AJC loue l’adoption de la « working definition » de l’antisémitisme par le gouvernement bulgare

20 octobre 2017 – L’American Jewish Committee loue la décision du gouvernement bulgare d’adopter la « Working definition » sur l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). AJC se félicite également de la nomination de Georg Georgiev en tant que coordinateur national de la lutte contre l’antisémitisme.

L’annonce a été faite à l’issue de la réunion hebdomadaire du Cabinet, le 18 octobre 2017, tandis que David Harris, directeur exécutif d’AJC et Simone Rodan-Benzaquen, directrice AJC Europe, s’entretenaient le jour-même le président bulgare Roumen Radev ainsi que le vice-ministre des Affaires étrangères Georg Georgiev.

Lire la suite

AJC s’associe à IsraAID pour aider les Irakiens chrétiens et yazidis

18 septembre 2014 – New York – AJC soutient IsraAID, l’une des principales organisations humanitaires non gouvernementale israélienne, en délivrant une aide humanitaire d’urgence aux réfugiés chrétiens et yazidis, assiégés, qui ont fui vers la région kurde de l’Irak. « En tant que Juifs américains, nous sommes fiers d’apporter notre aide, en collaboration avec notre partenaire israélien IsraAID, aux milliers de chrétiens et yazidis réfugiés qui fuient la brutalité de l’EIIL et qui cherchent refuge chez les Kurdes d’Irak » a déclaré David Harris, le directeur exécutif d’AJC. Les fonds de AJC couvriront les frais liés à la distribution de trousses d’hygiène, de matelas, de couvertures, d’ustensiles de cuisine et de vêtements. Avec l’aide de son Fonds humanitaire Heilbrunn, AJC s’est joint à IsraAid à plusieurs reprises afin de remplir des missions de secours humanitaire, comme au Sri Lanka, après le tsunami sans précédent qui sévissait en 2004 en Asie du sud; au Pérou, à la suite d’un tremblement de terre dévastateur en 2007; aux Philippines, après une tempête tropicale meurtrière en 2009; en Haïti, après le tremblement de terre en 2010; aux Philippines en 2013, après un typhon; en Bulgarie, pour les Syriens qui cherchaient un refuge dans le pays en 2013; et, plus tôt cette année, en Bosnie-Herzégovine après les lourdes inondations.

Tribune dans le Huffington Post: Le Hezbollah doit être placé sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne

« La France se devait de combattre le terrorisme« . C’est ainsi que le Président Hollande a justifié à juste titre l’intervention française au Mali dans son discours prononcé face au peuple malien le 2 février dernier.

« Il n’y a aucune impunité pour les terroristes et il n’y en aura pas (…) Face au terrorisme, il faut être implacable ». Ces mots sont ceux de Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères. Ils ne laissent que peu de place à l’interprétation.

Oui, le mandat du président Hollande est, et sera placé sous le signe de la lutte anti terroriste. La France n’a effectivement plus le choix et ce combat contre le terrorisme lui est imposé.
En conséquence, la France a décidé d’adopter une doctrine claire pour traiter cette menace : l’intransigeance ! Effectivement le Président Hollande a agi avec détermination au Mali. Aussi, grâce à l’action de son ministre Manuel Valls, le gouvernement a également décidé d’agir avec fermeté contre le terrorisme sur le sol français, en traquant et en expulsant ceux qui essaient d’inciter à la violence et à la haine.

L’été dernier, un pays membre de l’Union européenne a été frappé par un attentat terroriste. Ce pays c’est la Bulgarie, cet attentat c’est celui de Burgas.

Après plus de six mois d’enquête approfondie les conclusions du rapport ont été rendues le 5 février. Les autorités bulgares ont clairement identifié le Hezbollah comme commanditaire et organisateur de l’horreur de Burgas.

Aujourd’hui la France se doit de demander à ce que le Hezbollah soit placé sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne, par fermeté envers le terrorisme, mais aussi par solidarité avec un autre pays européen.

Des pays comme les Etats Unis ou les Pays Bas ont déjà pris acte du fait que le Hezbollah est une entité qui alimente allègrement une idéologie destructrice, et l’ont placé sans état d’âme sur la liste déjà longue des organisations terroristes. Le Royaume Uni a quant à lui décidé de faire une distinction et de placer uniquement la branche militaire sur la liste des organisations terroristes nationale.

