitaliste, certains responsables d’Europe Ecologie-Les Verts ou du Parti communiste, qui ont participé, et même appelé à défiler aux manifestations pro-palestiniennes l’été dernier, pourtant interdites par les autorités? Ils ont marché aux côtés de drapeaux de Daech, du Hezbollah et du Hamas place de la République, à proximité de pancartes ouvertement antisémites, tandis que des «morts aux juifs » résonnaient dans les rues. N’ont-ils pas également une responsabilité morale dans la justification du terrorisme et de cette perpétuelle violence antisémite?

Si nous voulons vraiment que l’esprit du 11 janvier puisse avoir quelque chance de perdurer; si nous souhaitons arriver à lutter efficacement contre le terrorisme, l’antisémitisme et le racisme; si nous avons pour ambition de faire comprendre à nos enfants les valeurs de la République afin qu’ils les intègrent, nous devons être intraitables face à ce genre de comportement, particulièrement quand il est le fait de nos élus français. Ne soyons plus lâches, ne regardons pas ailleurs, ne fermons pas les yeux, ne perdons plus de temps et ne laissons pas la place aux pyromanes, car le prix à payer serait bien trop élevé. Retrouvons l’esprit français qui a fait la grandeur de notre pays.

Publié dans Presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

AJC est horrifié par la profanation de centaines de tombes dans un cimetière juif du Bas-Rhin

16 février 2015 – Paris –  AJC est horrifié par la profanation de centaines de tombes survenus hier dans cimetière juif de Sarre-Union, dans le nord–ouest de l’Alsace.

En effet, autour des 17h ce dimanche, la gendarmerie a découvert au moins 300 tombes souillés et saccagés parmi les 400 tombes que comptaient ce cimetière.

« Il n’y a plus une tombe qui est debout » a déclaré le Président du consistoire israélite du Bas-Rhin, précisant qu’ « il n’y a(vait) pas de revendication, pas de croix gammée, pas d’inscription ». Le maire de Sarre-Union a quant à lui estimé que « les auteurs devaient être nombreux car les dégâts sont vraiment importants ».

AJC rappelle qu’il s’agit sans doute de la plus importante profanation de tombe en Alsace au cours des ces dernières années ; déjà en 1988, une soixantaine de stèles juives avaient été renversées, et  54 tombes avaient été saccagées en 2001 dans ce même cimetière.

François Hollande, tout comme le Premier Ministre Manuel Valls et le Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve ont  fermement condamné cet acte « antisémite, odieux et barbare » .   « Tout sera mis en œuvre dans les meilleurs délais pour que les auteurs de cet acte odieux et barbare soient identifiés et punis » a promis le Président Hollande qui se rendra sur place mardi, « si les conditions sont réunies », à une cérémonie.

« S’attaquer ainsi à des sépultures est à la fois odieux et lâche. La profanation de ces tombes intervient dans un contexte général d’intolérance en Europe et n’est que la suite logique des événements récents.  » a exprimé Simone Rodan Benzaquen, Directrice d’AJC Paris. « Nous attendons avec impatience le nouveau plan gouvernemental de lutte contre le racisme et l’antisémitisme afin que toutes les forces vives de la nation :  citoyens, dirigeants de la société civile, élus et dirigeants politiques puissent, à l’unisson, se mettre en ordre de marche derrière ce plan afin de mettre tout en œuvre pour éradiquer ce fléau.»

Publié dans Presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

AJC déplore les attaques mortelles au Danemark

15 février 2015 – New York – David Harris, le Directeur exécutif de AJC, a qualifié les attaques à Copenhague, notamment celle de la synagogue, comme étant des « actes de terreur ignobles et déplorables », qui représentent une nouvelle «prise de conscience pour les dirigeants européens des menaces imminentes qui pèsent sur nos sociétés démocratiques et sur les valeurs qu’ils incarnent ».

Dan Uzan, un garde de sécurité juif de la principale synagogue de Copenhague, située rue Krystalgade, a été tué et deux policiers danois ont été blessés par un tireur solitaire. Plus tôt dans la journée, un homme a été abattu lors d’une fusillade visant le centre culturel Krudttønden, où se tenait une conférence ayant pour thème « art, blasphème et liberté d’expression », à Copenhague. L’un des conférenciers, un dessinateur, avait reçu de nombreuses menaces de mort depuis qu’il avait dessiné des caricatures de Mahomet en 2007.

