Les Enjeux du rapprochement Israël-Arabie saoudite par le géopolitologue Frédéric Encel

La lune de miel sans précédent qui prévaut dorénavant entre Israël et l’Arabie saoudite ne peut en aucun cas se comprendre sans la prise en compte maximale de la guerre froide à laquelle de livre cette deuxième et l’Iran et, de façon plus générale, entre axe sunnite et axe chiite. Quatre rivalités de nature et d’ampleur différentes opposent Riyad et Téhéran.

Lire la suite

AJC félicite le passage par le Sénat américain d’une loi contrant les activités déstabilisatrices de l’Iran 

15 juin 2017 – New York – AJC félicite le Sénat américain pour l’adoption, par un vote de 98 à 2, du Countering Iran’s Destabilizing Actvities Act, et exhorte le Parlement et l’administration à adopter ce projet de loi au plus vite.

« Après l’accord sur le nucléaire iranien, AJC a continué d’énoncer ses craintes quant au comportement hostile de l’Iran à l’égard du gouvernement américain et d’autres gouvernements étrangers », a déclaré Jason Isaacson, directeur adjoint d’AJC aux affaires politiques. « Le programme iranien de missile balistique, le soutien apporté par ce régime au terrorisme international et ses violations évidentes et répétées des droits de l’homme sont autant de faits qui ne peuvent être ignorés. Ce projet de loi envoie un message de mise en garde au régime iranien qui ne saurait être toléré».

Lire la suite

AJC est profondément préoccupé par la faiblesse du rapport du Parlement Européen sur l’Iran

1Bruxelles – 6 octobre 2016 – AJC est profondément préoccupé par l’absence de critique ou la seule évocation de la propagande antisémite de Téhéran et des appels répétés à la destruction d’Israël dans le rapport sur l’Iran de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen. Le rapport n’aborde pas de front les terribles violations des Droits de l’Homme par l’Iran ou encore les dangereuses positions de politique étrangère comme le soutien largement critiquable à la guerre brutale de Bachar al-Assad à l’encontre de sa propre population ou le soutien au terrorisme international.

Lire la suite

Appel à la vigilance après la découverte d’AJC Berlin sur le projet « Refugee Club Impulse »

HezbollahAJC Berlin a constaté aux termes d’une enquête précise qu’un projet berlinois; « Refugee Club Impulse » concernant les réfugiés était mené par des militantes du mouvement terroriste islamiste Hezbollah, par ailleurs, filles de l’organisateur de la journée annuelle Al Quds qui nie le droit à l’existence de l’Etat d’Israël à laquelle elles participent activement. Cet événement a plusieurs fois été dénoncé pour les slogans antisémites qui y avaient été proférés.

Lire la suite

Antisémitisme et fondamentalisme islamiste: la responsabilité de nos «responsables» politiques

17 morts, 66 millions de blessés ou plus, plus de 3,7 millions et demi de Français dans la rue, 7 millions d’exemplaires de Charlie Hebdo édités, de nombreuses initiatives prises dont une centaine de procédures pénales ouvertes pour apologie du terrorisme. A l’heure de ce premier bilan, parce que je revois un peuple français endeuillé et solidaire, parce que je revois la réaffirmation des valeurs de la République par des millions de Français de toute origine et religion, parce que le Président François Hollande a fait de la lutte contre le racisme et Lire la suite

Rencontre entre les dirigeants de AJC et les représentants de l’Etat d’Israël

Février 2015 – Jérusalem, Israël – Une délégation des dirigeants de AJC – conduite par le président de AJC, Stanley Bergman, et par le directeur exécutif, David Harris – vient de conclure une visite de deux jours en Israël.

La mission a été l’occasion d’un entretien privé de 45 minutes avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Le groupe a également rencontré Tzachi Hanegbi, le vice-ministre des Affaires étrangères; Yair Lapid, l’ancien ministre des Finances; les hauts fonctionnaires du Ministère de la Défense et du Conseil National de Sécurité; les diplomates du ministère des Affaires étrangères qui se concentrent sur les sujets tels que l’Asie, l’Europe, l’Amérique Latine, l’Afrique, le droit international, la diplomatie publique et la communauté juive mondiale; ainsi que l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël.

