La définition de travail de l’antisémitisme de l’IHRA

Ce document a pour but de fournir un guide pratique permettant d’identifier les incidents à caractère antisémite, de rassembler des données et d’encourager la mise en oeuvre et le renforcement de la législation contre l’antisémitisme.
Définition de travail: « L’antisémitisme est une certaine perception des juifs, pouvant s’exprimer par de la haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme sont dirigées contre des individus juifs ou non-juifs et/ou leurs biens, contre les institutions de la communauté juive et contre les institutions religieuses juives. »

Lire la suite

Antisémitisme : Des mots à l’action

C’est un fait dramatique dans la France de 2019 : l’antisémitisme est en voie de banalisation.
Chaque jour, on découvre une nouvelle ignominie : la hausse de 74% des actes antisémites recensés, la façade d’un restaurant Bagelstein recouverte du mot Juden, les deux arbres plantés en hommage à Ilan Halimi coupés, des portraits de Simone Veil recouverts de croix gammées, Alain Finkielkraut insulté dans la rue, un cimetière profané, des adolescents qui ouvrent le feu devant une synagogue…

14 partis politiques ont appelé, ce mardi, à manifester contre l’antisémitisme. C’est une initiative qu’il faut soutenir et il est important qu’elle émane non pas de la seule communauté juive mais de mouvements politiques républicains.

Lire la suite

Perceptions de l’antisémitisme : que nous disent les résultats du sondage réalisé pour la Commission Européenne ?

Selon les résultats de  l’Eurobaromètre de la Commission européenne, réalisé du 4 au 20 décembre 2018 dans tous les pays de l’Union Européenne (avec la méthodologie du « face-à-face », au total 27.643 interviews ) :

  •  72% des Français considèrent que l’antisémitisme est un problème dans le pays ; c’est bien plus que la moyenne des Européens (50%). La prise de conscience du phénomène de l’antisémitisme est globalement plus importante en France que dans la plupart des autres pays européens ; à l’exception des pays où, comme en France, la communauté juive est importante et les attaques physiques contre les citoyens juifs nombreuses (Suède, Allemagne, Pays-Bas, Italie, Royaume-Uni et Belgique) ;

Lire la suite

L’Europe et les génocides : le cas français – Enquête réalisée par l’Ifop, pour AJC Paris, la Fondation Jean Jaurès, la FEPS et la Dilcrah

En novembre 2018, CNN publiait un sondage selon lequel 21% des Français de 18 à 24 ans n’avaient jamais entendu parler de la Shoah, un chiffre particulièrement élevé parmi les populations européennes sondées[1]. Un mois plus tard, l’Ifop en partenariat avec la Fondation Jean Jaurès, AJC Paris, la FEPS et la Dilcrah mesure un niveau similaire de méconnaissance du génocide des Juifs au sein de cette catégorie de la population française (21% chez les 18-24 ans, contre 10% chez l’ensemble des Français). Malgré le devoir de mémoire, malgré l’enseignement de l’Holocauste à l’école, malgré les commémorations annuelles, près d’un quart des jeunes Français déclare ne pas avoir entendu parler du génocide des Juifs. Même si le niveau de connaissance dans l’ensemble de la population est élevé (90%), les résultats obtenus auprès des jeunes interrogent : comment expliquer ce déficit de connaissance ? Quelles conséquences cette lacune a-t-elle sur leurs perceptions des Juifs en France aujourd’hui ?

Lire la suite

AJC loue l’adoption de la « working definition » de l’antisémitisme par le gouvernement bulgare

20 octobre 2017 – L’American Jewish Committee loue la décision du gouvernement bulgare d’adopter la « Working definition » sur l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). AJC se félicite également de la nomination de Georg Georgiev en tant que coordinateur national de la lutte contre l’antisémitisme.

L’annonce a été faite à l’issue de la réunion hebdomadaire du Cabinet, le 18 octobre 2017, tandis que David Harris, directeur exécutif d’AJC et Simone Rodan-Benzaquen, directrice AJC Europe, s’entretenaient le jour-même le président bulgare Roumen Radev ainsi que le vice-ministre des Affaires étrangères Georg Georgiev.

Lire la suite

Désignation de Jean François Jalkh comme nouveau patron par intérim du FN : AJC stupéfait

Nous n’oublions pas que M. Jalkh a participé en 1991 aux côtés de Jean Marie Le Pen à une messe célébrée en l’église Saint Nicolas du Chardonnet en l’honneur du quarantième anniversaire de la mort du maréchal Pétain, cérémonie visant selon l’évêque intégriste qui a dirigé l’office à « continuer à œuvrer pour la restitution de l’honneur outragé du Maréchal Pétain ».
Nous n’oublions pas que M.Jalkh a considéré en 2000 qu’il était « d’un point de vue technique impossible d’utiliser le Zyklon B dans des exterminations de masse » comme dans les camps d’extermination nazis.

Lire la suite

AJC condamne les propos tenus par Marine Le Pen qui estime que « la France n’est pas responsable du Vel d’Hiv »

AJC Paris condamne les propos tenus par Marine Le Pen ce dimanche estimant que « la France n’était pas responsable du Vel d’Hiv ».

Cette réécriture et cette falsification de l’histoire en rupture avec le discours honnête et courageux qu’avait prononcé le Président Jacques Chirac le 16 juillet 1995 pour reconnaître la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des Juifs doit révolter toutes celles et ceux qui sont attachés à la vérité et à la transmission de la mémoire. 