Les détails sur le tireur, mort dans un affrontement avec la police, commencent à être communiqués. Il s’agirait d’un jeune homme de 22 ans né au Danemark et fiché pour des actes de délinquance par la police. Il était sorti de prison il y a seulement deux semaines et avait été condamné, il y a un an, pour une agression dans la gare de la capitale danoise.

« On ne peut qu’imaginer l’horreur si le tireur avait réussi à entrer dans la synagogue, où une cérémonie de Bat Mitzvah avait lieu » a déclaré David Harris. Environ 80 personnes étaient alors à l’intérieur de la synagogue, a révélé un leader de la communauté juive du Danemark à la radio danoise.

L’attaque de la synagogue du Danemark intervient à peine un peu plus d’un mois après les attaques terroristes de Paris, qui avaient fait 17 victimes au total.

« Comme le martèle AJC aux principaux dirigeants politiques européens depuis une quinzaine d’années, les valeurs fondamentales de l’Europe, telles que la liberté d’expression, la liberté de culte et le pluralisme, sont inextricablement liées au bien-être et à la sécurité des communautés juives du continent » a déclaré Harris. « Les nations européennes doivent faire face à l’antisémitisme de toute urgence, à la fois individuellement et collectivement. Les Juifs ne devraient pas avoir à vivre à nouveau dans la peur en Europe ».

David Harris et d’autres représentants de AJC, parmi lesquels les directeurs des bureaux à Berlin, Bruxelles, Paris et Rome, ont fait pression sur les dirigeants européens pour qu’ils reconnaissent l’urgence du danger, la spécificité de l’antisémitisme, et la nécessité de prendre des mesures concrètes pour faire de la lutte contre l’antisémitisme une priorité.

AJC exhorte l’Union Européenne et ses Etats membres à établir un groupe de travail de haut niveau sur l’antisémitisme, à améliorer la sécurité des synagogues, des écoles et des autres institutions juives de manière permanente, et à utiliser tous les autres outils disponibles via l’éducation, l’application de la loi, la justice et la coopération transnationale pour faire face à la menace à l’encontre des communautés juives et des valeurs démocratiques européennes.

« Malheureusement, aucun pays ne peut affirmer aujourd’hui que la violence djihadiste envers les Juifs et les autres symboles de la démocratie libérale ne se reproduira pas » a ajouté Harris.

Publié dans Presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Rencontre entre les dirigeants de AJC et les représentants de l’Etat d’Israël

Février 2015 – Jérusalem, Israël – Une délégation des dirigeants de AJC – conduite par le président de AJC, Stanley Bergman, et par le directeur exécutif, David Harris – vient de conclure une visite de deux jours en Israël.

La mission a été l’occasion d’un entretien privé de 45 minutes avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Le groupe a également rencontré Tzachi Hanegbi, le vice-ministre des Affaires étrangères; Yair Lapid, l’ancien ministre des Finances; les hauts fonctionnaires du Ministère de la Défense et du Conseil National de Sécurité; les diplomates du ministère des Affaires étrangères qui se concentrent sur les sujets tels que l’Asie, l’Europe, l’Amérique Latine, l’Afrique, le droit international, la diplomatie publique et la communauté juive mondiale; ainsi que l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël.

Durant cette mission organisée par Avital Leibovich, le Directeur de AJC Jérusalem et toute son équipe, la délégation a été accueillie par l’ambassadeur d’Italie en Israël pour une discussion de groupe au sujet de la montée de l’antisémitisme en Europe, dans le cadre des relations entre l’Europe et Israël.

David Harris s’est exprimé aux côtés de l’ambassadeur de l’UE en Israël, d’un ancien conseiller à la sécurité nationale israélienne et d’un éminent universitaire israélien. Le public était composé de nombreux diplomates égyptiens, japonais, jordaniens et de responsables israéliens.

Lors de la visite, plusieurs sujets ont été abordés, parmi lesquels: la menace permanente posée par les pourparlers entre l’Iran et le P5 + 1; d’autres questions de sécurité, concernant notamment l’EI, le Hezbollah et le Hamas; les évolutions récentes des relations entre Israël et les Etats-Unis, l’Amérique Latine, l’Asie, l’Afrique et l’UE; les perspectives en vue d’une relance du processus de paix israélo-palestinien actuellement au point mort; et les élections israélienne qui auront lieu le mois prochain.

AJC est la première organisation juive américaine a avoir mis en place un bureau en Israël, plus d’un demi-siècle plus tôt. AJC Jérusalem est en contact régulier avec les représentants du gouvernement et la société israélienne, mais aussi avec des représentants diplomatiques de dizaines de pays.

Publié dans Presse | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.