AJC est consternée par la fin de l’embargo sur les armes en Iran

15 octobre 2020, New York – L’American Jewish Committee, critiquant l’échec du Conseil de sécurité de l’ONU à prolonger l’embargo international sur les armes à destination de l’Iran, a proclamé dimanche 18 octobre « un jour profondément triste et dangereux pour la sécurité mondiale ». 

« Grâce à l’inaction du Conseil de sécurité de l’ONU, à partir du 18 octobre, l’Iran sera libre d’acheter et de vendre légalement des armes conventionnelles sans violer le JCPOA (accord nucléaire iranien de 2015) ou les restrictions de l’ONU », a déclaré le CEO de l’AJC, David Harris. « Il ne fait aucun doute que les voisins de l’Iran et les pays situés bien au-delà du Moyen-Orient subiront les conséquences de l’échec abject du Conseil de sécurité à dénoncer la véritable nature du régime de Téhéran et à l’endiguer ». 

Dans le cadre du JCPOA, l’embargo sur les armes, imposé pour la première fois en 2007, prendra fin le 18 octobre 2020.  

Une proposition américaine visant à prolonger l’embargo a été rejetée par le Conseil de sécurité le 14 août. Seule la République Dominicaine a voté avec les États-Unis en faveur de la mesure, tandis que la Russie et la Chine ont voté contre et que 11 pays, dont la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, se sont abstenus. 

« La Chine et la Russie sont maintenant très heureuses. Ces deux pays n’auront aucune hésitation ou scrupule à vendre ouvertement des armes à l’Iran », a déclaré M. Harris, ajoutant que « la Corée du Nord, le Venezuela et la Turquie sont tout aussi joyeux ». 

« La tragique réalité est que l’Iran aujourd’hui, malgré des défis économiques majeurs, est plus dangereux que jamais en tant qu’acteur régional et mondial », a déclaré M. Harris. « Les tentacules de l’Iran sont implantées en Irak, en Syrie, au Liban et à Gaza, elles essaient de s’introduire en Cisjordanie, soit directement, soit par son mandataire terroriste, le Hezbollah. Elles sont très actives en Afrique, en Europe, en Asie, en Amérique latine, et tentent continuellement d’entrer aux États-Unis ». 

Consternation : un évêque russe affirme que les Juifs auraient tué le dernier tsar à l’occasion d’un « meurtre rituel »

30 novembre 2017 – New York – AJC est consterné par l’affirmation d’un évêque de l’Église orthodoxe russe à Moscou selon laquelle les Juifs seraient responsables de la mort du tsar Nicolas II et de sa famille en 1918, un an après la révolution bolchevique.

« Une partie significative de la commission de l’Eglise n’avait aucun doute sur le fait que ce meurtre était un rituel » a ainsi déclaré le père Tikhon Shevkunov, un évèque de l’Eglise orthodoxe russe. Une affirmation qui fait clairement référence à un vieux mythe antisémite selon lequel les Juifs tueraient des enfants chrétiens afin de boire leur sang ou de préparer du pain azyme.

Lire la suite

Les élections législatives allemandes et la crise des démocraties européennes

Les résultats des élections législatives allemandes assurent pratiquement la chancelière allemande Angela Merkel de rempiler pour un quatrième mandat, ce qui constituerait un record en matière de longévité. Mais ces élections auront également eu pour effet de permettre à un parti ultra-nationaliste de siéger au Parlement pour la première fois depuis les années 1960, mettant fin au consensus allemand excluant la politique d’extrême-droite au Parlement. Ceci est une nouvelle illustration de la crise de la social-démocratie en Europe.

L’AfD a recueilli plus de 12% des voix après avoir mené une campagne électorale raciste, antimusulmans et anti-réfugiés, et malgré les fortes critiques des leaders politiques, de la société civile et des médias. L’AfD est désormais le deuxième plus grand parti dans les cinq états de l’Allemagne de l’Est, avec quasiment un vote sur deux dans quelques-uns des districts de ces états.

