AJC au sujet des nouvelles implantations israéliennes

capture-decran-2017-01-25-a-19-45-5125 janvier 2017 – New York – En réponse à l’annonce du gouvernement israélien autorisant la construction de 2 500 logements neufs dans les implantations de Cisjordanie, le directeur exécutif d’AJC David Harris a publié la déclaration suivante:

« La perpective est importante en politique, et la perpective de la construction de colonies israéliennes annoncée, peu de temps après l’entrée en fonction du président Trump, n’est pas utile.

Lire la suite

AJC condamne fermement l’incendie criminel ayant visé une famille palestinienne de Cisjordanie

Incendie31 juillet 2015 – New York – AJC condamne catégoriquement l’attaque meurtrière perpétrée contre une famille palestinienne dans le village cisjordanien de Douma, ayant coûté la vie à un enfant de 18 mois et grièvement blessé son frère âgé de 4 ans et ses parents.

L’assaut nocturne a tout l’air d’une nouvelle attaque du type « Prix à payer ». Il a été immédiatement condamné par le Premier ministre Benjamin Netanyahou, le chef de l’opposition Yitzhak Herzog ainsi que de nombreux autres responsables politiques. Netanyahou a qualifié le crime d’ « acte terroriste à tous égards ».

Les mots « Prix à payer » sont largement employés lors des attaques menées par des extrémistes juifs contre des églises, des mosquées, des écoles bilingues ou encore des individus palestiniens. Sur les murs de la maison incendiée, les assaillants ont également tagué « vengeance » et « longue vie au Messie » en hébreu, avec une étoile de David.

« Incendier la maison d’une famille palestinienne innocente, de toute famille semblable, est un geste effrayant car il incarne purement et simplement le Mal » a déclaré David Harris, le directeur exécutif d’AJC. « Ceux qui ont perpétré cet acte doivent être arrêtés et poursuivis selon toute la rigueur de la loi, et des mesures supplémentaires doivent être prises afin d’empêcher d’autres attaques similaires. Quant aux personnes blessées, nous pensons à elles et prions pour leur prompt rétablissement. »

Une proposition visant à poursuivre les auteurs d’attaques « Prix à payer » a été envisagée sans être finalement adoptée. « Le gouvernement israélien devrait reconsidérer la façon dont sont traitées de telles opérations commises par des extrémistes juifs et établir une politique de fermeté » a déclaré David Harris.

Comme l’a affirmé le président israélien Reuven Rivlin, « « À mon grand chagrin, jusqu’à présent, il semble que nous avons fait preuve de laxisme dans notre traitement des phénomènes du terrorisme juif. Peut-être que nous ne faisons pas assez pour intérioriser ce à quoi nous sommes confrontés, un groupe idéologique déterminé et dangereux, qui vise à détruire les ponts fragiles pour lesquels nous travaillons sans relâche afin de les bâtir ».

AJC déplore l’attaque d’une mosquée en Cisjordanie

graffiti prix à payer14 octobre 2014 – New York – AJC condamne l’attaque de nuit qui a eu lieu contre une mosquée, dans le village d’Akraba, en Cisjordanie. Des graffitis, comme l’inscription « price tag » – littéralement « prix à payer » – et le nom d’une colonie israélienne voisine, Tapuah, ont été découverts sur l’un des murs extérieurs de la mosquée. Les tapis, les murs et les livres saints ont été endommagés par le feu et la fumée.

« Price tag » fait a priori référence aux actes de vandalisme et autres crimes de haine commis par des Juifs ultra-nationalistes. Au cours des dernières années, des mosquées, des églises, des groupes pacifistes israéliens et des bases militaires en ont été les cibles. Les dirigeants israéliens ont fermement condamné les attaques de l’organisation « price tag ».

« Les Juifs qui vandalisent les lieux de cultes ou les sites palestiniens, quels qu’ils soient, nuisent fondamentalement à l’Etat d’Israël », a déclaré David Harris, le directeur exécutif de AJC.

« Les propositions de certains responsables gouvernementaux sont nécessaires, à savoir imposer des peines plus sévères ou encore prendre des mesures supplémentaires pour mettre fin à ces actes de provocation violents et insensés », a-t-il ajouté.

« Bien que ces provocateurs juifs soient estimés à quelques centaine de personnes maximum, les dégâts de leurs actes – tant pour les communautés palestiniennes que pour les possibilités de coexistence judéo-arabe, sans même parler de l’image démocratique et pluraliste d’Israël – ont été beaucoup plus conséquents que leur effectif. »

Les attaques « price tag » ont débuté il y a quelques années, en Cisjordanie, sous une forme frauduleuse de protestation contre l’action de fermeture des établissements illégaux par le gouvernement israélien. Ces actions se sont caractérisées par des dommages à la propriété, incluant notamment la crevaison de pneus de voitures, la provocation d’incendies criminels ou encore l’inscription de tags racistes sur les murs. Outre la mosquée de Cisjordanie, d’autres mosquées ainsi que des églises ont également été ciblées.