Lire la suite

AJC appelle le Parlement européen à condamner les violations des Droits de l’Homme et le négationnisme du régime iranien

Dessin de Zéon, proche de Dieudonné, qui a remporté le dernier concours annuel de caricature de la Shoah organisé par l'Iran
Dessin de Zéon, proche de Dieudonné, qui a remporté le dernier concours annuel de caricature de la Shoah organisé par l’Iran

Bruxelles – 20 octobre 2016 – AJC Transatlantic Institute appelle tous les membres du Parlement européen à soutenir les amendements fondamentaux proposés par la Députée européenne Marietje Schaake, à un rapport clé sur l’Iran, qui seront votés en session plénière mardi prochain à Strasbourg.

Ces amendements rectifient certains des raccourcis du rapport, qui dans sa forme actuelle, échoue à condamner la propagande antisémite du régime et ses appels répétés à la destruction d’Israël. Le rapport échoue également à répondre de manière adéquate aux violations des Droits de l’Homme et à l’intervention de l’Iran sur la scène internationale, surtout son soutien déterminant envers la guerre brutale que mène Assad contre sa propre population, ainsi que son soutien pour le terrorisme international.

Lire la suite

AJC Europe et le Board of Deputies réunissent les diplomates à Londres.

David Harris, Gillian Merron, Simone Rodan & Jonathan Arkush
David Harris, Gillian Merron, Simone Rodan & Jonathan Arkush

9 septembre 2016 – Londres – des diplomates de plus de 40 pays se sont rassemblés hier à Londres, à l’invitation conjointe d’AJC Europe et du Board of Deputies pour un séminaire et une réception qui feront date.

Le programme comprenait quatre tables rondes, auxquelles se sont succédés des experts venus de Grande-Bretagne, de France, d’Allemagne, d’Israël et de Belgique.

Lire la suite

AJC ouvre un bureau en Pologne dédié à l’Europe centrale

Varsovie 7 juin 2016 – Washington, D.C. – AJC va ouvrir un nouveau bureau en Europe centrale, basé à Varsovie, en Pologne. Le Directeur exécutif d’AJC, David Harris a annoncé cette extension de la présence en Europe de l’organisation juive internationale pendant son congrès annuel, le Global Forum, à Washington, D.C.

« L’établissement d’un bureau permanent à Varsovie est le fruit de décennies d’actions, marque le retour officiel d’AJC en Pologne et nous permet d’approfondir notre engagement avec d’autres pays significatifs de la région », selon Harris. « C’est une décision que nous voulions prendre depuis longtemps. Elle est désormais devenue possible grâce à la générosité et à la vision de John Shapiro et de sa femme, Dr. Shonni Silverberg, et nous en sommes ravis. »

Lire la suite

Yom HaShoah – « Nous nous souvenons »

Capture d’écran 2013-04-08 à 13.06.05

Dans la tradition juive, il nous est ordonné de se rappeler (zachor) et de ne pas oublier (Lo Tishkach).

Cette semaine, nous commémorons Yom HaShoah, la Journée de commémoration de l’Holocauste.

En cette occasion solennelle, 68 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous nous souvenons des six millions de martyrs Juifs, dont 1,5 millions d’enfants qui ont été exterminés lors de l’holocauste.

Nous nous souvenons pas seulement de leurs morts tragiques mais aussi de leurs brillantes vies : ils étaient des commerçants, des artisans, des scientifiques, des auteurs, des enseignants, des élèves, mais aussi des parents, des enfants, des maris et des épouses.

Nous nous souvenons des communautés juives qui ont été détruites à Salonique en Grèce et à Vilnius, en Lituanie.

Nous nous souvenons de la pente glissante qui a débuté avec les élucubrations d’un être obscur, d’origine autrichienne, antisémite nommé Adolf Hitler qui, en l’espace de moins de 15 ans, a eu un contrôle absolu sur l’Allemagne.

Nous nous souvenons de l’éclosion de l’antisémitisme sur le terrain fertile européen cultivé depuis des siècles par des voix culturelles, politiques et religieuses créant un climat bien trop réceptif à l’objectif nazi qui est d’éliminer le peuple juif.

Nous nous souvenons du courage du Danemark, de l’Albanie, de la Bulgarie et de la Finlande et de leurs efforts extraordinaires afin de protéger leurs propres communautés juives.

Nous nous souvenons du courage des milliers de personnes qui ont risqué leur propre vie afin que d’autres puissent vivre.

Nous nous souvenons des millions de non-Juifs Polonais, de Russes, de Roms mais aussi des handicapés, des opposants politiques et des homosexuels assassinés sous-l’assaut continu nazi.

Nous nous souvenons des vaillants soldats des nations alliés qui ont versé leur sang pour pouvoir vaincre le IIIe Reich.

Nous nous souvenons des survivants des camps de la mort qui, après avoir enduré des souffrances inimaginables et qui par leur incroyable courage, nous ont insufflé la volonté de vivre.

Nous nous souvenons de l’absence d’un Etat d’Israël pendant ces années de guerre, un Etat d’Israël qui, s’il avait existé, aurait servi de refuge alors que si peu de pays étaient prêts à accepter des réfugiés juifs.

Nous n’oublierons jamais ceux qui ont sauvé même une seule vie. Comme il est écrit dans le Talmud: «Celui qui sauve une vie a sauvé le monde. »

Nous n’oublierons jamais l’importance de se dresser contre l’intolérance à chaque fois et partout où elle se produit.

Nous n’oublierons jamais le lien indéfectible et sacré qu’il existe entre la démocratie, la primauté du droit et la protection des droits de l’homme.

Nous n’oublierons jamais la vision prophétique d’un monde de justice, d’harmonie et de paix.

Et, nous n’oublierons jamais que chacun de nous, par de petits ou grands gestes, peut contribuer à nous rapprocher de la réalisation de cette vision prophétique.