Durant cette mission organisée par Avital Leibovich, le Directeur de AJC Jérusalem et toute son équipe, la délégation a été accueillie par l’ambassadeur d’Italie en Israël pour une discussion de groupe au sujet de la montée de l’antisémitisme en Europe, dans le cadre des relations entre l’Europe et Israël.

David Harris s’est exprimé aux côtés de l’ambassadeur de l’UE en Israël, d’un ancien conseiller à la sécurité nationale israélienne et d’un éminent universitaire israélien. Le public était composé de nombreux diplomates égyptiens, japonais, jordaniens et de responsables israéliens.

Lors de la visite, plusieurs sujets ont été abordés, parmi lesquels: la menace permanente posée par les pourparlers entre l’Iran et le P5 + 1; d’autres questions de sécurité, concernant notamment l’EI, le Hezbollah et le Hamas; les évolutions récentes des relations entre Israël et les Etats-Unis, l’Amérique Latine, l’Asie, l’Afrique et l’UE; les perspectives en vue d’une relance du processus de paix israélo-palestinien actuellement au point mort; et les élections israélienne qui auront lieu le mois prochain.

AJC est la première organisation juive américaine a avoir mis en place un bureau en Israël, plus d’un demi-siècle plus tôt. AJC Jérusalem est en contact régulier avec les représentants du gouvernement et la société israélienne, mais aussi avec des représentants diplomatiques de dizaines de pays.

« Les sionistes devraient craindre la riposte du Hezbollah partout dans le monde »

« Les sionistes devraient craindre la riposte du Hezbollah partout dans le monde » a clairement exprimé le commandant général du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), Mohammad-Ali Jafari.

« L’attaque du Hezbollah est une réponse minimum aux Israéliens, nous espérons que cela leur servira de leçon, et, qu’ils n’agiront plus de la sorte à l’avenir. » déclare-t-il aux journalistes, vendredi dernier, à Téhéran.

Soulignant le fait que la République islamique et le Hezbollah donneraient une seule et commune réponse à Israël, il a ajouté : « Si les sionistes veulent riposter aux attaques du Hezbollah, ils (les Israéliens) devraient s’attendre à une réponse plus forte et plus écrasante, non seulement aux frontières du pays mais aussi dans chaque région du monde où un sioniste israélien ou n’importe lequel des partisans d’Israël est présent. »

Jafari a notamment mis en garde Tel Aviv concernant des ripostes plus importantes du mouvement de résistance libanais en représailles à l’attaque aérienne récente d’Israël sur le Golan, qui a tué un certain nombre de membres du Hezbollah ainsi qu’un conseiller militaire iranien.

Il a affirmé à plusieurs reprises qu’Israël craignait le mouvement de résistance et les potentielles actions qu’il pourrait mener à son encontre ; « c’est la raison pour laquelle les Israéliens s’attaquent aux commandants du Hezbollah ».

Jafari a répondu à la question des journalistes « Les Iraniens doivent-ils attendre la réponse de Téhéran à l’attaque israélienne ? » par « Oui, il faut attendre la réponse de la République islamique d’Iran. »

Le commandant en chef adjoint du CGRI, le général Hossein Salami a quant à lui souligné les succès de plus en plus nombreux des forces de résistance face à Israël.

« Les sionistes devraient savoir que leur destruction approche et qu’ils vont être contraints de quitter les territoires palestiniens », a dit le général Mohammad Reza Naghdi, cité par l’agence Isna. « Ils ont intérêt à être bien préparés parce qu’ils ne connaîtront plus la paix, et ce jusqu’à l’anéantissement complet du régime sioniste. »

Se référant au comportement du Conseil de la sécurité des Nations unies, le commandant général du CGRI a déclaré « il est clair que les établissements internationaux et américains accompagnent le régime usurpateur sioniste. »

AJC exhorte l’Union Européenne à agir contre le Hezbollah suite à la réaffirmation des conclusions bulgares.

Bleibel-Hezbollah-UE8 juillet 2013 – New York – AJC exhorte l’Union Européenne de désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste après que la Bulgarie ait réaffirmé ses conclusions, à savoir que le Hezbollah, sponsorisé par l’Iran, était responsable de l’attentat de Bourgas, l’année dernière. Cet attentat avait couté la vie à 5 israéliens et au chauffeur bulgare.

