Les Enjeux du rapprochement Israël-Arabie saoudite par le géopolitologue Frédéric Encel

La lune de miel sans précédent qui prévaut dorénavant entre Israël et l’Arabie saoudite ne peut en aucun cas se comprendre sans la prise en compte maximale de la guerre froide à laquelle de livre cette deuxième et l’Iran et, de façon plus générale, entre axe sunnite et axe chiite. Quatre rivalités de nature et d’ampleur différentes opposent Riyad et Téhéran.

Lire la suite

Conférence de Paix au Proche-Orient : une énergie mal dépensée

capture-decran-2017-01-16-a-12-17-0315 janvier 2017 – New York – Suite au rassemblement à Paris des représentants de 70 pays pour discuter de la question israélo-palestinienne, David Harris, Directeur exécutif d’AJC a publié la déclaration suivante : 

« Comme nous l’avons dit à maintes reprises avant cette conférence, AJC a longtemps soutenu la recherche d’un accord de paix durable entre Israël et les Palestiniens basé sur un accord à deux États.

C’est précisément dans cet esprit que nous avons exprimé nos inquiétudes, estimant que cette conférence serait sans intérêt au mieux, et un obstacle à la perspective d’un accord au pire. Nos préoccupations, à la suite des conclusions de la conférence, peuvent être résumées en cinq points.

Lire la suite

Fête de l’Humanité : une programmation qui attise la haine

Marwan Barghouti © DR pour LeMondeJuif.info

AJC Paris exprime son indignation devant le programme de la 85ème édition de la Fête de l’Humanité. 

Depuis plusieurs années déjà, les organisateurs de l’événement communiquent largement au sujet du conflit israélo-palestinien, non pas dans une logique de paix entre les peuples mais dans le dénigrement et la haine systématiques d’Israël. L‘utilisation du conflit israélo-palestinien sert une cause électoraliste et a pour seule résultante d’attiser la haine, à un moment où nous avons au contraire besoin d’apaisement. La programmation ne respecte également pas la loi française à deux reprises :

Lire la suite

Une délégation d’AJC rencontre le Président Sarkozy à Paris

David Harris, Nicolas Sarkozy et Simone Rodan-Benzaquen (Photo: Erez Lichtfeld)

21 janvier 2011 – Paris – Une délégation  d’AJC a effectué une visite à Paris sous la houlette de sa représentante en France Simone Rodan-Benzaquen. Ce vendredi 21 janvier 2011 a été une formidable occasion de s’entretenir avec le Président de la République Nicolas Sarkozy. 

« Le Président Sarkozy est un homme d’Etat respecté qui a une vision de l’Europe et du monde basée sur des valeurs démocratiques et sur la liberté. Nous avons apprécié cette opportunité d’approfondir le dialogue avec le Président Nicolas Sarkozy», a déclaré David Harris, Directeur Exécutif d’AJC.

Depuis son mandat en tant que Ministre de l’Intérieur, durant lequel il a à de maintes reprises démontré un fort engagement dans la lutte contre l’antisémitisme en France, AJC a maintenu de bons rapports avec Nicolas Sarkozy.

« Je ne change pas facilement mes convictions, tout comme je ne change pas facilement mes amis, et ma porte sera toujours ouverte à AJC », tels ont été les propos tenus par le Président envers la délégation.

Lors de cette rencontre au Palais de l’Elysée, AJC a félicité le Président français pour les vigoureux efforts qu’il fournit pour empêcher les ambitions nucléaires du régime iranien, pour renforcer le partenariat transatlantique, pour son soutient envers Israël  en tant « qu’état-nation du peuple juif » et son implication dans le processus de paix.

La conversation qui a duré une heure a couvert plusieurs sujets, dont les récents événements au Liban et en Tunisie, le processus de paix israélo-arabe, et les nouveaux défis auxquels les pays européens doivent faire face, tels que l’immigration, l’intégration et la question identitaire.

AJC entretient de bonnes relations avec la France depuis plusieurs décennies. Celles-ci ont débuté au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’un bureau d’AJC a été établi à Paris. Actuellement, AJC France est représenté par Simone Rodan-Benzaquen.

En 2007, AJC avait eu l’immense honneur d’offrir le prix de “Lumières parmi les Nations » à Nicolas Sarkozy. Ce prix a ensuite également été offert à la Chancellière allemande Angela Merkel lors d’une cérémonie à Berlin le 20 janvier 2011.

Les membres de la délégation d’AJC ont commencé leur voyage en Europe mercredi à Berlin, où ils ont rencontré la Chancelière, le Président Wulff, Le Ministre de la Défense Guttenberg, le Ministre de l’Economie Brüderle, les ambassadeurs américain et israélien, ainsi que  les anciens ministres  des Affaires étrangères, Fischer et Steinmeier. A Paris, le groupe a également rencontré le Secrétaire Général de l’UMP Jean-François Copé, le dirigeant du parti socialiste Harlem Désir, le Maire de Paris Bertrand Delanoë et le président du CRIF Richard Prasquier. La délégation a ensuite quitté Paris pour continuer des entretiens à Londres.

Rencontre entre AJC et la directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova

Paris, le 22 décembre 2010– Simone Rodan-Benzaquen, directrice d’AJC France et Jason Isaacson, directeur des relations internationales d’AJC ont rencontré la directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova pour évoquer les récentes résolutions anti-israéliennes ainsi que le rôle que devrait jouer l’UNESCO pour favoriser un climat de paix au Proche-Orient.
« Pour que l’UNESCO puisse être efficace, le conseil exécutif de l’agence devrait revenir au vote consensuel plutôt qu’au vote majoritaire ». Irina Bokova a exprimé à AJC sa volonté de prévenir toute politisation de l’agence.
Au dernier vote, le bloc arabe du conseil exécutif de l’UNESCO avait proposé cinq résolutions sur le statut des sites bibliques juifs et sur d’autres sujets concernant le Proche-Orient. Le bloc arabe avait fait pression pour obtenir un vote rapide, qui a été adopté en vote majoritaire et qui a conduit à l’adoption d’un texte contenant un langage profondément anti-israélien.
« La directrice générale Irina Bokova reconnaît clairement que l’UNESCO encourt une politisation sur des sujets sensibles notamment concernant le Proche-Orient. Ce qui pourrait rendre totalement inefficace cette organisation culturelle, éducative et scientifique », souligne Jason Isaacson.
« Nous avons insisté auprès de la directrice générale afin qu’elle use de toute son influence pour restaurer une règle de consensus pour reconnaître les soucis d’équilibre entre les Etats sur des sujets délicats.
Elle a exprimé son soutien à cette position comme étant la seule permettant à l’UNESCO de fonctionner comme une agence multilatérale crédible».