Les raisons ne manquent pas pour agir dans ce sens. Il ne faut pas oublier que le Hezbollah fut le premier à introduire la pratique de l’attentat suicide au Moyen-Orient, qu’il a maintes fois utilisée contre des cibles civiles, politiques et militaires, tant en Israël, que dans des pays arabes et à travers le monde. Le Hezbollah a kidnappé des étrangers et les a détenus en otage pendant des années dans des conditions des plus dégradantes. Le Hezbollah entretient des liens étroits avec d’autres organisations terroristes infiltrées en réseaux. Le Hezbollah travaille en étroite collaboration avec les cartels de la drogue afin de financer ses besoins terroristes. Le Hezbollah est le relais privilégié des Etats voyous, et l’Iran et la Syrie sont ses premiers parrains « officiels ». Ils l’hébergent, le financent et forment ses cadres. Le régime syrien a directement fourni des armes et ce en facilitant l’acheminement sur son territoire à destination du Liban où le Hezbollah a établi ses bases de façon hégémonique. On sait qu’en échange, le Hezbollah a appuyé le régime syrien de Bashar Al Assad en lui fournissant un soutien actif dans cette guerre qui n’en finit plus de laminer son peuple. Les rebelles syriens ont longtemps accusé le Hezbollah de fournir une assistance stratégique et l’envoi de combattants pour soutenir les forces du régime. En Juin 2011, les slogans des manifestations de rues syriennes étaient aussi bien contre la dictature du président Assad que contre les exactions du Hezbollah.

La France qui partage une histoire étroite avec le Liban est soucieuse du maintien d’une certaine stabilité politique dans ce pays déchiré entre les différentes confessions, factions et clans rivaux.
Cependant la France doit se faire un point d’honneur, dans ses relations profondes et historiques avec le Liban, à défendre avec une détermination sans faille ses valeurs ainsi que l’indépendance de ce pays ami.

L’Union Européenne va devoir réagir, et la France est attendue par ses partenaires européens pour mettre en cohérence ses engagements courageux. Pour différentes raisons, la France a jusqu’à présent refusé de condamner sans appel le Hezbollah et placer cette nébuleuse sur la liste des organisations terroristes, la privant ainsi de subventions, d’aides et de liberté de circulation. Les récentes déclarations du Président de la République et de son ministre des Affaires Etrangères vont, je l’espère dans le sens d’une décision attendue pour combattre sans retenue le terrorisme en général et le Hezbollah en particulier. Il est temps pour la France de demander sans plus attendre à l’Union Européenne de placer le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes.

AJC appelle au gouvernement français et à l’Union Européenne d’inscrire le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes

Après plusieurs mois d’enquête, le gouvernement bulgare a conclu aujourd’hui que la branche militaire du Hezbollah est responsable de l’attaque terroriste du 18 juillet dernier à Burgas qui a couté la vie à 6 personnes et en a blessé plus de 30. AJC demande aujourd’hui à la France et à l’ensemble de l’Union Européenne de prendre ses responsabilités en inscrivant le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes établie par l’Union Européenne.
Une délégation de l’AJC vient juste d’achever un cycle de rencontres avec des responsables européens et notamment français. C’est lors de ces rencontres que l’AJC a demandé aux différents représentants du gouvernement français  comme Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, Manuel Valls, Ministre l’intérieur, René-Pierre Lemas,  Secrétaire Général Elysée et Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique du Président de considérer une action commune de l’Union Européenne contre le Hezbollah.
« Le terrorisme est une grave menace pour l’Europe et ses alliés. Le Président François Hollande et son gouvernement  ont promis une mobilisation totale face au terrorisme. C’est cette détermination qui a poussé la France à intervenir courageusement en apportant son aide aux populations du Mali et à poursuivre sans relâche les réseaux terroristes sur le sol français.  Cette détermination devrait également aujourd’hui inciter la France à être résolue à prendre des mesures claires contre le Hezbollah et à exprimer sa solidarité envers un autre pays membre de l’Union Européenne, la Bulgarie,  frappée par cet acte terroriste hideux »  a déclaré Simone Rodan-Benzaquen, directrice du bureau français de l’American Jewish Commitee.
Le Hezbollah est la quintessence de l’organisation terroriste internationale. Il fut le premier à introduire la pratique de l’attentat suicide au Moyen-Orient, qu’il a maintes fois utilisé contre des cibles militaires et civiles, tant dans la région qu’à travers le monde.
« L’inscription du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne pourrait permettre le gel de leurs avoirs, la restriction de collecte de fonds et l’interdiction de voyage de leurs dirigeants et ainsi nuire à leur capacité de commettre de nouveau des actes  de terreur » a déclaré Simone Rodan-Benzaquen.