« La position bulgare n’a pas changé concernant l’attentat de Bourgas » a affirmé le Ministre de l’Intérieur, Tsvetlin Yovchev. « Je connais très bien le dossier et les conclusions de l’enquête à ce moment même. Mon opinion d’expert est que les conclusions de l’enquête et les déclarations qui ont suivi sont exactes. Je les partage.»

Yovchev a souligné qu’il était sur la même ligne que son prédécesseur, Tsvetan Tsvetanov, à savoir que les preuves ont démontré que le Hezbollah était responsable de l’attentat du 19 juillet dernier.   Cette annonce faite par le Ministre, lors d’une conférence de presse, visait à dissiper les rumeurs qu’il pourrait y avoir un possible  changement de politique depuis les élections nationales de la Bulgarie en mai et la formation d’un nouveau gouvernement de coalition.

Le nouveau Ministre de l’Intérieur a déclaré qu’«une preuve supplémentaire avait été ajoutée » au dossier qui confirmait que le Hezbollah était derrière l’attentat.

« La Bulgarie a délivré des preuves solides et réelles » a déclaré David Harris, Directeur Executive d’AJC. « En réponse, les 28 Ministres des Affaires Etrangères de l’Union Européenne devront faire preuve de clarté morale et prendre des mesures concrètes pour désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste, lors de leur prochaine rencontre le 22 juillet, afin de faire cesser la campagne de fundraising et de recrutement du Hezbollah en Europe. »

Outre les conclusions du gouvernement bulgare, un tribunal chypriote a condamné, en mars dernier, un agent du Hezbollah qui pistait des touristes israéliens sur l’île pour une potentielle attaque similaire à celle de la Bulgarie. Le Hezbollah est également profondément impliqué dans le soutien du régime meurtier d’Assad, où on estime que 100.000 personnes ont déjà été tuées dans la guerre civile en cours.

AJC salue les propos de Laurent Fabius à l’encontre du Hezbollah

ALeqM5i05hYmocild8JlH69bnig0haVc1w23 mai 2013 – Paris –  AJC considère les propos de Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères qui s’est exprimé en faveur de l’inscription de la branche militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne comme une étape importante.

« La France va proposer que la branche militaire du Hezbollah soit inscrite sur la liste des groupes terroristes de l’Union européenne. » a déclaré Laurent Fabius depuis Amman où il participait à une réunion ministérielle des amis du peuple syrien.

« Compte tenu des décisions qu’a prises le Hezbollah et le fait qu’il a combattu très durement la population syrienne, je confirme que la France proposera d’inscrire la branche militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes » de l’UE, a déclaré Laurent Fabius à des journalistes.

AJC mène, depuis plusieurs mois, une campagne européenne pour que le Hezbollah soit placé sur la liste des organisations terroristes.

« L’implacable activité meurtrière du Hezbollah impose à l’Union Européenne de tout faire pour que le Hezbollah soit répertorié en tant qu’organisation terroriste. La volonté de la France d’inscrire la branche militaire du Hezbollah est un premier pas important.» a déclaré Simone Rodan-Benzaquen, Directrice AJC France. « Le Hezbollah est la quintessence même de ce que peut-être une organisation terroriste. Premier partenaire de l’Iran, il sévit également en Syrie aux côtés de Bashar Al-Assad, tout en continuant à mener des activités criminelles et terroristes en Europe; en témoignent l’attentat de Bulgarie ou 5 personnes ont trouvé la mort ainsi que la récente condamnation de Hossan Yaccoub, membre du Hezbollah, à Chypre » a continué Simone Rodan-Benzaquen.

Le Royaume-Uni, qui a déjà inscrit la branche militaire du Hezbollah sur sa liste des organisations terroristes nationale, vient de demander à ses partenaires européens d’inscrire l’aile militaire du Hezbollah sur la liste européenne. Le ministre des affaires étrangères allemand Guido Westerwelle a également exprimé son soutien à une telle initiative.

Pourquoi le Hezbollah combat-il en Syrie ?

par Ali Hashem. 

A picture of Lebanon's Hezbollah leader Sayyed Hassan Nasrallah is seen in Masharih Al-Qaa in Bekaa ValleyPourquoi le Hezbollah combat-il en Syrie ?  Pourquoi un tel groupe de résistance populaire a t-il décidé de risquer sa réputation dans le monde arabe ? Pourquoi a-t-il décidé de rejoindre le front pour soutenir le président syrien Bachar al-Assad, qui même lui, ne sait pas s’il va pouvoir conserver son fauteuil pour une année supplémentaire ?