Ce phénomène a dominé une campagne électorale par ailleurs insipide, renouant avec des ressentiments et des peurs provoqués par l’afflux de plus d’un million de réfugiés, issus principalement du Moyen-Orient, entre 2015 et 2016.

Lire la suite

AJC soutient les nouvelles sanctions votées par le Sénat américain contre la Russie

15 juin 2017 – Washington D.C. – AJC félicite le Sénat américain pour le vote d’une loi bipartisane visant à codifier les sanctions actuellement appliquées à la Russie et requiert du Président qu’il passe par le Congrès pour la levée ou suppression de ces sanctions.

Afin que l’intervention de la Russie dans nos élections ne reste pas impunie, des sanctions seront imposées sur de nouvelles entités incluant « les individus s’adonnant à des cyber activités frauduleuses au nom du gouvernement russe. » AJC encourage le Parlement américain à rapidement considérer et ratifier ces provisions, calquées sur le nécessaire et louable « Countering Iran’s Destabilizing Activities Act ».

Lire la suite

Conférence de Paix au Proche-Orient : une énergie mal dépensée

capture-decran-2017-01-16-a-12-17-0315 janvier 2017 – New York – Suite au rassemblement à Paris des représentants de 70 pays pour discuter de la question israélo-palestinienne, David Harris, Directeur exécutif d’AJC a publié la déclaration suivante : 

« Comme nous l’avons dit à maintes reprises avant cette conférence, AJC a longtemps soutenu la recherche d’un accord de paix durable entre Israël et les Palestiniens basé sur un accord à deux États.

C’est précisément dans cet esprit que nous avons exprimé nos inquiétudes, estimant que cette conférence serait sans intérêt au mieux, et un obstacle à la perspective d’un accord au pire. Nos préoccupations, à la suite des conclusions de la conférence, peuvent être résumées en cinq points.

Lire la suite

AJC prône une action coordonnée à l’échelle mondiale pour sauver la Syrie

capture-decran-2016-12-16-a-15-23-24

15 décembre 2016 – New York – AJC est horrifié par la destruction sans motif d’Alep, la troisième plus grande ville de Syrie, par le régime de Bachar al-Assad, la Russie et l’Iran.

« Pendant plus de cinq ans et demi, le président syrien Assad a mené une guerre impitoyable contre son propre peuple, faisant plus de 500.000 morts, des millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et des millions d’autres forcées de se réfugier dans les pays voisins ou ailleurs » a déclaré David Harris, PDG d’AJC.

Lire la suite

Un an après le 13 novembre : Le souvenir et l’action

Il y a un an, la France était frappée au cœur de sa capitale. 130 vies décimées par la barbarie islamiste terroriste. 130 innocents fauchés simplement parce qu’ils voulaient assister à un concert, un match de football, boire un verre entre amis, discuter, danser, s’aimer, bref vivre libres. Nous ne les oublions pas, nous ne pouvons pas les oublier. Nous avons encore en tête les visages jeunes et souriants des victimes s’affichant sur les réseaux sociaux, les témoignages des survivants, les larmes de leurs proches. Hélas, d’autres visages se sont affichés depuis sur nos écrans, d’autres actes de terreurs planifiés pour semer la mort et l’effroi ont été commis. On pense, bien sûr au prêtre Jacques Hamel, à ceux qui sont tombés le 14 juillet à Nice mais aussi ceux qui ont perdu la vie à Bruxelles ou à Orlando. 

Depuis les terribles attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercacher, notre pays est en guerre contre la folie génocidaire de Daesh. Depuis le 13 novembre, alors que les terroristes avaient auparavant délibérément choisi de cibler les Juifs, les apostats, les forces de l’ordre, les dessinateurs ayant représenté Mahomet, chacun sait aujourd’hui qu’il peut être visé. Car l’objectif de Daesh est bien de tuer ce que nous sommes, nous plonger dans la terreur et anéantir nos démocraties, nos libertés, nos droits, nos modes de vie.

Et pourtant que s’est il passé depuis un an ? Sommes-nous sortis du déni qui entoure l’ampleur du danger islamiste dans notre pays ?

Lire la suite