Qu’est-ce qui a poussé Sayyed Hassan Nasrallah, célèbre pour ses prises de position et qui a averti à plusieurs reprises du risque de la Fitna (le mot arabe pour la confrontation sectaire), à s’immiscer dans le bourbier syrien ?

Le Hezbollah a ses raisons mais préfère ne pas en parler dans les médias. Selon les milieux proches de l’organisation, l’implication du Hezbollah en Syrie n’était pas un choix, mais une obligation.

Ces sources disent qu’au début du soulèvement syrien, le leader charismatique du groupe, Hassan Nasralla, « a essayé de proposer une solution. » Lui et d’autres factions comme le Hamas ont établi une ligne directe avec les dirigeants syriens pour s’assurer que  » la nation syrienne, son peuple et ses institutions politiques pourraient survivre à la crise. »

Ce fut le premier niveau d’implication qui a conduit Nasrallah « à négocier avec Assad à propos de la libération des prisonniers politiques,  à propos des réformes à entreprendre et de la nécessité de changer la mentalité de la police et des services de renseignements.» Une de nos sources a même révélé qu’en août 2011, le Ministre iranien des Affaires étrangères, Hussein Cheikh al-Islam, s’était rendu à Damas et avait remis au Président une liste de « 125 remarques sur la façon dont le régime syrien gérait la crise ; remarques qui s’avéraient toute négatives. »

A cette époque, il était déjà évident que des miliciens armés avaient franchi les frontières du Liban pour se rendre en Syrie, un fait prouvé par des témoignages et des journalistes qui couvraient séparément les deux pays frontières. « Le Hezbollah a finalement voulu cette crise. Pour lui, la Syrie, dans son ensemble, signifie la cour de la résistance», a déclaré notre source. Il a ajouté : « Le Hezbollah savait que le régime était dépassé et que les gens avaient besoin d’un changement, surtout après les révolutions tunisienne et égyptienne. Cependant, s’il pensait qu’un changement devait être effectué, il devait l’être à travers le régime et non pas en le renversant. »

« Le régime de Bashar Al Assad a aidé le Hezbollah quand toute le monde complotait contre lui.  Pendant la guerre de 2006, il a ouvert ses frontières pour le trafic d’armes et a même donné au Hezbollah des missiles stratégiques.»  C’est le discours que le Hezbollah continue à clamer pour justifier sa position aux côtés de Bashar Al Assad.  « Le Hezbollah estime que toute la guerre contre Bachar al-Assad est le résultat de son soutien à la résistance : au Hezbollah et au Hamas en particulier » a déclaré notre source qui accuse le Hamas d’avoir trahi ceux qui l’ont nourri et hébergé. « Ils n’ont même pas pensé à prendre une position médiane, ils sont allés dans les extrêmes, laissant Damas au Qatar, envoyant leurs membres en Syrie pour combattre avec le régime d’Assad avec des armes que ces derniers, l’Iran et le Hezbollah ont passées en contrebande par Gaza.» Le Hamas continue de nier ces allégations, soutenant qu’il n’a pas de membres qui combattent en Syrie, mais il a été révélé en décembre 2012 qu’un haut responsable du Hamas, Mohammed Konayta, fut tué à Idlib en prenant part à une attaque contre une base militaire.

Selon nos sources, le Hezbollah a décidé d’intervenir militairement à cause de trois incidents.

« Le premier était une attaque menée à grande échelle par les rebelles syriens sur des villages chiites aux frontières avec le Liban qui a forcé les gens à fuir au Liban. Le second était l’attaque menée sur le quartier de Sayyida Zaynab à Damas où demeure le tombeau de la petite-fille Zaynab du Prophète Mahomet et le troisième est une attaque des rebelles syriens sur un convoi armé du Hezbollah qui se trouvait sur son chemin vers le Liban. »

Après ces trois incidents, notre source pense que le Hezbollah a pris la décision de donner des armes aux villageois chiites aux frontières et de les aider à défendre leurs villages – un premier pas qui sera suivi par le déploiement de troupes dans la région pour s’assurer que les villageois soient en sécurité et protégés des rebelles syriens.

Quant au sanctuaire de Sayyida Zaynab, dans le sud de Damas, le Hezbollah jouait plus un rôle de stratège que de combattant. Un groupe de tacticiens militaires du Hezbollah ont élaboré des plans pour défendre le lieu saint et s’assurer qu’il ne serait pas détruit par des combattants salafistes.

Sur ce point, notre source explique : « Le Hezbollah sait que combattre en Syrie est une décision importante qui pourrait lui coûter beaucoup de vies, mais il sait aussi que si le sanctuaire était détruit, le coût serait encore plus cher et il serait payé partout où il y a des populations mixtes de sunnites et de chiites. Et là, nous assisterions à la véritable Fitna. Le Hezbollah ne peut pas contrôler les chiites, en colère, avides de vengeance. »

Lorsque le quartier Zaynab Sayyida a été attaqué, les chiites religieux du monde entier ont demandé à la fois au Hezbollah et à l’Iran d’intervenir. Des centaines de chiites irakiens se sont précipités vers la Syrie pour défendre le sanctuaire. Même les religieux, qui s’opposaient au Hezbollah, l’ont exhorté à faire quelque chose pour éviter de voir le site sacré chiite détruit, comme ce fut le cas dans la ville Sameraa  en Irak où un deux sanctuaires chiites ont été transformés en décombres.

« Le Hezbollah n’a pas eu besoin d’être convaincu pour agir. Il savait quoi faire et la décision a été prise de défendre le sanctuaire, quel que soit son coût » explique notre source, ajoutant : « Le Hezbollah n’est pas comme toute les autres organisations. Lorsque le Conseil de la Choura se met d’accord sur une décision, tout le monde doit s’y plier et même ceux qui ne sont pas d’accord à la base la respectent et la défendent ».

Aujourd’hui, alors que des dizaines de combattants du Hezbollah sont considérés par le parti comme des « martyrs du djihad »,  des funérailles se déroulent à travers tout le Liban de la Bekaa au sud. Le Hezbollah « honorent » ces « martyrs » sur Manar TV, sur Radio Nour et sur tous les sites et médias auxquels il a accès.  Ils ne le font pas secrètement. Il suffit de regarder, sur les pages Facebook, comment les militants pro-Hezbollah célèbrent le sacrifice de ces hommes. « Toutes les allégations de consternation dans les rangs ou dans les familles sont de la propagande diffusée par des journalistes et des médias anti-Hezbollah », a déclaré notre source, qui m’a également proposé de me mettre en contact avec les familles de certains des hommes du Hezbollah tués en Syrie.

J’ai appelé l’un d’eux au téléphone, le père d’un jeune homme de 23 ans qui a été abattu près du sanctuaire de Sayyida Zaynab. Il préfère ne pas donner son nom car le Hezbollah ne lui a pas donné l’autorisation de parler aux médias. Je lui ai posé des questions sur la mort de son fils et comment il se sentait à ce sujet. «Je suis triste», dit-il. « Très triste. Mon fils n’est plus là. Nous l’avons perdu, mais au moins nous savons qu’il est au ciel avec le Prophète Mohammed et les imams. Il défendait leur fille. » Ses derniers mots pour moi ont été : «si la guerre contre Israël est semblable à la guerre de Badr menée par le Prophète Mahomet contre ses ennemis, cette guerre est juste une autre version de la bataille de Karbala menée par l’imam Hussein. Nous ne serons pas vaincus. »

Source : Cliquez ici

Huffington Post – Terrorisme en Europe : Le Hezbollah coupable !

801832_104135484754La petite île de Chypre qui se trouve dans une grande tourmente bénéficie aujourd’hui de l’attention de tous les dirigeants européens. Plusieurs gouvernements, dont celui de la France, parlent (tout à leur honneur) d’une nécessaire solidarité européenne.

Il y a quelques jours un autre événement tout aussi important, eu égard aux risques qu’il comporte, s’est produit sur la même petite île. Cet événement appelle aussi de façon ferme à une solidarité européenne, qui ne doit plus feindre l’ignorance d’un fait assumé et revendiqué par leurs auteurs.

Je veux parler du Hezbollah, dont un de ses membres a pour la première fois été condamné par une cour européenne. Hossam Telb Yaacoub, citoyen suédois et membre du Hezbollah, jugé par un tribunal chypriote, a été, entre autre, reconnu coupable d’association de malfaiteurs liés à une organisation criminelle, ainsi que de blanchiment d’argent. Lors de son procès Hossam Telb Yaacoub a reconnu avoir effectué une surveillance de touristes israéliens arrivant sur l’île de Chypre voyageant à bord de vols en provenance d’Israël. Après avoir passé trois ans à la mise en place d’une couverture, Yaacoub prenait des informations sur des autobus dans lesquels ces touristes montaient ainsi que les hôtels dans lesquels ils résidaient. Il a déclaré « Je collectais des informations sur les Juifs, et c’est ce que l’organisation (le Hezbollah) fait partout dans le monde ».

En apparté Yaakoub a admis aux enquêteurs avoir également officié en Turquie, aux Pays-Bas et même en France. Tous ces détails sont précieux pour nos services de renseignements et prouvent clairement les agissements et motivations du Hezbollah sur le sol européen.

Selon une des trois juges Tasia Psara-Miltiadou : « Il a été prouvé que le Hezbollah est une organisation qui agit en secret. Il ne fait aucun doute que ce groupe a plusieurs membres et procède à diverses activités, notamment à la formation militaire de ses membres. Par conséquent, la cour déclare que le Hezbollah agit comme une organisation criminelle. »

Le jugement est clair. Il devrait prouver à tous ceux qui doutent de la nature, des cibles et des moyens d’actions du Hezbollah que ce dernier commet des crimes, des actes terroristes sur notre sol européen et qu’il nous appartient maintenant d’agir fermement.

Les activités du Hezbollah en Europe ont été de plus en plus fréquentes ces derniers temps. Deux semaines après que Hossam Telb Yaacoub a été arrêté à Chypre, le triste et sanglant attentat de Burgas s’est produit. Il a couté la vie à cinq touristes israéliens et à un chauffeur bulgare. Le 5 février dernier, les autorités bulgares ont annoncé qu’ils détiennent toutes les preuves de la responsabilité pleine et entière du Hezbollah dans cet attentat.

Suite à ces informations, ici dans ces mêmes lignes, j’interpellais alors les autorités françaises et européennes. J’implorais plus de clarté morale et de cohérence afin d’inscrire enfin le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne.

Notons que le Hezbollah appuie également le régime de Bachar Al Assad en lui fournissant un soutien actif dans sa campagne meurtrière contre le peuple syrien. L’ambassadrice américaine aux Nations Unis Susan Rice a d’ailleurs déclaré : « (Le Hezbollah) fait désormais partie de la machine de mort d’Assad (…) et les chefs du Hezbollah continuent de comploter avec l’Iran ».

La contrefaçon, le trafic de drogue, et le trafic d’armes permettent au Hezbollah de financer ses activités terroristes. Les récents évènements en Bulgarie et à Chypre démontrent qu’il a établi un véritable réseau de cellules terroristes à travers toute l’Europe.

Au moment où la France entame une guerre contre le terrorisme en s’engageant au Mali. Au moment où François Hollande a décidé de ne rien lâcher face à la menace terroriste en France et ailleurs, il est important de prendre des décisions fortes et faire preuve d’une clarté morale sans faille. Le Président l’a dit il y a quelques jours à propos de l’enquête bulgare: « L’Europe doit être prête à tirer toutes les conclusions. » Aujourd’hui avec la condamnation d’un membre du Hezbollah devant une cour européenne, les conclusions doivent effectivement être tirées. Il est temps de faire preuve de responsabilité envers ces citoyens et d’appeler un chat un chat car il n’y a pas de doute: le Hezbollah est une organisation terroriste internationale!

Simone Rodan-Benzaquen

Source : Huffington Post – Cliquez Ici 

AJC : « Un tribunal chypriote pointe du doigt le Hezbollah »

801832_10413548475421 mars 2013 – New York – AJC salue la décision du tribunal chypriote dans une affaire qui concerne les activités terroristes du Hezbollah dans l’Union européenne.

Le prévenu, Hossam Taleb Yaacoub, a été reconnu coupable d’association de malfaiteurs liée à une organisation criminelle et de blanchiment d’argent. La peine tombera le 28 mars.

Tout au long du procès, Yaacoub a révélé de précieux renseignements concernant ses activités pour le compte du Hezbollah, tel que la surveillance de vols en provenance d’Israël et ce, dans des conditions similaires à l’attentat terroriste de Bourgas, en Bulgarie. Les enquêteurs bulgares ont, d’ailleurs, révélé que le Hezbollah était responsable de cet attentat.

« Le jugement rendu, aujourd’hui, par le tribunal chypriote ainsi que les récentes conclusions bulgares concernant l’attentat de Bourgas, nécessitent une réponse rapide et appropriée de toute la communauté européenne » a déclaré David Harris, Directeur exécutif de l’AJC. « Quand le Hezbollah sera-t-il enfin inscrit sur la liste européenne des organisations terroristes ? Pendant combien de temps l’Union Européenne va-t-elle tergiverser et retarder sa décision pour des raisons fallacieuses ? »

Harris, qui a encore rappelé la nécessité d’une intervention communautaire dans le journal El Pais, a souligné que les pays européens étaient trop cléments avec l’organisation terroriste soutenue par l’Iran.

« La premier attentat du Hezbollah contre un membre de l’U.E a été commis il y a 30 ans lorsque 58 soldats français furent tués par l’explosion d’une bombe à Beyrouth » a-t-il ajouté Harris. « Depuis une trentaine d’années,  le Hezbollah utilise ses membres pour recruter dans les pays européens, collecter des fonds et commanditer des attentats. Combien de preuves l’UE a-t-elle besoin pour voir la vraie nature du Hezbollah et enfin agir ? »

AMIR TAHERI : Le Hezbollah, complice d’une épuration ethnique en Syrie

13-1.1o029.taheri1-C---300x300Pendant 30 ans, le Hezbollah clamait que son armée avait pour seule mission de prendre Israël et de libérer les territoires musulmans. Toutefois, ses combattants sont désormais engagés dans une purification ethnique en Syrie.

Inutile de préciser que le Hezbollah alias « le parti de Dieu » n’a jamais affronté les israéliens sur un champ de bataille. Certes, il a commis des attentats terroristes sur des juifs en Europe ainsi qu’en Amérique Latine et a fait pleuvoir des roquettes contre Israël depuis leur cachette bien l’abris. Cependant, chaque fois que les troupes israéliennes arrivent sur le terrain, « les volontaires pour le martyr » s’échappent, se cachent dans les mosquées et dans les hôpitaux parmi les civils.

Quant à la « libération du territoire musulman », le Hezbollah n’a pas même réussi à conquérir assez de terre pour poser un tapis de prière.

Créée par la République islamique d’Iran, l’armée du Hezbollah a pour seul objectif de bafouer les libertés des libanais. Il est aussi impliqué dans de nombreuses attaques terroristes dans d’autres pays tels que l’Irak, le Bahreïn et le Yemen.

Récemment, le Hezbollah a encore un peu plus touché le fond en rejoignant l’escadron de la mort de Bachar Al-Assad.

En septembre dernier, quand je rappelais que le Hezbollah était en train de se battre en Syrie, ce dernier et ses maîtres à Téhéran ont lancé une campagne de désinformation. « Le Hezbollah n’aurait jamais tirer une balle contre les frères musulmans » martelé Al-Manar, la chaîne de télévision du parti.

Pourtant, les échos de l’implication du Hezbollah dans le massacre de civils en Syrie ont raisonné dans tout le Moyen-Orient. Même les médias libanais fonctionnement avec un pistolet sur la tempe nous apprend l’histoire et ce, d’une manière détournée.

Le subterfuge consiste à publier de brefs communiqués dans lequel on peut lire qu’« un guerrier saint » est « devenu un martyr » et qu’il a été enterré.  On ne sait ni comment, ni où, ce « guerrier saint » est devenu « un martyr » car la famille a pour ordre de ne pas dire les détails.

Cependant, des familles de « martyrs » commencent à briser le silence.

L’un des derniers « martyrs » est Ali Hussein Nassif dont le nom de guerre est Abu Abbas. Il est tombé le 2 mars à la tête d’un escadron du Hezbollah qui tentait d’apporter du soutien aux garnisons d‘Assad dans la région du Harmal près de la frontière libanaise.

Sept membres de l’équipe de Nassif sont morts et quatre blessés ont été transportés dans un hôpital du Hezbollah au Liban.  Le colonel de l’armée syrienne, Seyf Kanju, est également mort dans cet assaut.

Interviewé par Skype sous couvert de l’anonymat, un proche de Nassif parle de la « consternation » de la famille du défunt : « Nous pensions que le Hezbollah avait pour seul objectif de faire face à Israël » a-t-il déclaré. « Personne nous a dit que le parti formait des combattants pour renforcer l’armée de Assad et qu’il fallait combattre à leurs côtés. »

Des proches d’un autre « martyr », Hussein Muhammad Nazar, ont confirmé qu’il a été tué le 1er février pendant un opération du Hezbollah en Syrie.

Au moins, 21 autres membres du Hezbollah sont « devenus des martyrs » depuis septembre. La plupart des familles refusent de confirmer qu’ils sont morts en Syrie et que le Hezbollah est impliqué dans ce conflit.

Pourquoi le Hezbollah aide Assad ?

Certains disent qu’il s’agit d’une solidarité communautaire. Néanmoins, les partisans de Assad pratiquent la religion alaouite qui est considéré comme « ghulat » (déviante) par le courant dominant du Shiisme, qui est la religion du Hezbollah.

Mohsen Araki a même traité les alaouites d’« infidèles »

La décision du Hezbollah de se battre pour Assad ne pas non plus être expliquée pour des raisons idéologiques.

Le régime baasiste est une version arabe de fascisme laïciste qui est théoriquement en total contradiction avec le shiisme du Hezbollah.

Non, le Hezbollah est impliqué dans la guerre civile syrienne sur les ordres de Téhéran, où « le Guide suprême » iranien Ali Khamenei, a promis de ne pas laisser chuter Assad.

Téhéran espère que Assad survive ou déclenche le démentélement de la Syrie. Dans ce dernier cas, les alaouites pourraient essayer de former une mini-Etat entre les montagnes à l’ouest de Damas et la mer Méditerranée, où ils constituent une majorité.

Problème, ce repli nécessite la construction d’un passage entre le prétendu mini-Etat et le Liban afin de transporter des armes iraniennes au Hezbollah. Or la surface nécessaire pour le couloir est parsemée de villages où des musulmans sunnites sont opposés au régime de Assad.

Dès lors, depuis septembre, les forces de Assad ont essayé d’expulser ces sunnites et de les remplacer par des alaouites et des chiites libanais. Le Hezbollah donne donc un coup de main à ce régime sinistre et en paye le prix.

Une fois que les villages musulmans sunnites seront ethniquement nettoyés, la prochaine mission du Hezbollah se concentrera sur des villages comme Marmarita, Zeydal et Firuzah qui sont peuplés par des chrétiens, ainsi que des villages turkmènes ethniquement opposés à Assad, notamment Al-Samalil, Aqrab et Talaf.

Assad s’est embarqué dans un vaste crime contre l’humanité et le Hezbollah en est le complice.

Source : NYPost

AJC reçoit Matthew Levitt, Directeur en charge du Washington Institute.

Levitt_press_photoA l’invitation d’AJC France Monsieur Matthew Levitt, Directeur en charge des questions de terrorisme au Washington Institute, ancien officiel du F.B.I et du Département du Trésor américain sera à Paris les 14 et 15 mars prochain.

A cette occasion Matthew Levitt, considéré comme l’un des plus grands experts sur les questions sécuritaires au Moyen-Orient et de terrorisme partagera son analyse et son expertise sur la question du Hezbollah avec de nombreux parlementaires, journalistes, chercheurs et responsables du gouvernement français.

« Nous sommes honorés de recevoir Monsieur Matthew Levitt et ravis de pouvoir faire partager son expertise et sa vision sur un sujet aussi important que celui du Hezbollah qui représente une menace pour la sécurité du Proche-Orient et de l’Europe et ce, en particulier depuis l’attentat en Bulgarie.  L’AJC mène depuis plusieurs mois une campagne pour que le Hezbollah soit inscrit sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne et nous sommes convaincus que l’expertise de Monsieur Levitt sera particulièrement utile pour expliquer et approfondir cette approche » a déclaré Simone Rodan-Benzaquen, Directrice de l’AJC France.

#1 Hezbollah

Monsieur Levitt, qui a consacré sa vie à la lutte contre le terrorisme et à la lutte contre l’extrémisme violent, publiera très prochainement un livre intitulé « Hezbollah: The Global Footprint of the Party of God », fruit de plus d’une décennie de travail sur le sujet.